All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Par Marie-Pier Hamon – le dans Amour, Sexe
On pense souvent à tort que l'amour, c'est 1+1=2. Ce n'est pourtant pas toujours le cas comme peut en témoigner le polyamour.

Depuis que nous sommes jeunes, on nous présente le couple idéal comme étant celui d’un homme et d’une femme la plupart du temps mariés. Il n’y a rien d’étonnant à cela, notre imaginaire s’est construit sur ce modèle de pensée ultra stéréotypé. Après tout, beaucoup de contes, de légendes (et de films Disney) se terminent par la fameuse phrase: «Ils se marièrent, eurent beaucoup d’enfants et vécurent heureux.» La vérité, cependant, est que l’amour ne se base pas que sur la fameuse formule mathématique 1+1=2. En effet, les sentiments amoureux sont on ne peut plus complexes que ça. On peut donc aimer le même sexe, aimer les deux sexes ou aimer plusieurs personnes à la fois. Parfois, ça peut même être un peu flou et, you know what? C’est ben correct comme ça!

Le polyamour en quelques mots

Love
Jason Leung | Unsplash

Eh, oui! Certaines personnes tombent amoureuses de plein de gens en même temps. C’est ce qu’on appelle des polyamoureux. Contrairement au couple ouvert, les polyamoureux sont engagés émotivement avec leurs partenaires. Ils vivent donc des relations sérieuses, bien que parfois celles-ci puissent sembler peu traditionnelles aux yeux de madame et monsieur Tout-le-Monde (ou des gens un peu stuck upsorry).

Une microsociété in love

Groupe gens
Devin Avery | Unsplash

Selon l’article Le polyamour: aimer au pluriel (2018) paru sur le site de Radio-Canada: «Aucune étude rigoureuse ne permet d’établir le nombre de polyamoureux au Québec ou au Canada. Les seules recherches quantitatives sérieuses ont été menées aux États-Unis où cette tendance aurait pris naissance.» Il semblerait, d’après Marie-France Goyer, candidate au doctorat en sexologie et chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), que «4 ou 5 % des gens seraient engagés dans une forme de relation non monogame consensuelle».

Au Québec, un si petit nombre représente une microsociété, voire une petite communauté. C’est probablement pour cette raison que les gens pratiquant le polyamour se rencontrent lors d’événements organisés par différents groupes ou plateformes technos associés à leur mode de vie. C’est ainsi beaucoup plus facile pour eux de jaser et, bien sûr, de dater.

Le vocabulaire polyamoureux

Licorne
Andrea Tummons | Unsplash

Une des particularités des polyamoureux est leur vocabulaire. Pour bien se comprendre entre eux (et nous aider à les comprendre, hehe), ceux-ci ont inventé un vocabulaire qui leur est propre. Voici quelques mots se rattachant au polyamour:

  • Licorne: Partenaire bisexuelle désirant une relation sérieuse;
  • Trouple ou triade: Relation amoureuse consensuelle à trois;
  • Polybataire: Célibataire polyamoureux;
  • Solopoly: Quelqu’un qui a plusieurs partenaires, mais qui n’habite pas avec ses amoureux.

 

Évidemment, ce n’est pas parce qu’on vit une relation polyamoureuse que celle-ci est plus simple. On pourrait penser que la jalousie ou l’envie sont absents de telles relations amoureuses, mais ce n’est pas nécessairement le cas. En outre, les polyamoureux peuvent souvent vivre des problèmes de communication au sein de leurs relations… Bref, aucune relation amoureuse n’est parfaite!


Crédit photo couverture: Ana Francisconi | Unsplash

Source Radio-Canada

Plus d'amour

Ce qu’il reste de nous

Ce qu’il reste de nous

On ne choisit pas sa famille

On ne choisit pas sa famille

À toi qui m’as brisée…

À toi qui m’as brisée…

Populaires

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Et toi, t’as couché avec combien de gars dans ta vie?

Et toi, t’as couché avec combien de gars dans ta vie?

Marie-Pier Hamon

Journaliste de formation, Marie-Pier se passionne pour la rédaction d’articles culturels, de divertissement et la recherche de contenu. Toujours un peu en train d’écouter de la musique, elle écrit probablement plus de mots dans une journée qu’elle n’en dit.