All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Le consentement actif, c’est sexy

Par Nerds – le dans Bien-être, Santé, Sexe

Dans les derniers mois, on a vu la notion de consentement sexuel être discutée énormément, sur les réseaux sociaux et dans les médias. C’est qu’on s’est rendu compte que ce n’était pas clair pour tout le monde, cette histoire-là. Alors, on a mis des critères fixes, pour savoir à quoi s’en tenir au niveau légal : il faut être conscient, willing, pas de détournement de mineur, etc. Loin de moi l’idée de faire le tour de tous les critères, je crois que cette vidéo fait très bien de toute façon :

Je crois que toute cette discussion sur la notion de consentement, et surtout le fait qu’elle soit nécessaire à notre époque, cache un problème bien plus grave : lorsqu’on parle de sexe, le consentement est trop souvent quelque chose de sous-entendu, un gros non-dit. Pourtant, comme on le voit dans la vidéo du thé, il est facile de replacer le sexe par quelque chose d’autre pour constater à quel point c’est absurde.

– Hey, veux-tu aller à la Ronde avec moi?

– Je sais pas trop… ouin, peut-être.

– T’as pas dit non, ça veut dire oui! Let’s go!

Euh…?

– Hey regarde, la maison-là est à vendre, tu devrais l’acheter.

– Ah, c’est vrai que je pensais peut-être acheter une maison…

– Ben maintenant c’est fait, tu peux pu changer d’idée!

On pourrait passer pleins de sujets différents comme ça, l’idée reste la même : dans la société où l’on vit, l’absence du mot non ne suffit pas comme signe définitif d’un engagement. Si quelqu’un me propose de jouer au tennis et que je ne parais pas très enthousiaste, il risque d’aller demander à quelqu’un d’autre. C’est toujours plus le fun jouer avec un partenaire qui en a vraiment envie, non?

Source: www.parisdimanche.com
Source: www.parisdimanche.com

Pourtant, quand on parle de sexe, les choses s’embrouillent. Dans les films, à moins que ce soit de la pornographie (et quelques rares exceptions), les personnages ne mentionnent jamais leur envie, avant de se sauter dessus. Ils se regardent intensément un moment, puis ça y est, badabing badaboum. Comme si un regard intense n’avait qu’une signification, comme si le malentendu était impossible. Et pourtant, il y a tellement place à l’interprétation dans un regard!

À force de voir les choses se passer comme ça au cinéma, on finit par faire pareil. On se laisse convaincre que la romance, c’est de se comprendre sans parler, c’est d’avoir les mêmes désirs au même moment, comme par magie. Pourtant, si le cinéma censure les paroles cochonnes, quelque chose me dit que c’est beaucoup plus par souci de rating que de romantisme. C’est facile de couper une scène avant que les images ne deviennent trop osées ; par contre, si la séquence de french commence par «j’ai le goût de fourrer à soir», c’est clair qu’on se retrouve vite avec un comité de mamans offusquées sur le dos.

Dans la vraie vie, ne rien dire ne mène pas forcément à la baise la plus romantique du monde, loin de là. Si on n’exprime pas nos goûts et nos désirs, c’est difficile pour notre partenaire de les deviner. C’est possible, s’il est vraiment chanceux, mais ça risque de prendre beaucoup de mauvaises baises avant de trouver celui qui a un don de télépathie.

Et c’est là que le concept de consentement actif devient intéressant : parce que non seulement il résout la question légale à laquelle on ne veut pas avoir à penser pendant un rapport sexuel, mais en plus il permet d’améliorer l’expérience. En fait, le consentement actif, c’est simplement d’exprimer ses désirs clairement :

– J’ai envie que tu dormes dans mon lit ce soir.

– OK, cool, moi aussi!

– … tout nu.

– Moi aussi j’ai envie qu’on soit nu.

– Avec ton pénis en dedans de moi.

Ça a le mérite d’être clair ! En plus, bien utilisé (parce que je suis consciente que je n’ai pas sorti mes plus grands talents de pornographe dans ce dialogue), ça peut être très excitant. Bien plus que le silence! Après tout, le silence, ce n’est pas si sexy que ça. Ce n’est pas vrai que deux êtres humains qui ne se connaissent pas forcément depuis dix ans sont capables de se comprendre juste avec leurs yeux. Et se demander si l’autre aime ce qu’on fait, à la longue, ça peut casser le plaisir. Un petit «c’est bon, continue» ici et là, ça peut l’augmenter.

Source: www.popsugar.com
Source: www.popsugar.com

L’autre grosse barrière au consentement actif, c’est la gêne. Ça peut aller des deux côtés, mais on dirait que c’est plus répandu chez les filles. C’est qu’on ne gère toujours pas très bien notre désir sexuel : il est accepté, c’est sûr, mais on ne veut pas passer non plus pour la grosse cochonne. Pourtant, si l’on accepte d’avoir des rapports sexuels, notre envie finira bien par se trahir d’une façon ou d’une autre, non? Alors, pourquoi ne pas l’assumer complètement ? Ça peut être difficile au début, quand on n’a pas l’habitude de verbaliser ces choses-là, mais on n’est pas obligé de s’attaquer aux détails les plus croustillants dès le départ! On commence en douceur, puis on peut augmenter l’intensité des désirs qu’on nomme au fur et à mesure qu’on se sent à l’aise de le faire.

L’idée du consentement actif, ce n’est pas de venir dire, une fois de plus, comment les femmes devraient vivre leur vie sexuelle. D’ailleurs, les hommes sont concernés aussi : tout le monde devrait être à l’aise d’exprimer ses désirs sexuels avec son/sa partenaire. Le but est simplement de cesser d’être passif face à notre propre sexualité et de prendre le contrôle de nos envies. Ça aide à avoir une vie sexuelle plus saine, qu’elle ait lieu avec un partenaire à long terme ou avec des amants d’un soir.

Par Valérie JB
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Plus de bien-être

5 trucs pour te faire un budget comme un.e vrai.e adulte responsable

5 trucs pour te faire un budget comme un.e vrai.e adulte responsable

Alexandra Nadeau-Gagnon -
Le sexe écolo, pour avoir du plaisir sans polluer la planète

Le sexe écolo, pour avoir du plaisir sans polluer la planète

Alexandra Nadeau-Gagnon -
10 livres pour démystifier la sexualité humaine dans toute sa splendeur

10 livres pour démystifier la sexualité humaine dans toute sa splendeur

Marilou LeBel Dupuis -

Populaires

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Ça se recolle-tu, l’amour?

Ça se recolle-tu, l’amour?

Mélissa Lavoie -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.