All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Est-ce que tu l’aimes?

Par Marilyne Jetté – le dans Amour, Psycho
«Est-ce que tu l’aimes?» «Mais ce n’est pas ça la question. Du moins, ce n’est pas uniquement ça. Pour moi, oser dire Je t’aime à quelqu’un c’est beau, intime, sincère et précieux, mais ça implique aussi le risque de souffrir à nouveau...» «Es-tu prête à souffrir alors?» Je crois qu’on n’est jamais prête ni consentante à souffrir, mais comme l’a si bien dit Safia Nolin récemment: «Vaut mieux s’ouvrir et souffrir que se fermer et ne rien ressentir.»

Est-ce que tu l’aimes?

Ces mots ont résonné très fort en moi. Ils m’ont donné envie de baisser ma garde et de simplement me laisser aller à vivre ce que j’avais à vivre avec toi, sans peur ni pudeur. Pour la première fois depuis longtemps, j’ai laissé tomber mon armure et étonnamment, je me suis tout à coup sentie plus forte et plus courageuse. Je crois que c’est parce que suis revenue à moi, dans toute ma vérité et ma vulnérabilité. Je me sens enfin prête à m’embarquer dans cette aventure avec toi. J’ai envie de te sauter dans les bras, de t’enlacer et de crier haut et fort: «JE T’AIME!».

Ce n’est peut-être pas le bon moment. Ce n’est peut-être pas raisonnable. Ce n’est peut-être pas ce à quoi on s’attendait. Mais ce que je sais, c’est que oui, je t’aime. Je le sais parce que lorsque je vis quelque chose de joyeux, de surprenant, de triste ou de drôle, c’est à toi que j’ai envie de le crier au téléphone ou de le chuchoter sur l’oreiller.

Je le sais à cause de nos fous rires partagés. Tu réussis à transformer des anecdotes banales du quotidien en de véritables numéros de stand-up comique. Tu parviens à être absurde et ridicule à la fois. Je le sais parce que tu m’encourages dans tout ce que je fais. Tu crois en moi, tu m’écoutes et tu me pousses à poursuivre mes rêves. Tu es le gars over motivé  dans les gradins avec une grosse pancarte qui crie: «Vas-y, t’es capable, t’es la meilleure!»

Je le sais parce qu’en sortant du cinéma où on est allé voir mon film (de-répertoire-pas-du-tout-ton-genre) tu t’empresses de me demander comment j’ai aimé ça. Je te réponds par la positive et dès lors, ton sourire illumine ton visage, tu m’enlaces et tu me dis que t’es heureux de me savoir contente. Tu partages mes bonheurs.

Je le sais parce que lorsque tu viens souper et que j’ai raté ma recette, tu me dis quand même que c’est bon et que je suis bonne à marier.

Avec toi, je me sens en confiance, je me sens chez nous. Sans artifices ni flaflas. Pas de game et pas de jeux de pouvoir. Juste un mademoiseau et une mademoiselle qui se respectent, s’admirent et se font rire autour d’une recette manquée.

Continuez votre lecture

Mon père n’est pas Superman et je l’aime

Mon père n’est pas Superman et je l’aime

Noémie Ferland -
Je t’aime moi non plus

Je t’aime moi non plus

Mélissa Lavoie -
L’amour à l’ère de Facebook

L’amour à l’ère de Facebook

Pis toi, l’as-tu trouvé TON livre ?

Pis toi, l’as-tu trouvé TON livre ?

D’un océan à l’autre: on a choisi de s’aimer

D’un océan à l’autre: on a choisi de s’aimer

Je t’aime de toute mon insécurité

Je t’aime de toute mon insécurité

Eve Bilodeau -
Il m’aime, mais pourquoi?

Il m’aime, mais pourquoi?

Kim Bélisle -
Tu n’es pas folle

Tu n’es pas folle

Valerie Landry -
Cet amour volcan

Cet amour volcan

Audrey Chabot -
Je t’aime de toute mon innocence

Je t’aime de toute mon innocence

Eve Bilodeau -
Aimer en 2014 ou les « on verra si on s’aime »

Aimer en 2014 ou les « on verra si on s’aime »

Nerds -
Au jour le jour, l’amour: l’orgueil

Au jour le jour, l’amour: l’orgueil

Comment réussir sa relation à distance?

Comment réussir sa relation à distance?

Marie-France Poulin -
L’automne, c’est pas ta saison préférée

L’automne, c’est pas ta saison préférée

Frédérike Wagner -
Le polyamour: est-ce que c’est pour moi?

Le polyamour: est-ce que c’est pour moi?

Nerds -