All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Les 5 meilleures raisons de commencer à t’impliquer

Par Nerds – le dans Vie étudiante

Les 5 meilleures raisons de commencer à t’impliquer

Avec une grosse majorité d’étudiants qui ne vont qu’à leur cours durant  leur parcours universitaire, on me pose sans cesse cette adorable question lorsque je mentionne  que je suis actuellement coordonnatrice de trois comités universitaires :

« Non mais es-tu folle ? Pourquoi?! »

MATHLETES-686x383

Voici donc ce qui me pousse à accepter tous les projets, et à recommencer.

 

1-      T’as jamais trop de contacts , ni dans ton Iphone ni dans la vie

Les opportunités proviennent rarement de ta chambre à coucher (quoi que..). La plus belle facette de l’implication scolaire c’est les liens que tu crées avec des gens extraordinaires qui peuvent t’apporter beaucoup sur le plan personnel et SURTOUT professionnel. Il suffit souvent d’être présenté à la bonne personne pour réaliser tes projets et comme l’humain n’est pas un grand recherchiste, on choisit souvent les gens avec qui on a déjà travaillé quand vient le temps d’offrir une belle opportunité. Et souviens-toi que le P.R. ne s’applique pas qu’aux étudiants que tu rencontres mais aussi aux professeurs/ aux directeurs/ name it qui peuvent t’offrir une aide précieuse tout au long de ton parcours scolaire. Pis ça, dans mon top 5 des lois non écrites, tu craches pas là-dessus.

2-      Tu en apprends beaucoup plus sur toi-même qu’en retraite de hot yoga

Dans un contexte où travailler à temps plein sur un projet où ton unique rémunération s’apparente à une poignée de main pis quelques mercis, ne te surprends pas si ton côté naturel surgit de nul part et qu’il t’arrive de péter une crise de nerfs si la seule cafetière de l’étage est hors service un soir de mauvais brainstorm . Comme il n’y a pas souvent de ligne directrice ou de patron, tu devras toi-même gérer les situations problématiques liées à ton projet et tu comprendras très vite où sont tes limites et quelles sont tes meilleures compétences. Tsé, le genre de question qui revient souvent en entrevue…!

3-      Ça paraît tellement bien sur ton CV

Parlons-en de l’entrevue.  À moins d’avoir choisi d’être chirurgien cardiaque pédiatrique quand tu vas être grand, ça se pourrait que tu cherches à te démarquer pour te trouver une première job parce que ton domaine d’études était hangover quand ils ont distribué les taux de placement. N’avoir aucune expérience dans le domaine ni aucun emploi étudiant en lien peut s’avérer être un handicap , d’où l’importance de pouvoir se défendre en expliquant combien t’as travaillé fort sur un projet dans ton bac et combien ça t’a tenu à cœur (+1 morceau de robot si c’était en équipe, les employeurs aiment ça le travail d’équipe). C’est aussi le moment de plugger des personnes rencontrées au point 1!

4-      Les programmes de reconnaissance de l’implication étudiante

Il y  a peu de chances que ton département s’en vante puisque cela ne leur rapporte rien, mais certaines universités offrent des compensations très intéressantes pour remercier les étudiants de leur implication comme des crédits de cours, une mention au relevé de notes ou autres.

5-      Les petits avantages dont personne ne parle

Oui, c’est très souvent sans salaire (ni bière) que tu effectueras ces heures tard le soir. Cependant, la plupart des projets offrent de belles récompenses ou avantages qui font plaisir quand tu es aux études comme des accès VIP dans les bars, des rabais dans les restos ou encore des billets de spectacles gratuits (Karim Ouellet pour moi SVP).Les gens n’en parlent pas non seulement parce qu’ils ne le font pas pour ça, mais aussi parce qu’ils ont l’impression de moins mériter les félicitations à la fin. Parce qu’au fond c’est ça; ce sentiment d’avoir fait une différence pour quelqu’un et d’avoir rendu service qui nous pousse à recommencer encore et encore.

Petit conseil d’amie : Ne tarde pas. Trop de gens m’ont confié arriver à la fin de leur parcours universitaire sans avoir pu s’impliquer comme ils le voulaient. En cas de: «Je sais pas par où commencer», consulte ton association étudiante, ils sont là pour ça!

Par Chanel Garceau
Collaborateur spontané

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Continuez votre lecture

Mémoires d’une bachelière

Mémoires d’une bachelière

Nerds -
Quand changer d’idée n’est pas synonyme d’échec

Quand changer d’idée n’est pas synonyme d’échec

Melina Geremia -
CAIUM: « Et toi, pourquoi t’es là, pourquoi tu fais des études ? »

CAIUM: « Et toi, pourquoi t’es là, pourquoi tu fais des études ? »

Nerds -
Renouer avec les p’tits plaisirs de la vie

Renouer avec les p’tits plaisirs de la vie

18 apps pour rester organisé cette session

18 apps pour rester organisé cette session

Valerie Landry -
#loveHochelag : 8 raisons d’aimer Hochelag

#loveHochelag : 8 raisons d’aimer Hochelag

Nerds -
Comment ne pas «relâcher après la relâche» ? 

Comment ne pas «relâcher après la relâche» ? 

Nerds -
Réussir sa dernière année de baccalauréat et profiter de la vie, est-ce utopique?

Réussir sa dernière année de baccalauréat et profiter de la vie, est-ce utopique?

Camille St-Germain -
Entre le sommeil et la santé mentale

Entre le sommeil et la santé mentale

Karl Boulanger -
Les difficultés d’un nageur de compétition

Les difficultés d’un nageur de compétition

Nerds -
Comment choisir son programme d’études?

Comment choisir son programme d’études?

Nerds -
10 trucs pour s’organiser à la rentrée

10 trucs pour s’organiser à la rentrée

Nerds -
Psycolloque 2015 : Les jeux sont (presque) ouverts

Psycolloque 2015 : Les jeux sont (presque) ouverts

Nerds -
À toi, nouvel étudiant universitaire

À toi, nouvel étudiant universitaire

Nerds -
Maman à l’école

Maman à l’école

Nerds -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.