0

S’aimer le temps d’un été

On le savait que ça ne durerait pas. Nous ne venions pas du même endroit et nous n’étions que des adolescents. Mais pendant un court instant, nous y avons cru. C’est ça, la magie des amours d’été.

 

 

On l’a probablement tous vécu au moins une fois. J’étais jeune, une adolescente pleine de vie et d’énergie. Le cadre était parfait: le soleil, les pins, le sable, l’océan, les embruns, l’odeur salée, le ciel bleu. Cet été-là, il y avait quelque chose de spécial. J’ai rencontré des personnes extraordinaires, de qui je me suis automatiquement sentie proche. Puis, je t’ai rencontré toi.

J’ai commencé à te parler, timidement et dépourvue de toute confiance en moi. C’est comme ça les ados, après tout. Je te trouvais beau, avec tes cheveux longs, tes yeux turquoise et tes jeans trop grands. Il n’a fallu que quelques heures passées ensemble pour que je perçoive une belle complicité entre nous. Nous aimions les mêmes choses, avions les mêmes peurs et partagions les mêmes envies.

 

 

Puis, au bout de quelques jours, tout a commencé. Tu as pris ma main alors que nous étions assis dans le sable, à la lisière de la forêt qui longeait l’immense plage dorée. Nous nous sommes embrassés. Ce n’était pas un bon baiser, c’était timide et maladroit. Mais c’était tout pour nous, à l’époque. Nous savions. Nous étions en vacances, loin de chez nous, le temps d’un été.

Alors, nous avons profité de tous les jours, toutes les heures, toutes les minutes que nous avions ensemble. Nous étions inséparables, à un tel point que nos amis se moquaient de nous. Le fait de savoir que le temps était compté rendait tout plus intense, plus urgent. Nous nous sommes rencontrés, appréciés, rapprochés et aimés en un temps record. C’est la magie des amours d’été, le temps semble se dérouler en accéléré.

 

 

J’ai pleuré, tu as pleuré. Nous étions pathétiques tellement nous étions tristes de nous laisser. Mais nous l’avions senti en nous, cette sensation qui fait vibrer tout notre corps. Nous étions jeunes et amoureux. Je me souviens encore de détails qui m’amusent aujourd’hui: l’odeur de ton dentifrice, mes tentatives de coiffage de tes cheveux, nos longues discussions sur des jeux et des films. Tout ça nous semblait tellement important, mais ça s’est terminé aussi rapidement que ça avait commencé.

Ces amours d’été, ces relations éphémères et pourtant si intenses semblent rester gravées dans nos mémoires. C’est un phénomène étrange, qui nous rend à la fois nostalgiques et heureux. Je suis heureuse et amoureuse aujourd’hui, comblée par la personne qui partage ma vie. Pourtant, ces souvenirs ne s’effacent pas et sont toujours partagés entre une larme et un sourire.

 

Pour ne pas manquer nos prochains articles, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

Esther Armaignac Gameuse assumée, elle trippe aussi sur la culture et le cinéma. Dans une autre vie, elle était chanteuse dans un band de garage et danseuse de ballet.