All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Newbie or not to be: « l’angoisse du p’tit nouveau »

Par Roxane Chouinard – le dans Vie étudiante

Newbie or not to be: « l’angoisse du p’tit nouveau »

Septembre est souvent synonyme de nouveauté : nouvel emploi, nouveau cycle universitaire, nouveau domaine d’étude, etc. Cela implique parfois le fait de se retrouver avec un paquet de gens qu’on ne connaît pas, de ne pas savoir si l’on est à la hauteur ou d’avoir à se faire une place au sein du groupe. Déjà, on sent le stress montrer et on est loin d’avoir la zénitude d’un moine bouddhiste ou ne serait-ce même que l’aplomb nécessaire pour faire face à la situation. N’étant moi-même pas une adepte du lâcher-prise ou de la rigidité mentale, il m’a fallu me parler pour contrôler mon anxiété et foncer dans mes nouvelles études en journalisme. Je vous lègue donc quelques petits mantras de mon cru pour vous aider à vous défaire de « l’angoisse du p’tit nouveau ».

« Être nouveau n’est qu’une étape obligée » 

Charles Tisseyre l’a probablement dit dans un épisode de l’émission Découverte : « L’adaptation humaine est impressionnante! » À moins de faire un métier à risque ou de vous plonger dans la forêt amazonienne pour un séjour de survie pas d’allumettes ni de papier de toilette, votre adaptation se fera facilement si ce que vous faites vous tient vraiment à cœur. Dites-vous que les autres aussi ont dû passer par le stade du « p’tit nouveau » avant de se retrouver où ils sont. S’ils ne s’en rappellent pas et osent vous réprimander parce que vous êtes nouveau, rappelez leur poliment que tous passent par là. Un petit rafraichissement de mémoire, ça ne fait de mal à personne! Aussitôt que vous aurez trouvé votre routine de travail ou vos méthodes pour bien suivre le cours, vous serez déjà bien loin de votre première journée. De toute façon, après vous, il y aura aussi des nouveaux qui auront besoin de votre précieuse aide!

« Je me donne la chance d’apprendre »

Il ne faut pas se morfondre au premier échec. Bien entendu, on fera des erreurs, des fautes, des gaffes… Mais c’est parfois grâce à celles-ci que nous apprenons le plus. Nous ne sommes pas parfaits. Tout ne peut pas nous entrer facilement dans le crâne non plus. Il y a un début à tout et ça ne sert à rien de vouloir brûler les étapes. C’est en apprenant qu’on finit par maitriser quelque chose.

« Je ne suis pas seul et sans ressource »

Dites-vous que vous n’êtes probablement pas le seul à commencer cette formation. Rapprochez-vous des gens qui débutent comme vous et misez sur l’entraide. Vous verrez comme c’est rassurant! Rappelez-vous aussi que vos supérieurs ou vos professeurs sont censés être là pour vous épauler en cas de besoin. N’hésitez pas à réclamer leur aide par peur de passer pour un imbécile ou un perdu. Au contraire, vous aurez seulement l’air de quelqu’un qui veut apprendre, qui veut comprendre et qui s’assure de bien faire ce qu’il doit faire.

« Je ne suis pas un imposteur »

Si vous avez obtenu ce poste ou cette place au baccalauréat, c’est que vous méritez d’y être. Ne remettez pas en doute la légitimité de votre place. Vous faites de votre mieux comme tout le monde et vous avez le droit de vous donner la chance d’accéder à de nouvelles opportunités. « Pas rapport », y’est mort! Vous avez « rapport », ok?

« Essayer, c’est un doute de moins » 

C’est en essayant que l’on sait si l’emploi ou les études correspondent vraiment avec notre personne. On a probablement pris des risques pour arriver là où on est, et c’est tout à notre honneur d’avoir persévéré. Si ça ne nous convient pas du tout, on pourra éliminer un doute de notre liste. Check!

« La modestie est la seule réponse à la pédanterie » 

Ils sont l’évolution ou la version adulte des brutes de cours d’école. Ce sont les frais chiés, les pédants, les p’tits knowls qui savent déjà tout selon eux et qui n’attendent qu’un nouveau comme vous à remettre dans son trou. Dites-vous que la majorité d’entre eux font juste semblant de tout connaître et que ce n’est peut-être qu’une attitude un peu maladroite de leur part pour camoufler leur propre peur sociale. Pour ne pas vous dégonfler quand leurs égos vous enverront des flèches, faites simplement preuve de modestie et soyez fiers de ce que vous savez déjà.

Vous avez commencé la semaine dernière? J’espère que mes conseils ont été plus efficaces contre votre angoisse qu’une tisane à la camomille. Dans mon cas, la tisane n’a pas été efficace! J’ai décidé de dédramatiser le tout avec humour en écoutant Le nouveau, un bon vieux film de mon adolescence… question de me dire qu’il y a pire dans le genre newbie! Bonne rentrée à vous chers lecteurs!

Continuez votre lecture

L’angoisse post-entrevue

L’angoisse post-entrevue

Nerds -
L’angoisse du bien-être

L’angoisse du bien-être

Chloé Néron -
L’angoisse «post-grad»

L’angoisse «post-grad»

Nerds -
Un nouveau départ

Un nouveau départ

Eve Bilodeau -
Mon p’tit bonheur, c’est toi!

Mon p’tit bonheur, c’est toi!

Joanie Hébert -
Renouer avec les p’tits plaisirs de la vie

Renouer avec les p’tits plaisirs de la vie

Rencontre avec la rédactrice du blogue Les p’tits mots-dits

Rencontre avec la rédactrice du blogue Les p’tits mots-dits

Marilyn Claveau -
Des p’tits pieds stylés avec Kids Foot Locker

Des p’tits pieds stylés avec Kids Foot Locker

Kim Bélisle -
Parrainer un étudiant étranger, ou l’angoisse de l’inconnu !

Parrainer un étudiant étranger, ou l’angoisse de l’inconnu !

Nerds -
Le p’tit guide pour rencontrer la belle-famille

Le p’tit guide pour rencontrer la belle-famille

Esther Armaignac -
La peur de l’échec dans un nouvel emploi

La peur de l’échec dans un nouvel emploi

Nerds -
Le p’tit guide pour survivre aux personnes désagréables

Le p’tit guide pour survivre aux personnes désagréables

Le p’tit guide du lendemain de veille

Le p’tit guide du lendemain de veille

Mathieu Rousseau -
Suis-je vraiment un « p’tit criss » ?

Suis-je vraiment un « p’tit criss » ?

Hugo Cournoyer -
Salut à toi, jeune femme qui en arrache!

Salut à toi, jeune femme qui en arrache!