All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

M pour Mélomanes x 1000

Par Nerds – le dans Divertissement
M pour Magique

: du 18 au 21 novembre, Marie-Pier Hamon et moi avons eu la chance d’assister à la 10e édition de M pour Montréal, un festival ayant pour mission d’offrir un tremplin d’exportation musicale aux artistes d’ici. On a ainsi pu assister à des showcases qui présentaient jusqu’à quatre groupes par soir à des recruteurs européens et américains, mais aussi au grand public. Récit de quatre nuits hautes en couleurs et en émotions.

Crédit : Amélie Hubert-Rouleau
Crédit : Amélie Hubert-Rouleau

M pour Mainstream

Le spectacle d’ouverture au théâtre Rialto était on ne peut plus «mainstream» avec des bands tels que Milk & Bone, The Franklin Electric, Cri, Calvin Love et plusieurs autres! Trois salles, trois bands! L’organisation était impeccable et l’acoustique des salles tout aussi irréprochable. 

Lorsque les voix de sirènes de Camille Poliquin et Laurence Lafond-Beaulne, alias Milk and Bone, ont retenties dans le magnifique Rialto, le poil s’est dressé sur nos bras. On comprend maintenant mieux le hype qui les entoure; les deux jeunes femmes ont fait preuve d’une puissance vocale impressionnante. Malgré une présence un peu statique sur scène, elles semblaient en parfaite symbiose. On aurait cru observer les deux composantes d’un même instrument vivant. Des projections de formes géométriques aux airs psychédéliques venaient compléter leur électro dreamy; un régal pour la rétine et les tympans. 

Crédit : Marie-Pier Hamon
Franklin Electric – Crédit : Marie-Pier Hamon

Par ailleurs, nous pouvons dire que nous avons aimé la touchante prestation de Franklin Electric. Bien qu’au départ le band semblait sur le mode «automatique» (notons que le quatuor est habitué de performer dans plusieurs salles, que ce soit en Amérique ou en Europe), la promiscuité entre les spectateurs et lui a complètement changée du tout au tout lorsque le chanteur, Jon Matte, a parlé en français (oui, oui) et a fait un discours à propos d’un ouvrage lu récemment. La version acoustique d’une de leurs chansons était également à couper le souffle. À eux quatre, les membres du groupe ont tout à fait séduit la foule, qui les a acclamés chaleureusement à la fin du show.

Calvin Love, dont la coupe de cheveux rendrait Robert Pattinson jaloux (sans farce), a quant à lui conquis une crowd quelque peu éméchée. Serait-ce un fan de stoner rock dans la foule (comprendre, un gars vraiment trop gelé)? Oui, effectivement! Somme toute, pas besoin de substance(s) X pour apprécier la musique de Calvin Love : son rock langoureux nous a donné envie de danser encore et encore, toute la nuit…

Crédit : Marie-Pier Hamon
Calvin Love – Crédit : Marie-Pier Hamon

M pour Musicaholic

La crowd de M pour Montréal a également eu la chance d’écouter l’excellent duo hip hop-RnB Heartstreets. Emma Beko et Gabrielle Godon nous ont offert une performance où la voix et le flow étaient harmonieux, rythmés et synchros. On était bien loin du spectacle slutty à la Nicki Minaj : un plus pour les deux artistes dont le talent est évident. Nous avons aimé leur intégrité sur scène et leur simplicité extrêmement rafraîchissante. Des artistes à découvrir et à suivre attentivement!

Crédit : Marie-Pier Hamon
Heartstreets – Crédit : Marie-Pier Hamon

Ria Mae, contre toute attente, fut l’un de nos coups de cœur. Est-ce à cause de sa version acoustique de Clothes Off (chanson qu’elle a, soit dit en passant, composée à Montréal : « I owe you a lot, guys ») ou son folk – indie semblable, de temps à autre, à celui d’Alanis Morissette? Somme toute, Ria Mae est venue nous toucher, et ce, à l’instar de tous les spectateurs du Club Soda. En attendant la sortie de son disque, on écoute son album Under your skin sorti en 2011 mode repeat.

Misteur Valaire, quant à lui, nous a fait danser sur des tounes de ses précédents albums ainsi que des chansons de son album à venir (printemps 2016). Davantage disco, ses nouvelles chansons tendent vers un genre beaucoup plus groovy, funky que l’album Bellevue (2013).  À go, on crie : «Party BABY!» et on se déhanche sur son beat endiablé.

Misteur Valaire - Crédit : Marie-Pier Hamon
Misteur Valaire – Crédit : Marie-Pier Hamon

Puisqu’à ce festival, on avait le don d’ubiquité (on était partout en même temps), on a eu l’occasion de voir Plants and Animals et Louis-Jean Cormier au Club Soda le même soir. Les premiers ont semblé bien heureux d’être de retour au bercail; ça faisait longtemps qu’on les avait vus dans la métropole. La prestation a été juste. On a apprécié retrouver le falsetto du chanteur Warren Spicer et la structure toute en «rebondissements», agréablement complexe des pièces indie rock. Plus réservés au début du set, les membres de PAN sont tranquillement sortis de leur coquille pour finalement se déchaîner, sautiller sur scène et nous transmettre leur enthousiasme.

Pour ce qui est de Louis-Jean Cormier, il a été comme à son habitude : charmant. On aurait pu le rebaptiser «le petit roi», tant il a gagné la foule, un peu dissipée, à sa cause. Il a tutoyé la foule comme une seule personne, allant même jusqu’à interrompre une de ses chansons pour inciter les gens à «lâcher du lousse», à se laisser aller à sa musique. Ce qui impressionne lors des shows de Louis-Jean, c’est sa capacité à créer une expérience assez différente de l’album (visuellement et au niveau de l’interprétation); on a à tout coup l’impression de vivre un moment très privilégié.

Crédit : Amélie Hubert-Rouleau
Louis-Jean Cormier – Crédit : Amélie Hubert-Rouleau

M pour Magnétisme

Après des prestations électrisantes offertes par Corridor, IDALG (Il Danse Avec Les Genoux, pour les intimes) et Yonathan Gat, le trio électro-punk-rock We Are Wolves a retrouvé sa meute vendredi soir à la Sala Rossa. Vêtus de tenues plutôt théâtrales, les Loups ont prouvé que même quinze ans après la création du groupe, ils sont encore capables de susciter une forte envie de s’agiter dans tous les sens. En plus de plusieurs de leurs «classiques», Alex Ortiz, Vincent Lévesque et Pierre-Luc Bégin ont interprété leur plus récent single, Feed Them, ainsi qu’une reprise d’une pièce de Black Sabbath, Paranoid. Jouissif.

Crédit : Amélie Hubert-Rouleau
We Are Wolves – Crédit : Amélie Hubert-Rouleau

M pour Musical Adrenaline

Christophe Lamarche et Mathieu Jacques, les membres d’Organ Mood, ont donné toute une prestation au Club Soda. On les avait déjà vus au Festival Agrirock dans une salle beaucoup plus petite, et on avait adoré leur prestation, alors imaginez à quel point on a tripé durant M pour Montréal! Ils ont commencé leur show avec un appareil pour mesurer les battements d’un cœur humain (soit ceux de Mathieu Jacques) : Christophe Lamarche a basé le beat de la première pièce sur le rythme cardiaque de son partner; impressionnant. Fidèle à son habitude, le duo a également projeté sur un écran géant des images mouvantes colorées, que Mathieu s’amusait à retoucher de temps à autre, tandis que la musique montait en intensité et en tension. Le haut du Club Soda était fermé aux spectateurs pour créer une certaine proximité entre tous. Si vous n’avez jamais vu une perfo’ d’Organ Mood, c’est à ajouter à votre to-do list ABSOLUMENT.

Crédit : Marie-Pier Hamon
Organ Mood – Crédit : Marie-Pier Hamon

On dit M pour Merci aux organisateurs, programmateurs et bénévoles pour ce festival Malade Mental! On se revoit l’année prochaine for sure!

En collaboration avec Marie-Pier Hamon.

Par Amélie Hubert-Rouleau
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Vidéo récente
- Divertissement

5 activités gratuites et le fun à faire en septembre

Plus de divertissement

6 lieux hantés au Québec à visiter si t’es assez brave

6 lieux hantés au Québec à visiter si t’es assez brave

7 lieux hantés à Montréal pour te donner une petite frousse!

7 lieux hantés à Montréal pour te donner une petite frousse!

6 endroits Instagrammables à Montréal pour des photos parfaites

6 endroits Instagrammables à Montréal pour des photos parfaites

Alexandra Nadeau-Gagnon -

Populaires

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Ça se recolle-tu, l’amour?

Ça se recolle-tu, l’amour?

Mélissa Lavoie -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.