All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

J’ai d’autres qualités : J’ai appelé ma mère.

Par Ève Landry – le dans Chroniques

Vendredi, 21h17. Je suis assise en boule dans mon divan, les jambes emmitouflées dans mon pyjama. Mon appartement est vide, vide de mon coloc. N’allez pas penser que j’ai aucune possession matérielle, je viens de mentionner que j’ai un divan. J’ai d’autres meubles aussi, mais c’est pas le but de ce récit-là, peut-être qu’un autre jour je vous ferai la liste exhaustive de ce que contient mon appart. On verra.

Bref.

Je suis à moitié couchée sur mon divan deux places, trop petit pour m’étendre de tout mon long. À mon âge et surtout, à mon budget, on a les meubles qu’on a. Mon laptop sur la bedaine, je parcours l’Internet à la recherche d’émotions fortes – celles qui te font sentir belle du corps ou forte du cœur! Je viens de finir d’écrire à tout le monde que je connais, sauf peut-être ma boss, même si elle est vraiment cool, on sort pas ensemble à la discothèque, mettons! La moitié du monde m’ont répondu qu’ils avaient déjà des projets, tandis que l’autre moitié a juste décidé de ne pas répondre. J’ai eu droit à quelques « vu »… c’est toujours agréable.

Fait que, je me morfonds toute seule chez nous un vendredi soir.

Ça ne m’a jamais dérangé d’avoir du temps pour moi. C’est apaisant l’idée d’un espace-temps libre où l’on se permet de penser, ou juste d’arrêter de penser, faut voir. Mais là, juste après avoir écrit à mon Facebook au grand complet que j’envisageais de marcher jusqu’au dépanneur du coin pour acheter un pot de Ben & Jerry’s et le finir d’un coup, en écoutant des films d’amour toute seule, en pyj, ça m’a pogné un peu…

Tsé, une soirée de championne! Ce qui me déçoit le plus, c’est que, pour une fois, mon smokey eye fonctionne pis j’ai pas l’air d’une fille qui veut trop (le truc, c’est d’oublier d’enlever ton mascara la veille, ça te fait une belle base le lendemain). Ma jolie face pis moi, au lieu de se gâter de shooters et de pitoyablement cruiser le barman, on parcourt Pinterest et Instagram. On essaie de trouver des citations inspirantes, des « Tomorrow’s gonna be better » ou des « Time alone is time to create » ou juste un « Lâche pas Claudia ».

Quelque chose pour nous envelopper la solitude dans du papier bulle.

Parce que,

C’EST VENDREDI, MAUDIT.

Le pire vendredi de ma vie. Y me fait mal. Toute seule à penser que le monde autour veut rien savoir de la fille qui n’enlève pas son mascara avant de se coucher! Je suis pas bien! Vendredi, 21h17, ça y est, j’appelle ma mère.

Pour rien. Surtout pas pour sortir à la Rockette avec elle. Je sais bien que les pistes de danse pis le sourpuss, c’est pas pour elle. Sa voix m’apaise le mal d’être, mais reste que je ne suis pas accompagnée pour finir ma semaine. Maman, je n’ai pas de monologue pour meubler notre conversation. Je feel juste comme une marde d’être seule dans mon appartement vide alors que c’est l’un des derniers vendredis soirs où je peux sortir tranquille, sans me soucier d’avoir un manteau à mettre au vestiaire. Maman, j’ai peur quand je suis toute seule.

Pis là, ma mère, dans toute sa candeur de femme qui a vécu assez longtemps pour avoir tout vu, me répond. Elle ne me répond pas que c’est correct d’être toute seule, que je peux en profiter pour être productive ou pour me soigner le passé mal réglé… non. Elle, la femme qui m’a mise au monde, me répond qu’elle aussi, vendredi soir, 21h17, elle est toute seule et qu’elle s’ennuie. Que la télévision ne joue rien de bon, que mon père est parti pour la soirée, ou quelque chose dans l’genre, et que sa grande maison, où y’a déjà eu des soirées en famille et des enfants qui criaient partout, est vide. Que ça pogne un peu par en dedans.

« Ma chérie, tout le monde a peur de la solitude. »

C’est normal. On ne veut donc ben pas que le monde nous oublie, on veut être là, dans les photos Instagram des meilleures soirées. On voudrait que tout soit beau, tout le temps. Devenir adulte, c’est ça. C’est apprendre que des fois, les fins de semaine se vident de notre entourage. Que des fois, y’a pas de place sur la guestlist pour nous autres. C’est ravaler cette peur-là de la solitude, et réaliser qu’une soirée solo ne signifie pas qu’on a raté notre vie. C’est de se rendre compte que manger un pot de Ben & Jerry’s au complet devant la saison 5 de Gilmore Girls, c’est pas un échec, même que c’est sûrement aussi bon pour l’âme que le sourpuss.

« Ma chérie, tout le monde a peur de la solitude, mais je te promets que ça te tuera pas. »

Peu importe que tu sois née en 2000 ou 1954.

Des fois, je passe mes vendredis soirs seule, mais c’correct, j’ai d’autres qualités.

Je connais les numéros de téléphone importants, par cœur.

Vidéo récente
- Chroniques

Toi qui prends le métro chaque jour, j'ai des choses à te dire (suite)

Plus de chroniques

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

Alexandra Nadeau-Gagnon -
Je suis pas le genre de fille qui attire les gars

Je suis pas le genre de fille qui attire les gars

Alexandra Nadeau-Gagnon -
#sorrynotsorry: je suis souvent dans la lune

#sorrynotsorry: je suis souvent dans la lune

Alexandra Nadeau-Gagnon -

Populaires

Je ne crois pas à The One

Je ne crois pas à The One

Andréanne Beaupré -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Foncer dans la vie, maintenant ou jamais

Foncer dans la vie, maintenant ou jamais

Noémie Ferland -