All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Amours et Anecdotes: la chronique d’une auteure de chick lit… parce que tout ne peut pas être écrit dans un roman!

Par Nerds – le dans Club de lecture, Divertissement
J’ignore si vous le savez, mais je suis auteure de romans chick lit. J’adore le genre.

Uno parce qu’on n’a pas besoin de se prendre la tête en lisant (entre vous et moi, il ne manque pas de situations où on se prend la tête) et deuxio, parce qu’il est rassurant de constater qu’on n’est pas seule à vivre ce genre d’histoires tellement ridicules qu’elles frôlent presque la fiction! Bon, c’est peut-être juste des personnages et je ne sais pas comment les autres auteures de chick lit travaillent, mais en ce qui me concerne, je m’inspire beaucoup de mes amies, de ma propre vie et de ce que j’entends autour de moi. Malheureusement, je ne peux pas tout écrire dans un roman. J’ai un nombre précis de personnages; parfois, leur psychologie ne me permet pas de les placer dans telle ou telle situation.

Je peux toutefois vous parler d’une amie qui est une source intarissable d’histoires et d’inspiration. Pour des raisons de confidentialité, je l’appellerai Lola. Je l’aime d’amour, Lola, mais je ne sais pas pourquoi, elle a le don de TOUJOURS rencontrer des hommes à problèmes. Je pense que depuis que je la connais, elle n’a jamais rencontré quelqu’un de «normal» avec qui c’était facile et naturel. Et le pire, c’est qu’à chaque rencontre, elle y croit, la pauvre cocotte. Elle veut tellement voir le bien chez tout le monde, qu’elle ne voit pas tout de suite le gros X en néon rouge glow in the dark AND in the light au-dessus de leur tête (X qu’au moins 90 % de la population verrait immédiatement). On finit toujours par en rire, mais des fois, elle a des moments de découragement, comme nous toutes dans le fond.

source: skyrock.net
source: skyrock.net

Ça m’emmène à vous parler de son dernier gars. Je savais qu’elle fréquentait quelqu’un et qu’à ses dires, ça allait SUPER BIEN. Mais quand j’ai reçu son appel il y a quelques semaines et qu’elle hoquetait à travers ses larmes que ça n’avait pas marché et qu’elle était dévastée, je me suis ouvert une bouteille de vin, me suis versé une coupe et je lui ai demandé de tout me raconter.

Pour conserver l’anonymat de ce gars, je l’appellerai David. Lola et David se sont donc rencontrés pendant une ride d’ascenseur dans l’immeuble où les deux travaillent. Selon elle, c’était presque le coup de foudre. Ils ont été souper, se sont vus régulièrement, pour ne pas dire abusivement, pendant les semaines qui ont suivi, ont fait des activités, se sont racontés des anecdotes, ont ri ensemble, bref ils ont vécu tous ces moments magiques de début de relation. Tu sais, les débuts où tu as des papillons dans le ventre quand tu penses à lui et que tu es presque en train de vous imaginer choisissant les prénoms de vos futurs enfants. Ces débuts-là, oui.

Le seul hic, c’est que David sortait de relation. Une longue relation aussi. Pas une relation de quelques mois, là. Non, non. Lola le savait depuis le début, mais comme d’habitude, elle a choisi d’ignorer la vraie signification de ce détail au profit de phrases douteuses comme «quand je te regarde, je me perds dans tes yeux». On lui avait toutes dit que c’était dangereux, un gars qui sortait de relation, qu’il y avait pas mal (trop) de chances que ce soit un rebound. Mais elle n’a rien voulu entendre, et ce, même si tout pointait dans cette direction : comme le fait que David, ben il en parlait beaucoup de sa dernière relation. Même lors de leur première date, il en avait parlé. Selon moi, c’était un indicateur assez clair.

– Mais c’est normal qu’il en parle! m’avait assuré mon amie quand je lui avais fait part de mon scepticisme. On ne peut pas effacer des années comme ça, Karine! Ça prouve qu’il est en contact avec ses émotions, non?

– Non. Ça prouve juste qu’il n’est pas remis de sa peine d’amour et que tu te diriges vers un mur. T’es quoi exactement? Sa thérapeute? Si c’était vraiment le coup de foudre, il ne t’en parlerait pas de sa dernière relation. Pas aussi rapidement, en tout cas.

– J’y ai demandé si j’étais son rebound, tu sauras. Il m’a dit que non.

– Il n’aurait pas été très malin, s’il t’avait dit que oui, Lola. Pis la moitié du temps, les gars ne le savent pas qu’il sont en rebound.

Elle avait rétorqué avec un « pfffff » outré en me reprochant mon pessimisme. Comprenez-moi bien. Je ne voulais pas être une prophétesse de malheur, mais mes amies, je les aime. J’ai de la peine quand elles ont de la peine et je suis heureuse quand elles le sont. Et là, je voyais tous les signes du rebound malgré les phrases arlequiennes dont il la couvrait.

«Au plus grand étonnement de tous» (voir ici l’ironie remplacée par les guillemets), au bout d’un mois, les choses ont commencé à changer. David devenait de plus en plus distant. Il a dit à mon amie que c’était parce qu’il était occupé au travail. Lola, compréhensive et empathique, lui avait dit qu’elle comprenait, alors que je m’évertuais à lui dire de foutre le camp.

Elle ne l’a pas fait.

Après, il lui a dit qu’il ne se sentait pas prêt à faire des plans à long terme avec quelqu’un. Lola, qui a cru qu’il avait besoin de temps, a compris ça aussi. Je tiens à spécifier ici que pour David, parler d’aller au cinéparc était considéré comme un plan à long terme.

source: whatsmeans.files.wordpress.com
source: whatsmeans.files.wordpress.com

Caricaturalement, on en était rendu au genre de scénario suivant:

La fille et le gars sont assis sur un divan en train de regarder un film qui tire à sa fin.

Fille :

Le film finit dans quinze minutes et il est encore tôt. On pourrait peut-être aller prendre un verre sur une terrasse après ?

Gars: (avec une voix dramatique se tortillant les mains avec des gouttes de sueur lui perlant sur le front, complètement paniqué à l’idée de prévoir une activité dans un espace-temps aussi lointain que quinze minutes) 

Tu m’étouffes! Je ne veux pas faire de plans! Je ne suis pas à l’aise!

La semaine dernière, quand Lola m’a appelée en sanglotant (je la connais, sa fierté avait plus mal que son cœur), elle m’a raconté leur dernière rencontre. Non seulement il était retourné voir son ex, mais en plus, il a cru bon de spécifier «qu’elle et lui se complétaient tellement bien» et qu’il avait compris que, dans le fond, ils étaient des «âmes sœurs».

Le «elle» , c’était son ex. Pas Lola.

Avant de refermer la porte de l’appartement de mon amie, David, dans toute sa splendeur et sa générosité, a cependant pris la peine de la remercier. C’était grâce à Lola qu’il avait compris l’essence même de l’amour. Bon, ce n’était pas l’amour avec elle, mais quand même! Lola ne comprenait rien, si elle ne pouvait pas reconnaître le merveilleux cadeau qu’elle venait d’offrir au couple!

– Maudit beau cadeau, m’avait-elle dit avec amertume au bout du fil. Tu sais, le miroir en forme de cœur qui est dans le coin de ma chambre? Je me suis retenue pour ne pas aller le chercher et lui lancer par la tête en lui disant que ça, c’était mon cadeau de noces pour eux !

***

Hier soir, nous avons été souper, Lola et moi. Déjà, elle avait retrouvé son optimisme et sa gaieté.

– Et puis, m’a-t-elle dit en riant, si je reste enfermée chez moi, comment tu vas faire pour avoir autant d’histoires rocambolesques ?

Phrase ô combien vraie devant laquelle je n’ai pas pu m’empêcher de lever mon verre.

***

À vous toutes, mes belles grandes romantiques, je vous lève mon verre et je salue bien bas le courage et l’espoir dont vous faites preuve. Dans un monde où le cynisme et l’individualisme sont en hausse, vous êtes comme un vent de fraîcheur. Vous méritez qu’un homme vous décroche la lune et qu’en plus, il planifie le voyage pour pouvoir le faire avec vous!

Une chronique de Karine Richard auteure de Amour Latino

Crédit photo: Karine Richard/ Stéphane Aubuchon
créditphoto: Karine Richard/ Stéphane Aubuchon

Par Karine Richard
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Continuez votre lecture

Amours et anecdotes: Amélie (partie 1)

Amours et anecdotes: Amélie (partie 1)

Nerds -
Karine Richard: étudiante et auteure d’un «chick lit»

Karine Richard: étudiante et auteure d’un «chick lit»

Roxane Chouinard -
Je suis en amour avec mon boss pis c’est un problème

Je suis en amour avec mon boss pis c’est un problème

La fille d’une nuit

La fille d’une nuit

Un premier voyage de couple, ça se planifie!

Un premier voyage de couple, ça se planifie!

Doit-on être propriétaire pour réussir sa vie? #adulting

Doit-on être propriétaire pour réussir sa vie? #adulting

La thérapie de couple a sauvé notre histoire d’amour

La thérapie de couple a sauvé notre histoire d’amour

Nerds -
10 signes qu’il veut vraiment une relation sérieuse

10 signes qu’il veut vraiment une relation sérieuse

Tu ne sais pas prendre soin d’une femme

Tu ne sais pas prendre soin d’une femme

Valerie Landry -
Mon premier contact avec la DivaCup

Mon premier contact avec la DivaCup

10 livres queer québécois et canadiens à lire

10 livres queer québécois et canadiens à lire

Comment passer le temps à l’aéroport en attendant ton vol

Comment passer le temps à l’aéroport en attendant ton vol

Infidélité: non, ce n’est pas toujours la faute des hommes

Infidélité: non, ce n’est pas toujours la faute des hommes

Marie-Pier Hamon -
La fois où j’ai daté un gars en couple ouvert

La fois où j’ai daté un gars en couple ouvert

La promesse du bien-être

La promesse du bien-être

Karine Boileau -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.