All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Les soirs où il n’y a pas de karaoké

Par Nerds – le dans Chroniques

Il fait froid dehors, j’entre d’un coup. Le bar est presque vide, toutes les têtes se retournent. Tous les visages affichent le même air interrogateur; on ne me connait pas. Je regarde autour de moi, mon ami n’est pas encore arrivé. Je choisis une table au hasard, je suis la seule à ne pas être assise au bar.

Des chansons tristes défilent; on passe du Éric Lapointe, Julie Masse, Patrick Bruel… Et les lumières scintillent. Le bar est déjà décoré pour Noël, alors on est éclairé par une faible lueur mauve bleutée : il y a des glaçons mauves derrière le bar, des guirlandes de lumières bleues sur les murs. Et quelques autres décorations lumineuses ici et là.

Il y a des télévisions qui jouent en sourdine. Chacune d’elles affiche un poste différent.

Il y a aussi une fille qui s’emporte, au bar. Elle y passe beaucoup de temps, parle aux gens qui l’entourent. Ils se connaissent tous. Ils l’écoutent, pendant qu’elle tente de comprendre à quel moment sa vie lui a échappée.

Pendant ce temps, mon ami est arrivé. On boit de la grosse Tremblay en se racontant nos soucis. On entend la fille qui gueule en sourdine, quelques mètres plus loin. Sa vie ne va pas bien. Mais elle est au bar, nous sommes à une table. Sa détresse ne nous agresse pas. Elle fait partie du bruit de fond au même titre qu’Éric Lapointe. C’est triste à entendre, mais c’est trop loin pour qu’on se sente concernés.

C’est lundi.

Le lundi, dans un bar karaoké, il n’y a pas de karaoké. Le lundi, le bar est délaissé. Tous les bars sont plus ou moins délaissés les lundis soirs, mais les bars karaoké encore plus; ils ont perdu leur raison d’être.

Seuls les habitués ne les boudent pas. Ceux qui habitent juste à côté, ceux qui sont là tous les jours de la semaine. Et puis ceux, comme la fille au bar, qui ont eu le malheur de se faire larguer un lundi et qui tentent de comprendre.

Source: thelollingtonpost.com
Source: thelollingtonpost.com

Je ne sais pas. J’imagine que ce portrait vous semble sans doute bien déprimant, mais j’aime cette ambiance. La lumière bleutée et les décorations de Noël qui clignotent doucement. Le silence de la plupart des gens au bar, mais cette façon qu’ils ont d’être unis malgré tout. Une trame sonore à la fois horrible et douce; le volume pas trop fort. Le regard interrogateur des habitués quand j’entre qui se transforme en air bienveillant après si peu de temps. La barmaid à la voix rauque qui nous offre du pop corn, juste comme ça. Ce bar, qui devient un monde en soi. Un espace où je me sens en sécurité, comme enveloppée dans une boule de ouate.

C’est peut-être parce que le bar le plus proche de chez moi a toujours été un karaoké, peu importe où j’ai habité. C’est peut-être parce que j’aime beaucoup les karaokés et que j’ai souvent eu des horaires qui rendaient la chose impossible; j’ai plus souvent eu mes lundis que mes samedis soirs de congé. Mais peut-être aussi que je n’ai pas d’excuse.

J’ai toujours trouvé qu’il y avait quelque chose d’intime et de doux, dans ces bars délaissés les soirs où il n’y a pas de karaoké.

Par Valérie JB
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Plus de chroniques

Dénoncer, une décision difficile

Dénoncer, une décision difficile

Comprendre le mouvement «Black Lives Matter»

Comprendre le mouvement «Black Lives Matter»

Ma marraine la bonne fée

Ma marraine la bonne fée

Populaires

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Le meilleur des descriptions Tinder pour rire ou pleurer de découragement

Le meilleur des descriptions Tinder pour rire ou pleurer de découragement

Je suis… borderline

Je suis… borderline

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.