All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Maman, j’ai pas le loyer, mais j’ai fait des crêpes!

Par Ève Landry – le dans Bien-être
Les 1er juillet sont mes grands chums. Le trafic saturé de camions blancs, les trottoirs remplis de gars pas de t-shirt qui se demandent comment passer la table antique dans l'escalier en colimaçon, les boîtes mal tapés qui défoncent. Les nouveaux colocs, les pizzas commandées à un Double Pizza surchargé et les fins de journée où, assis sur le balcon, on se sent glorieux de notre choix d'appartement.

Tsé, le premier juillet.

La journée nationale du déménagement, c’est l’enfer pis le paradis dans un seul et même vingt-quatre heures. De la fatigue, de la force brute, du carton en masse, la liberté de pouvoir décorer sa nouvelle chambre exactement comme l’ancienne pis le plaisir de se raconter toute ça autour d’une bière en fin de soirée. La plupart des dernières années, pour moi, c’était ça, le premier juillet.

Sauf que y’a eu des années où c’était juste l’enfer.

Des années où ma nouvelle coloc, c’était ma mère.

En six ans, j’ai déménagé environ 9 fois. Dont 4 où j’ai décidé, le cœur déchiré pis la tête par en bas, de retourner vivre chez ma mère. Ces fois-là, j’avais de la misère à me sentir grande malgré mes talons hauts. On va se le dire, entre toi pis moi, retourner vivre chez ses parents, ça fait pas champion. On se trouve poche de pas réussir à être des-grands-adultes-avec-des-responsabilités-qui-paient-le-loyer-à-temps.

Ça sent l’échec à grandeur de nos corps quand, le visage brouillé de larmes, on appelle sa mère pour y demander si elle pourrait pas nous couvrir jusqu’à la prochaine paye. Quand on devient le meilleur comédien en faisant semblant que l’épicerie du Cosco que notre père vient de nous offrir était pas « si nécessaire que ça, j’te jure, pops ».

En quittant ton 4 et demi, trop cher, pas chauffé pis en retrouvant ton demi-sous-sol logé nourri, tu retrouves aussi ta maman. Elle non plus, elle capote pas nécessairement à l’idée de te revoir passer tes journées dans son salon. La mienne était contente moyen, mettons. Surtout la deuxième, la troisième pis la quatrième fois.

C’est dur de se sentir cool en retrouvant notre chambre d’adolescent de 14 ans qui tripait un peu trop sur Blink-182. Sauf que, d’une championne ratée à un autre semblant d’échec, je veux te dire deux trois choses. La première : tout va bien aller. C’est correct. Je le sais, que là, là, tout suite, tu te trouves poche pis incapable. Je me sentais de même aussi. Une fille qui a crié un peu trop vite qu’elle était prête à être adulte. Pis ça? Ça te tuera pas.

La deuxième : Tranquillement pas vite, ça va aller un peu mieux. Tu vas commencer à te trouver moins poche. Probablement parce que tu compares ton compte en banque de jeune adulte qui habite chez ses parents avec ceux de tes amis travailleurs-temps-partiel-locataires-à-temps-plein.

Rendu-là, prends ton temps. Profite de ce confort-là, de pouvoir te reposer un peu pis d’avoir les conseils de tes parents à deux pas de toi dans la pièce d’à côté. T’es tombé face première sur le plancher : c’est correct d’avoir un peu mal pis que les joues te chauffent. C’est rough de l’asphalte.

Fait que, dors un peu plus, lis les romans qui traînent, jamais ouverts, dans ta bibliothèque. Gâte-toi dans le temps libre de stress pour faire des choses que t’aimes. Regarde Kijiji de temps en temps, mais pas trop souvent. Je le sais que tu t’ennuies d’être celui qui organise les partys dans ton appartement proche d’un métro. Sois pas trop pressé, sinon tu vas refaire les mêmes erreurs.

Je le sais, je les ai refaites. Quatre fois.

La troisième : Fais des crêpes à ta mère demain matin. Avec du sirop. Pis des fruits. Pis un gros gros bisou dans le front.

T’as la chance de pouvoir revenir en arrière. Dis merci pis profites-en.

Vidéo récente
- Bien-être

- Comment Savoir Si Ton Corps Subit Les Effets De L’anxiété ?

Plus de bien-être

Contraception: l’importance d’évaluer les options

Contraception: l’importance d’évaluer les options

Marie-Pier Hamon -
LGBTQuoi? Le lexique LGBTQ+ expliqué en termes simples

LGBTQuoi? Le lexique LGBTQ+ expliqué en termes simples

Et si je me faisais confiance?

Et si je me faisais confiance?

Sixtine Pinot -

Populaires

Tout abandonner pour réaliser ses rêves en Gaspésie

Tout abandonner pour réaliser ses rêves en Gaspésie

Julien Benca -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
10 signes que c’est terminé

10 signes que c’est terminé

Valerie Landry -