All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

J’ai poussé ma conception d’acheter local!

Par Marie-Pier Hamon – le dans Bien-être
«Un moment donné, mon cerveau a juste mis la switch à off sur les achats futiles et impulsifs sans que j’ai besoin de me taper En as-tu vraiment besoin de McSween. Je crois que c’est à ce moment-là que j’ai commencé à m’intéresser à ce qui se faisait ici, au Québec.»

La consommation, et tout particulièrement la surconsommation, m’a longtemps fait sentir coupable, et avec raison. Quand j’étais jeune, l’activité du weekend avec ma mère et mes soeurs, c’était d’aller magasiner. Comme si aller encourager les multinationales et le capitalisme, c’était réellement une activité!

Quand j’ai emménagé dans mon premier appartement, j’ai donné l’équivalent de trois sacs de linge au moins. Le processus s’est répété à mon deuxième, puis à mon troisième logement.

Un moment donné, mon cerveau a juste mis la switch à off sur les achats futiles et impulsifs sans que j’aie besoin de me taper En as-tu vraiment besoin de McSween. Je crois que c’est à ce moment-là que j’ai commencé à m’intéresser à ce qui se faisait ici au Québec, et à la culture locale.

Je me suis dit que ça valait ben plus la peine d’attendre ma prochaine paye pour me procurer, par exemple, un crewneck d’Ana Roy imprimé au Québec que d’acheter un coton ouaté cheap du H&M made in Bangladesh.

Je me sentais plus éthique et, en plus, j’encourageais une artiste d’ici. Car oui, à mes yeux, les Ana Roy, Pony, Mimi Hammer, C’est Beau et autres designers québécois de ce monde sont avant tout des artistes.

J’ai donc commencé à acheter moins pour acheter mieux.

Je me suis également rendu compte qu’au Québec, on était vraiment riches en talents. J’ai tout doucement commencé à troquer les auteurs américains pour ceux d’ici. Simon Boulerice, Véronique Grenier, Geneviève Pettersen, Stéphane Dompierre, Michel Tremblay, Jacques Poulin, Lily Pinsonneault et Alexie Morin sont quelques-uns des auteurs qui me tiennent compagnie. J’ai beaucoup plus de plaisir à parcourir leur ouvrage que certains de leurs collègues internationaux pour la simple et bonne raison que souvent ceux-ci font référence à ma réalité. Tu vas me sortir que le thème de l’amour est universel (bonjour l’argument de prof de français, toi), mais est-ce que celui de la neige au Québec l’est? Pas certaine.

J’ai également découvert la musique québécoise. Si tu penses que nos artistes d’ici font juste du rigodon, sache que c’est pas du tout le cas! Suffit de se promener un peu sur Bandcamp, Soundcloud ou Spotify pour écouter du folk, de la pop, du rock, de l’expérimental et de l’électro local. Nos artistes sont si bons qu’on les invite fréquemment à des festivals locaux, mais aussi internationaux. La preuve: Men I Trust, un groupe de la capitale, faisait partie du line-up 2019 de Coachella. Ça vaut donc la peine de s’intéresser à la musique d’ici, d’assister aux performances de nos artistes et de les soutenir en achetant leurs tounes qu’on aime tant!

Je crois pas que j’ai besoin de vanter la bouffe d’ici ni le fait de manger local. On s’entend que c’est beaucoup plus savoureux manger un repas préparé avec des fruits et légumes de saison qui viennent du potager ou du marché Jean-Talon qu’ingérer des produits qui ont fait des centaines de kilomètres dans un camion, un bateau ou un avion. Sans compter que ça encourage les producteurs locaux en plus de réduire la pollution. Tout cas, ça vaut la peine de penser à ça la prochaine fois que tu vas être pognée dans la file interminable du Costco ou du Walmart.

 

Dans le fond, consommer local, c’est donner une valeur sociale, responsable et écologique à ses achats. Évidemment, t’es pas obligée d’écouter JUSTE de la musique québécoise ou d’acheter JUSTE des romans québécois, mais c’est bien de s’y intéresser tout comme c’est bien de prendre le temps de voir ce que nos commerçants ont à nous offrir comme produits. Souvent, c’est des produits faits à la main dont la qualité est supérieure à celle qu’on trouve dans les magasins à grande surface.


Crédit photo couverture:  Clark Street Mercantile | Unsplash

Continuez votre lecture

Les meilleurs vins de dépanneur pour quand t’es mal prise

Les meilleurs vins de dépanneur pour quand t’es mal prise

Nerds -
Le célèbre Grumpy Cat est décédé et ça nous rend bien tristes

Le célèbre Grumpy Cat est décédé et ça nous rend bien tristes

Les 5 meilleures friperies de Montréal

Les 5 meilleures friperies de Montréal

Nerds -
5 choses à faire quand le beau temps va (enfin) arriver!

5 choses à faire quand le beau temps va (enfin) arriver!

Nerds -
Ces superbes hôtels vont te donner envie de voyager!

Ces superbes hôtels vont te donner envie de voyager!

Jamais sans mon meal prep: même quand on manque de temps

Jamais sans mon meal prep: même quand on manque de temps

Doit-on être propriétaire pour réussir sa vie? #adulting

Doit-on être propriétaire pour réussir sa vie? #adulting

Les meilleurs endroits où faire du paddle board près de Montréal

Les meilleurs endroits où faire du paddle board près de Montréal

Nerds -
7 endroits insolites à découvrir à Montréal

7 endroits insolites à découvrir à Montréal

Quelques astuces pour optimiser ta recherche d’emploi

Quelques astuces pour optimiser ta recherche d’emploi

Nerds -
10 livres queer québécois et canadiens à lire

10 livres queer québécois et canadiens à lire

Voici comment trouver le bon parfum pour toi

Voici comment trouver le bon parfum pour toi

Nerds -
Aimer son corps, ça s’apprend

Aimer son corps, ça s’apprend

Nerds -
Jamais sans mon meal prep: spécial BBQ

Jamais sans mon meal prep: spécial BBQ

Mon premier contact avec la DivaCup

Mon premier contact avec la DivaCup

Marie-Pier Hamon

Journaliste de formation, Marie-Pier se passionne pour la rédaction d’articles culturels, de divertissement et la recherche de contenu. Toujours un peu en train d’écouter de la musique, elle écrit probablement plus de mots dans une journée qu’elle n’en dit.