All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Rencontre avec la rédactrice du blogue Les p’tits mots-dits

Les p’tits mots-dits se veut un site collaboratif impliquant des gens passionnés par la littérature jeunesse. C’est un blogue rempli de coups de cœur, tant au niveau des illustrations que des histoires racontées dans les différents livres et albums qui y figurent. Je l’ai découvert juste avant les Fêtes et le site était tellement joli et amusant que je n’ai pas pu m’empêcher de m’entretenir avec Anabelle Soucy-Côté, la fille derrière le blogue.

Anabelle est une jeune mariée et maman depuis 20 mois, elle a étudié les langues telles que l’anglais, le mandarin et l’espagnol. Elle a ensuite poursuivi ses études en communication, puis en littérature, pour finalement aboutir en création littéraire. C’est une mordue de littérature jeunesse; d’ailleurs, elle est chroniqueuse sur d’autres plateformes comme Campagne pour la lecture. Anabelle avait envie d’explorer plus avant cet univers, son objectif n’est pas juste de s’attarder à la critique de livre, mais de suggérer des inspirations de décoration pour le coin lecture des enfants.

Voici donc le profil de cette jeune entrepreneure des temps modernes :

D’où vient l’idée de ton blogue Les p’tits mots-dits ?

 

J’étais blogueuse collaboratrice sur d’autres plateformes, mais je trouvais que mes articles ne rejoignaient pas le bon lectorat. Je trouvais que les gens ne fréquentaient pas beaucoup ce type de blogues littéraires, même s’ils sont de grands lecteurs passionnés.

De plus, j’ai toujours été déçue de la minuscule place qu’on accorde à la littérature jeunesse dans la majorité des tribunes. Je me suis donc questionnée pour comprendre ce qui intéressait les gens et par le fait même, moi. C’est à ce moment que j’ai eu l’idée de créer un beau site avec du contenu diversifié et des articles qui traitent de la littérature sous tous les angles. Simple, mais pas si simple !

site

Le joli visuel du site internet offrant beaucoup de diversité. Cliquez sur l’image.

Pourquoi ce nom ?

 

Ça vient d’une blague avec ma meilleure amie. On cherchait quelque chose qui se retiendrait facilement, qui «puncherait», mais surtout qui me ressemblerait. On balançait tout ce qui nous passait par la tête et Les p’tits mots-dits est arrivé. J’ai arrêté de chercher, c’était exactement ça, parfaitement moi.

Qui fait partie de ton équipe ?

Eliane Berdat, elle est belle et talentueuse. Elle est diplômée comme professeur d’art plastique. Eliane a conçu tout le visuel du site en plus de mon logo. Elle publie des illustrations et des articles DIY.
Marie-Charlotte Aubin, elle est la spécialiste en littérature jeunesse. Elle est responsable du secteur jeunesse à la Libraire Raffin, succursale de la Plaza Saint-Hubert. Marie-Charlotte est membre du comité de sélection pour le Prix Jeunesse des Libraires du Québec.

Valérie Fontaine, c’est une maman, auteure et prof au primaire. Elle a beaucoup d’expertise dans le milieu. Elle donne près de 100 ateliers par année auprès des parents, profs et spécialistes pour donner des trucs pour animer la période de lecture avec l’enfant.
Caroline Arbour, elle aussi est une maman qui a une plume fabuleuse. Caroline est une grande lectrice et elle est une passionnée de littérature jeunesse surtout.

Myriam Grefford, elle n’est ni décoratrice, ni designer, mais plutôt une passionnée du design et de «tout ce qui est beau». Elle partage ses coups de cœur mode et déco en s’inspirant de la littérature jeunesse.

Nicolas Trost, il est le directeur général d’Illustration Québec et le représentant marketing pour Les p’tits mots-dits. Il est mon bras droit pour le développement des affaires, en charge de trouver des partenaires, commanditaires et publicités pour le site.

Qu’est-ce que Les p’tits mots-dits  propose ?

– des critiques de livre honnêtes,

– des propositions de lecture sous une thématique,

– des partages de coups de cœur,

– des entrevues avec des auteurs et des illustrateurs (Une des prochaines rencontres qui s’en vient sur le site, c’est celle que j’ai réalisée avec Achdé, le dessinateur des Lucky Luke. J’ai eu le grand bonheur de le rencontrer au Salon du livre de Montréal.),

– des DIY inspirés de la littérature pour enfants,

– des illustrations jeunesse,

– des inspirations déco / accessoires pour un coin lecture ou chambre d’enfant thématique inspiré d’un livre,

– des coups de cœur mode pour petit de l’inspiration d’un livre,

– des trucs pour parents, profs et éducateurs en garderie pour l’animation de livre (proposition de projets créatifs, de sujets de conversation, de découvertes à partager, d’activités ludiques à faire, etc.).

La démarche entrepreneuriale derrière ce projet ?


Avant de le lancer, j’ai bien développé mon idée, étudié le terrain, fait mes recherches. C’est absolument essentiel si on veut proposer un produit ou du contenu de qualité en étant unique. Ensuite, j’ai fait appel à des contacts qui pouvaient m’aider à travailler sur le projet. Ça a pris un peu plus d’un mois et j’ai pu le lancer.
Je souhaite évidemment qu’il soit une source de revenu constante. Le site est officiellement en ligne depuis le 17 décembre 2014 et j’ai déjà signé mon premier partenariat. Je suis déjà en train de développer des projets et d’autres partenariats, mais je compte aussi organiser des événements et avoir des commanditaires pour le site.
Les p’tits mots-dits, c’est la carrière dont j’ai toujours rêvé, mais que je ne trouvais pas ailleurs. Je travaille de la maison, j’organise mon horaire et mes rendez-vous comme je veux, je vais aux événements qui me tentent, je développe mes relations d’affaires, je prends toutes les décisions moi-même et selon mes valeurs; sincèrement, je ne pourrais pas demander mieux.

Qu’est-ce que ça prend pour se lancer en affaire ?

De la passion (surtout!), une idée (la bonne!), une bonne préparation, des contacts et du charisme. Ça prend des couilles aussi et être prêt à travailler dur, mais quand on aime ce qu’on fait, on n’a pas l’impression de travailler.

 

Parle-moi du projet des dons de livres que tu as fait au cours des derniers jours ?

 

Je n’ai jamais vraiment eu la chance d’avoir une maison garnie de livres quand j’étais jeune. J’ai découvert la lecture à la fin de l’adolescence et c’est quand même ce qui m’a le plus passionnée dans toute ma vie. Faut le dire, j’ai eu de la chance. Depuis que je travaille dans le milieu, je me suis fait un devoir de donner quand je pourrais, de faire découvrir la lecture au plus grand nombre d’enfants possible.
Le lancement du site allait tellement bien que j’ai eu envie de gâter des enfants. Nous avons fait tirer un gros prix sur notre page Facebook d’une valeur de 300$. Puis nous avons fait appel à la communauté Facebook pour trouver des familles moins chanceuses et nous sommes allés remettre 8 boîtes remplies de livres neufs et de toutes sortes de surprises à ces gens. Une école dans le besoin a aussi reçu un paquet-cadeau avec l’équivalent.
Les p’tits mots-dits, c’est ça: le cœur à la bonne place ! Des gens qui s’impliquent dans beaucoup de causes. La lecture, ce n’est pas un luxe et tous les enfants devraient y avoir accès. Posséder un livre neuf n’a pas de prix parce qu’il peut offrir des rêves.

cadeau

 Anabelle lors de l’évènement Lecture en cadeau. Elle a donné une trentaine de livres, wow !

Quels sont tes projets pour l’année 2015 ?

 

Développer le site au maximum : partenariats, commanditaires, ateliers, implications, etc. Ma tête et mon cahier débordent d’idées qui n’attendent qu’à être lancées!

Pour visiter le site internet, c’est ici.

Pour s’abonner à la page Facebook, c’est par ici.

Plus de carrière

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Le bonheur est dans le changement

Le bonheur est dans le changement

Populaires

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand il ne reste que le confort

Quand il ne reste que le confort

À toi qui ne parles plus à ta mère

À toi qui ne parles plus à ta mère