All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Baltic Club: quand entrepreneuriat et amour vont de pair

Par Sophie Prévost – le dans Carrière, Divertissement
Mélanie Ouellette est dessinatrice et a une formation en art, théâtre, design et graphisme. Brice Salmon a l’expérience des affaires et a étudié en économie des entreprises et en cinéma. Un bon jour, Brice organise une exposition des illustrations de Mélanie à son insu. Il lui dit seulement lorsque tout est préparé et elle accepte de se lancer dans cette aventure. C’est le début d’une belle alliance.

Ensemble, ils fondent Baltic Club en 2014, une papeterie qui aura bientôt pignon sur rue sur le boulevard St-Laurent. Ils y inaugureront leur premier «bar à papier» où les gens pourront créer leur carnet personnalisé. Ils nous racontent aujourd’hui leur parcours avec beaucoup d’humilité, de franchise… et d’humour!

D’où est venue l’idée de vous lancer en affaires?

Brice: Quand on parlait de nos projets futurs, on s’est fait une liste pour savoir comment notre vie pourrait être pour qu’elle soit absolument parfaite. On a écrit qu’on voulait travailler d’où on veut, quand on veut, comme on veut. On s’est demandé: «Comment on peut faire pour atteindre cet objectif?» et c’est arrivé naturellement. On avait juste envie de vivre de ce qu’on fait et de ce qu’on aime. Lancer notre entreprise répondait à tous ces critères-là. On s’est donné quelques mois, un an, et aujourd’hui, c’est ce qu’on fait.

Ça ne vous semblait pas un gros plongeon de lancer votre entreprise?

Brice: Il y a plein de gens qui veulent le faire, mais ils voient ça comme une montagne alors que dans la réalité, il suffit de prendre un risque, de commencer, d’essayer. Moi, ce qui m’a énormément aidé, par exemple pour quitter mon travail, c’est que j’écoutais énormément de podcasts d’entrepreneuriat et de marketing.

Mélanie: Ça démystifie, ça te rassure, ça te montre que tout le monde est capable.

Brice: Et puis que le meilleur jour pour commencer, c’est aujourd’hui. Alors, un jour, je suis allé voir ma boss, je lui ai dit: «J’arrête. Je voudrais essayer de me lancer en affaires». Le lendemain matin, quand  je me suis levé, j’avais peur. Je me suis dit: «Je vais m’ennuyer, on ne va pas gagner de sous», vraiment l’angoisse. J’avais même pas déjeuné et j’avais déjà trop de trucs à faire. Et depuis, ça s’est pas arrêté!

Quelle a été la première démarche importante pour lancer Baltic Club?

Mélanie: L’achat de notre imprimante. Billy. C’était important de produire plus facilement, de pouvoir faire plein des tests, de jouer avec les couleurs et les matières.

Brice: Les entreprises n’existent pas tant que tu n’as rien de concret. Si les gens n’ont rien entre les mains, c’est comme si tu n’existais pas. L’achat de l’imprimante a été le dernier maillon de la chaîne pour transformer le rêve en réalité. Ça n’a pas besoin d’être absolument parfait, ç’a juste besoin d’être vrai et tangible et tout d’un coup tu existes. L’important, c’est d’exister.

Quels sont les avantages de se lancer en affaires à deux?

Brice: Seul, c’est extrêmement compliqué. Avoir un associé, c’est la clé du succès.

Mélanie: À deux, prendre des décisions, c’est beaucoup plus facile. C’est plus motivant aussi, dans les moments difficiles, il y en a toujours un pour reprendre la balle au bond. On peut faire plusieurs tâches simultanément, se lancer des idées. On peut aller beaucoup plus loin, plus longtemps, plus fort.

Brice: On se fait vraiment confiance. Quand tu es seul, si tu frappes un mur, tu n’as pas toujours la motivation pour tout reprendre. Quand je rencontre des gens qui veulent se lancer en affaires, c’est le premier truc que je dis: «Est-ce que tu as quelqu’un dans ta vie avec qui tu as envie de travailler?» C’est une part importante du succès.

Et quels seraient les désavantages?

(Après réflexion de part et d’autre.)

Mélanie: On a moins de vie sociale. Et c’est dur de prendre des vacances.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées?

Mélanie: D’abord, gérer la croissance, la demande. On nous dit: «J’aimerais avoir 30 nouveaux modèles de cartes de souhaits.»

Brice: Pour les gens, une carte de souhaits, tu la dessines, tu l’imprimes, c’est réglé. Ce n’est pas si simple!

Mélanie: Ce qui a été difficile au début aussi, c’était de trouver l’équilibre.

Brice: Au début, c’était un peu l’anarchie. On avait loué une table dans un espace de travail partagé, on payait trop cher, on courait après trop de projets en même temps, comme une poule sans tête. On a appris à dire non. À bien faire la différence entre les choses importantes et les choses urgentes. Mieux organiser nos journées, être plus structuré dans nos journées. Le temps était le problème numéro un. La chose la plus précieuse, c’est le temps, pas l’argent. La clé du succès: gérer son temps.

À quoi ressemble une journée typique pour vous?

Brice: On est debout à 6 h parce qu’on est trop énervé, comme des enfants le matin du 25 décembre. On commence avec notre sport respectif, puis on va au bureau. On se fait une rencontre de motivation pour qu’il y ait rien qui tombe dans la craque du sofa, pas de zones grises, de trucs pas clairs. On fait le point sur ce qui est à faire et dans quel ordre. Si tu sais ce que tu fais, tu es beaucoup plus efficace.

Mélanie: On a un horaire de 9 h à 18 h environ. En soirée, on travaille sur des trucs qu’on choisit, des trucs plus le funeasy work. Au final, on a coupé dans ce qui n’était pas important. La télé, après le souper, ça ne sert à rien, c’est du temps de perdu. On a optimisé nos journées. Tout ce qui est entre 17 h et 22 h, quand la plupart des gens font pas grand-chose, nous on le rentabilise. Mais on voit nos amis quand même!

Brice: On écoute des séries aussi! On est pas des machines. Mais quand on a rien de spécial, on en profite et on a beaucoup de plaisir.

Et que dites-vous à ceux qui n’oseraient pas se lancer en affaires parce qu’il y a trop de compétition dans leur domaine?

Brice: Ceux qui voient ça comme un frein ou un problème voient ça du mauvais côté. Nos amis font la même chose. On est pas en compétition, on fait des choses différentes. Plus il y a de papeterie, plus les gens en consomment.

En terminant, si l’entrepreneur qui dort en toi souhaite en apprendre davantage, sache que Brice et Mélanie, en plus d’offrir des ateliers d’art, proposent également des ateliers et du coaching pour les artistes qui se lancent en affaires. Ils adorent partager avec leur clientèle leurs bons coups et leurs erreurs, notamment sur leur blogue. Peut-être que cette rencontre sera le coup de pouce nécessaire pour vous rapprocher de votre rêve?

Tu peux également te procurer plusieurs de leurs créations dans notre boutique en ligne!

Vidéo récente
- Carrière

Comment tourner tes défauts en avantages en entrevue

Plus de carrière

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Amélie Desmarais -
Le bonheur est dans le changement

Le bonheur est dans le changement

Karine Boileau -
Morning Miracle : 6 minutes pour changer ta vie

Morning Miracle : 6 minutes pour changer ta vie

Marie-France Poulin -

Populaires

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Marie-Pier Hamon -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Nerds -