All time BetterBe Branchez-vous Carrières

S’exiler pour se retrouver

Par Nerds – le dans Santé

S’exiler pour se retrouver

Je suis née dans une contrée lointaine quelque part sur la 155 entre Alma et Trois-Rivières. Même si les taxes municipales sont pas tant chères pis que tout trafic a une durée de vie de dix minutes, j’ai souvent eu l’impression d’étouffer. Pas parce que la ville était si petite, mais à cause du regard de mes co-habitants. J’avais l’impression de participer quotidiennement à une télé-réalité où Big Brother était monsieur-madame tout le monde.

Parce que la vie en région, c’est aussi ça. On a beau se plaindre du manque cruel de vie privée, on y participe allègrement quand le cancan ne parle pas de nos meilleurs amis, pis encore. On a l’impression que la vie des autres est tellement n’importe quoi, quand, au fond, elle est juste pas anonyme.

La proximité de se rejoindre au parc après souper sans avoir lavé ta tache de spag sur ton gilet a aussi eu raison de certains d’entre nous, les différents. Des fois y’avaient une orientation sexuelle trouble, des fois y parlaient juste mieux que nous. On les voulait pas dans notre équipe de ballon-chasseur pour des raisons aussi évidentes que le triangle des Bermudes.

Même s’il peut être extrêmement enrichissant et sécurisant de grandir en région, d’être élevé pas juste par tes deux parents, mais aussi par une communauté qui te regarde aller pis qui te trouve cute, certains d’entre nous ont dû juste quitter pis recommencer à neuf. Tenter de se refaire une vie là où l’anonymat permet de s’affirmer comme individu, comme personne à part entière et non pas comme la petite Tremblay, la fille de l’autre.

00251c0db5a3eda98f35740531eb28e0

Parce que vivre en région c’est pas seulement recevoir les modes deux ans trop tard pis ne pas avoir de restaurant de poutine décent qui livre passé 8 heures. C’est aussi avoir peur d’être différent et pire encore, qu’on le remarque. C’est l’envie criante de se fondre dans le décor quand la scène fait juste 4 coins de rues pis que ton ex c’est aussi l’ex de 2 de tes amis pis de ta sœur.

Parce qu’une partie de nous sera toujours en région et que notre cœur lui a gardé une petite place, on part pour se retrouver pis enfin être content d’y revenir. Pour faire la paix avec la communauté qui a pu nous briser le cœur. Nos régions ne le savent pas encore, mais ces âmes différentes qui les ont quitté les aiment pareil ; y’ont juste besoin de lousse. Parce que partir loin de chez toi, temporairement ou à jamais te donne une deuxième chance que t’espérais plus, une chance d’être qui tu veux et te mêler aux gens que t’as choisi.

À vous, qui avez quitté la 155 pour des jours meilleurs, j’espère de tout coeur que vous avez désormais trouvé ce qui vous manquait, ce qui vous donnait le droit de vivre votre vie.

Par Chanel Garceau
Collaborateur spontané

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Continuez votre lecture

Se perdre pour mieux se retrouver

Se perdre pour mieux se retrouver

Marilyne Jetté -
Mon petit cégep de région

Mon petit cégep de région

Nerds -
Home sweet home

Home sweet home

Nerds -
Sur le beat de… Rosie Valland

Sur le beat de… Rosie Valland

Nerds -
L’éternel combat des régions : pourquoi l’UdeS n’a rien à envier de la grand ville

L’éternel combat des régions : pourquoi l’UdeS n’a rien à envier de la grand ville

Nerds -
Festival ARTEFACT: entrevue à saveur régionale avec Fanny Bloom

Festival ARTEFACT: entrevue à saveur régionale avec Fanny Bloom

Roxane Chouinard -
Se saouler au déni

Se saouler au déni

Nerds -
Cesser de se comparer pour apprendre à s’aimer

Cesser de se comparer pour apprendre à s’aimer

Karine Boileau -
Se remettre d’un coeur brisé par un fuckboy 101

Se remettre d’un coeur brisé par un fuckboy 101

Nerds -
5 looks pour s’entraîner

5 looks pour s’entraîner

-
Montréal : c’est pas toi, c’est moi

Montréal : c’est pas toi, c’est moi

Noémie Ferland -
Jeune diplômée, 26 ans et sur le B.S

Jeune diplômée, 26 ans et sur le B.S

Roxane Chouinard -
Penses-tu qu’on peut s’aimer plus tard ?

Penses-tu qu’on peut s’aimer plus tard ?

Mélissa Lavoie -
Ça se recolle-tu, l’amour?

Ça se recolle-tu, l’amour?

Mélissa Lavoie -
Se donner le droit de s’aimer

Se donner le droit de s’aimer

Sarah Leblanc -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.