0

Maman et pigiste à temps plein

À ma sortie du secondaire, mon chemin était bien tracé dans ma tête. J’allais faire mon DEC en communications, puis aller à l’université pour devenir journaliste. Ou animatrice radio. Ou animatrice télé. Le rêve, tsé. Puis, à 25 ans j’aurais un enfant, pas avant. Je serais une femme accomplie ayant trouvé l’emploi de sa vie avant la trentaine. Je n’aurai qu’à suivre cette route jusqu’à la retraite pour vivre une vie bien remplie, peinarde, mais avec des moments très exaltants… Ouin. C’était ça, mon plan de base. Pas devenir pigiste.

Aujourd’hui, mon réveil a sonné vers 7h30. Ou plutôt, mon fils est venu s’asseoir en face de mon lit, à la hauteur de mon visage jusqu’à ce que je me réveille parce qu’étrangement, je me sentais fixée dans mon sommeil. Ça fait peur. Imaginez quand il fait la même chose parce qu’il a fait un cauchemar au milieu de la nuit. Creepy. Hahaha! Je me tire du lit, me disant que de toute façon j’ai des textes à écrire. Oui, parce que depuis quelques mois déjà, j’évolue comme pigiste et j’adore ça. Je n’avais jamais pensé pouvoir le faire. Je maîtrise ma langue, d’autant plus que finalement, faute d’avoir pu entrer en journalisme à l’université, j’ai étudié en enseignement du français au secondaire. Cependant, j’avais l’impression que ce n’était pas accessible.

Je me lève donc et je prépare le petit-déjeuner pour mon garçon, ainsi qu’une tasse de café pour maman, AKA moi. Puis, je démarre un épisode de Pokémon. Entre deux paroles de la chanson thème, je démarre mon ordinateur portable pour débuter mon texte du jour. En ce moment, je pioche sur des billets parlant du domaine de l’automobile… moi qui ne possède même pas mon permis de conduire. Mais j’adore ça!

 

Je me donne deux heures pour compléter mon billet puisque je sais que je serai déconcentrée. Il n’est pas possible d’être maman à la maison et travailler avec une concentration d’acier. Par chance, j’ai toujours été apte à travailler dans un environnement bruyant ou en écoutant de la musique.

Bon. Pikachu est pris au piège par la Team Rocket. Encore.

Quand je suis fin prête à écrire, que les recherches nécessaires à mon billet sont terminées, je suis complètement focus. Puis, je sens mon fils qui me donne un petit coup de tête sur le bras. Il veut venir s’accoter. Je lui donne un bisou, mais je dois lui dire d’attendre un peu. Je déteste ça. 

Attends. Plus tard. Pas maintenant.

Ce sont des mots que je déteste lui dire… Mais parfois, je n’ai pas le choix. Ces textes que j’écris; je les vois comme mon billet d’entrée pour prouver à de futures entreprises que je suis digne d’écrire pour eux. Et si je réussis à dénicher d’autres mandats de rédaction, ça voudra aussi dire que je pourrai continuer d’enrichir ma relation avec ma face de pet préférée.

Parce que ça; c’est l’aspect que je préfère du travail de rédactrice-pigiste.

Le moment où j’ai terminé d’écrire pour la journée et que je ferme enfin mon laptop. Où j’appelle Charliecoucou et que je lui demande de me faire le plus gros des câlins et qu’on se colle un peu, avant d’aller jouer dehors. Je cumule les moments en tête-à-tête puisque mon copain dort dans le jour, horaire de nuit oblige. J’en profite le plus possible, parce qu’en septembre, mon bébé va commencer l’école. J’ai l’opportunité, en travaillant de la maison, de partager des combats Pokémon avec lui, des batailles de chatouilles, des épisodes de Goosebumps (hello rétro!), des sorties au musée et bientôt, des pique-niques dans le parc.

Et c’est pour toutes ces raisons que je ne retournerai plus à un horaire de 9 à 5. JAMAIS. J’ai réalisé que cette idée de télétravail, instable mais agréable, me correspond totalement. Je me sens libre et forte, étrangement.

Malgré les soirs où je me couche à 1h du matin parce que finalement, j’ai préféré me coller plutôt qu’écrire. Parce que rien n’est meilleur que le bien-être que je ressens de faire quelque chose que j’aime tout en pouvant vivre pleinement avec les gens qui sont ma raison de vivre.

 

Kim Bélisle | NERDS

 

Pour ne pas manquer nos prochains articles, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires