0

World Press Photo, une année particulière sous la lentille

On entre au Marché Bonsecours et dès les premières images, ça nous frappe. L’année 2016-2017 fut loin d’être facile pour notre planète. Un World Press Photo dur pour le cœur, mais nécessaire pour notre conscience.

On s’y attendait, l’édition de cette année allait nous laisser un goût amer en bouche. Une exposition qui nous présente sans censure les ravages de l’État islamique et sa radicalisation partout dans le monde, les guerres, la pauvreté, la spiritualité et ce que les humains ont de beau à offrir. Une exposition qui nous montre le monde tel qu’il est présentement, un point d’honneur pour l’organisation du World Press Photo.

Et contrairement à la croyance populaire, ce n’est pas un concours de photographies jou rnalistiques uniquement, mais bien un concours de photographies internationales tout court. Journalistes et artistes se mélangent dans une étrange symbiose avec le devoir de nous révéler la réalité qu’on ne veut pas toujours voir; mais dans une créativité crue qui nous imprime les images longtemps dans notre tête après notre sortie. Voici les artistes à ne pas manquer pour l’édition 2017.

 

Burhan Özbilici

Grand gagnant de l’édition 2016, Burhan Özbilici a fait le tour du monde avec sa photo Un assassinat en Turquie représentant un ex-policier qui a tué de sang froid l’ambassadeur russe en Turquie Andreï Karlov à un vernissage dans une galerie d’art. Monsieur Özbilici nous explique que devant la peur de s’enfuir, le cœur qui débat, son seul réflexe a été de prendre une série de photos pour que cette histoire ne tombe pas dans l’oubli.

 

Burhan Ozbilici, The Associated Press

 

Tomas Munita

Gagnant du premier prix de la catégorie Daily Life Stories, Tomas Munita nous présente sa série de photos Cuba on the Edge of Change. Un portrait du Cuba d’aujourd’hui dans des scènes du quotidien, ainsi que des images suite au décès de Fidel Castro.

 

Daniel Berehulak

Daniel Berehulak est le gagnant du premier prix General News Stories et nous raconte à travers sa série de photos They Are Slaughtering Us like Animals l’offensive du gouvernement contre le narcotrafic qui aurait tué plus de 7 000 personnes. Une série dure aux allures de films, mais qui est loin d’en être un.

 

Ami Vitale

Ami Vitale, gagnante du second prix dans la catégorie Nature, Stories,  nous présente Pandas Gone wild, une série de photos sur les moyens que prend la Chine pour repeupler la population des pandas.

 

La cinquième édition de Regards d’Oxfam-Québec

Éric Saint-Pierre nous présente son exposition Karibu, bienvenue en RD au Congo. Une série de photos qui relate l’expérience de la maternité qui est loin d’être facile pour les femmes dans ce pays. Ces femmes qui connaissent un des plus haut taux dans le monde de mortalité à l’accouchement puisque les femmes accouchent de plus en plus jeunes et de trop nombreuses fois. Avec cette exposition, on lutte pour le droit des femmes à faire ce qu’elles veulent de leur propre corps.

 

Des photos gagnantes des catégories Singles en rafale à ne pas manquer

Wang Tiejun, Laurent Van Der Stockt, Santi Palacios, Nayan Khanolkar et Magnus Wennman.

 

Et maintenant, quelle est notre responsabilité en tant qu’humain face à ce que nous avons vu? Je vous invite vraiment à aller voir cette édition exceptionnelle et de vous imprégner de la réalité de notre monde.

 

Le World Press Photo Montréal du 30 août au 1er octobre 2017 au Marché Bonsecours. Pour tous les détails c’est ici.

 

Pour ne pas manquer les événements de l’automne, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

Émilie Bossé Comédienne de formation, auteure à ses heures, Émilie est passionnée de voyage, de théâtre et de cinéma. Tout ça, avec une petite touche d'humour!