All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Et si on n’était pas fait pour une histoire normale?

Par Amélie Desmarais – le dans Sexe
Si je t'avais dit comment je me sentais, si je t'avais dit combien tu comptais pour moi, si seulement j'avais été honnête envers toi et envers moi. On aurait pu être autre chose que deux individus qui s'aiment de loin, on aurait pu devenir quelque chose.

On entretenait cette relation à distance fusionnelle à temps partiel et tellement malsaine. Je t’aime Je t’aimais tellement que pour moi c’était facile de tout accepter. C’était facile la première fois que t’es parti de garder contact et de venir te voir sur le continent pour lequel tu m’avais quittée. C’était facile de se retrouver dans un endroit magique et de profiter l’un de l’autre. C’était facile de prendre le volant et de rouler des heures que pour te voir l’espace d’une soirée. C’était facile de se voir et de glander, couper du monde, couper des regards. C’était facile de t’aimer.

On avait notre bulle bien à nous, isolée de tout, du moindre petit problème, du moindre souci. On respectait l’horaire de l’autre et on prenait soin l’un de l’autre à notre façon. On avait notre language, nos blagues et surtout notre complicité. On avait cette relation que n’importe qui aurait pu envier, mais malgré tout ça, y’avait une chose vraiment importante qu’on n’avait pas : l’honnêteté.

Chacun dans notre ville, dans notre province, on pouvait passer des heures à se parler à n’importe quel moment de la journée, mais la fréquence variait souvent, ça pouvait être une fois par mois, par semaine ou même tous les jours. On savait très bien que chacun vaquait à ses occupations et développait sa personne, ses ambitions. On se laissait respirer pour mieux s’étouffer par la suite.

Et puis, jeudi dernier, on a tout perdu. C’est comme si, en même temps, on avait arrêté de croire en l’autre : on s’est avoué être aller voir ailleurs. Notre relation, si s’en était une, n’avait jamais été labellée. On n’a jamais défini de règles ou quoique ce soit, on se gardait de ne pas parler de sentiments ouvertement parce qu’on savait trop bien que notre avenir n’était pas garanti.

image

Pourtant, la journée de jeudi était destinée à une bonne nouvelle; on allait partager la même ville pour la première fois depuis 3 longues années. Enfin, on aurait pu vivre normalement notre histoire. Peut-être qu’on n’était pas destinés à vivre une histoire normale, peut-être qu’il aurait fallu qu’on reste loin l’un de l’autre. Et si on s’était vraiment donné une chance?

Plus de sexe

À toi qui m’as brisée…

À toi qui m’as brisée…

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

Populaires

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand il ne reste que le confort

Quand il ne reste que le confort

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Amélie Desmarais

Vagabonde dans l’âme, mais relationniste dans la vrai vie, Amélie sait porter plusieurs chapeaux. Elle aime les voyages, la cuisine et le vélo!