All time BetterBe Branchez-vous Carrières

J’ai pris le temps d’appuyer sur pause

Par Amélie Legrand – le dans Bien-être
Notre vie est faite majoritairement de temps! Tout est rapport au temps, car « le temps c'est de l'argent »… non? On passe son temps à courir après le temps, sans prendre le temps de l'apprécier. Dans cette dictature de la vitesse où le burn-out est le nouveau mot d'ordre, si on prenait réellement le temps de vivre? D'apprécier? De ralentir?

Il existe un mouvement pour inciter à ralentir notre rythme de vie et mieux vivre: Le Slow Movement.

Il ne s’agit pas de faire une danse de robot au ralenti, mais bien d’adapter nos comportements et changer nos habitudes pour mieux apprécier la vie. Cela se décline dans beaucoup de domaines: alimentation, voyage, éducation, activités, écologie, etc.

Types d’actions du Slow Movement :

  • Prendre le temps de cuisiner un bon repas en famille la fin de semaine, avec des produits locaux au lieu de manger fast food.
  • En voyage, aller à la rencontre des locaux et de leur culture et ne pas comptabiliser le nombre de pays visités.
  • Privilégier des moyens de transports moins polluants, même si souvent moins rapides. Vélo au lieu de la moto ou du taxi.
  • Ne plus utiliser sa voiture pour aller à l’épicerie qui se trouve à 5 min de marche. Aller au travail à vélo ou en métro.
  • À l’école, ne pas concentrer uniquement ses efforts sur les résultats, mais bien sur le plaisir d’apprendre.

Pourquoi ralentir?

Parce que c’est important de prendre le temps d’apprendre à se connaître, d’apprendre à connaître ce qu’on aime, de ressentir, de savourer et d’apprécier chaque seconde de chaque expérience. Et qui sait, de ne plus avoir besoin d’autant de choses dans sa vie. Est-ce que ce n’est pas cela bien vivre finalement?

Ralentir permet de remettre ses valeurs à la bonne place et d’être plus conscient de ce qu’on fait et de ce qu’on a. Se concentrer sur l’essentiel et renoncer au superflu. Dans cette société de surconsommation de biens et de produits qui ne font que remplir le vide intérieur. Pourquoi ne pas prendre le temps d’être tout simplement et n’avoir aucun plan précis. Mais aussi de se concentrer sur les choses qui nous font réellement vibrer, des choses qui ont du sens.

Aujourd’hui, je prends le temps d’écouter les oiseaux qui chantent, le rire des enfants, j’apprécie le soleil qui réchauffe ma peau et la neige qui la refroidit, le vent qui caresse mes joues, je regarde les gens dans les yeux et je suis contente quand quelqu’un me sourit. Je prends le temps de me poser, de voir comment je me sens, au lieu de courir dans une routine effrénée. J’apprécie les petits moments de la vie, car ce sont eux qui la constituent. Mais ça demande un effort quotidien pour rester conscient, ouvert à ce qui nous entoure et se rappeler du plus important. Le changement ne se fait pas en un jour, mais bien chaque jour.

blackWeheartit

À la fin de ma vie, je me souviendrai du temps passé avec mes amis, ma famille et des expériences vécues, pas de tous les trucs inutiles que j’ai achetés. Alors, j’ai décidé chaque jour de me consacrer à ce qui m’importe vraiment en tant qu’individu. Passer des heures sur Facebook, stalker, se comparer, publier des selfies, regarder des émissions de télé-réalité peut procurer une sensation de plaisir l’espace d’un instant, mais au final rien de bien gratifiant. Ça flatte l’égo, mais ça n’apporte pas de réelle valeur ajoutée.

J’étais de celles qui aimaient multiplier mes occupations, mes expériences, mais est-ce que je les appréciais une à une à leur juste valeur? Est-ce que je privilégiais la qualité avant la quantité?

Ce mode de vie auquel je m’étais adaptée ne me rendait pas tellement heureuse. J’ai donc fait le choix d’appuyer sur pause. J’ai voyagé presque un an en sac à dos et j’ai décidé d’apprendre la couture en Thaïlande. Ce n’était pas du tout dans le plan initial, mais ça faisait longtemps que je voulais tenter de créer des vêtements. J’ai décidé d’oser et surtout de prendre le temps d’apprendre, car la couture c’est un réel investissement. Je pensais que l’apprentissage serait plus simple, comme toujours. Patience, minutie et calme étaient les qualités recherchées. Moi qui supportais mal le fait de faire des erreurs, j’essaie de travailler sur moi-même chaque jour pour rester calme et ne pas abandonner ce que je suis en train de faire. J’ai parfois envie de tout balancer juste parce que ça fait 15 minutes que je travaille sur un détail et que je n’arrive pas à le faire rapidement. On dirait que je suis trop pressée d’obtenir un résultat.

J’ai donc analysé ce comportement, pour me rendre compte que l’urgence et la rapidité étaient devenues mon mode de vie, et qu’il fallait que ça change.

livresWeheartit

C’est bien de faire plein de choses, mais le but c’est d’apprécier ce qu’on est en train de faire en ce moment même. Dans cette dictature de la vitesse, on ne prend plus le temps d’apprendre. La performance, la perfection et l’excellence sont notre quotidien! Il faut être efficace ici et maintenant. Pourtant, apprendre c’est être capable de se tromper tout en gardant son enthousiasme et la volonté d’avancer. Aller vite, se dépêcher, mais pourquoi? Alors, n’oublions pas de ralentir la cadence et de prendre le temps de vivre. Et ce, chaque jour. Car finalement la vie c’est le chemin à parcourir en espérant passer la ligne d’arrivée simplement épanoui.

Continuez votre lecture

Le jour où j’ai décidé d’avoir confiance en moi

Le jour où j’ai décidé d’avoir confiance en moi

Nerds -
La fois où j’ai dû partir pour mieux revenir

La fois où j’ai dû partir pour mieux revenir

Audrey Chabot -
4 réalisations que j’ai faites en 2016

4 réalisations que j’ai faites en 2016

Sarah-Jane Vocelle -
La fois où j’ai médité 10 jours en silence

La fois où j’ai médité 10 jours en silence

Amélie Legrand -
Je l’avoue, j’ai été la blonde jalouse

Je l’avoue, j’ai été la blonde jalouse

Ethel Gutierrez -
Toi aussi, tu peux prendre le temps de prendre le temps

Toi aussi, tu peux prendre le temps de prendre le temps

Melina Geremia -
J’ai pris une année sabbatique

J’ai pris une année sabbatique

Beatrice Solari -
J’ai d’autres qualités : partir en voyage

J’ai d’autres qualités : partir en voyage

Ève Landry -
Ce que j’ai appris en vivant toute seule

Ce que j’ai appris en vivant toute seule

Valérie Martel -
Ces « petites choses » à faire pour te booster le moral en attendant le froid

Ces « petites choses » à faire pour te booster le moral en attendant le froid

Sarah-Jane Vocelle -
La fois où j’ai dû mettre ma vie sur pause

La fois où j’ai dû mettre ma vie sur pause

Chloé Néron -
J’ai peur du noir

J’ai peur du noir

Quand j’ai réalisé que ça n’allait pas bien dans ma tête

Quand j’ai réalisé que ça n’allait pas bien dans ma tête

Patrice Lepage -
J’ai d’autres qualités : J’ai appelé ma mère.

J’ai d’autres qualités : J’ai appelé ma mère.

Ève Landry -
Quand j’ai décidé de changer.

Quand j’ai décidé de changer.

Nerds -