All time BetterBe Branchez-vous Carrières

L’accident qui nous a rapprochés

Par Émilie Lalonde – le dans Bien-être
Mon amie a eu un accident. Elle s’est fait heurter par une voiture. Elle a traversé la rue au mauvais endroit au mauvais moment. Mais ça, c’est seulement l’élément déclencheur de l’histoire. Seulement la genèse d’une histoire d’amitié et de rires aussi.

C’était une nuit fraîche, mais pas trop. Juste assez pour être agréable. Le genre de nuit où tu as envie d’être collé ou de boire une bière avec des amis. Le genre de nuit où tu veux regarder les étoiles jusqu’à ce que le matin se lève. Mes amis et moi, on marchait fébrilement. On avait hâte d’enfin sourire à des visages familiers dans la noirceur agréable d’un bar.

Mon amie qu’on nommera mademoiselle Lune – ses pensées partent parfois vers l’infinité du ciel – a traversé la rue. On a crié ou peut-être pas. C’était rapide et lent à la fois. Moi qui pensais que les films exagéraient toujours ces scènes-là! On a vu son corps élancé s’engager dans la rue. On a vu la voiture s’approcher aussi. Il aurait fallu une seconde de plus pour que notre amie traverse. Mais son grand corps gracieux s’est plutôt retrouvé couché sur la rue. Il n’était plus gracieux. L’asphalte a attaqué sa peau laissant des morsures rouges sur ces genoux et sur son dos. Mademoiselle Lune poussait des petits cris incompréhensibles en se tenant la tête. Je ne comprenais pas plus qu’elle. J’ai alors entendu le mot ambulance résonner dans l’air froid. J’ai regardé encore une fois le corps de mon amie que je ne reconnais pas dans cette position et j’ai appelé la police. Une éternité plus tard ou ce qui m’a semblé l’être, des ambulanciers entouraient la scène. D’une voix faible et gênée, mademoiselle Lune leur a dit de ne pas s’occuper d’elle : « Il y a sûrement des cas plus importants que moi! » Ils l’ont embarqué quand même et les gyrophares se sont allumés.

À l’hôpital, on était cinq à patienter pour des nouvelles. Cinq personnes en état de choc, cinq personnes fatiguées dans une toute petite salle. En nous voyant, les infirmières ont ri un peu; on formait un véritable comité! Ces endroits réservés aux familles ne sont jamais aussi animés. On le savait, mais on voulait tous rester aux côtés de mademoiselle Lune. Ses parents étaient en route et elle avait besoin d’une présence jusqu’à leur arrivée. Nous aussi d’ailleurs. Le médecin nous a assuré que notre amie était secouée, mais correcte. Des tests devaient être effectués et tout ce qu’il y avait à faire, c’était attendre.

On a discuté de tout. Les mots étaient la seule façon d’effacer les images du corps de mademoiselle Lune sur le sol. On a parlé de nos familles, de nos origines, de nos études et même de nos rêves. Les sujets typiques des grandes rencontres. On a ri aussi. C’était bien la dernière situation dans laquelle je m’imaginais rire, mais je l’ai fait. Cette soirée absurde nous a permis de nous esclaffer sans gêne. Notre choc nous en donnait le droit. C’est alors que, sans prévenir, la nuit nous a encore plus unis.

Quand les parents de mademoiselle Lune sont arrivés, le matin se montrait timidement. Après nous avoir murmuré quelques mercis, ils sont partis en embarquant notre amie dans leur voiture. Elle devait se reposer évidemment. Malgré les heures passées à l’hôpital, mes amis et moi n’étions pas encore prêts à être seuls. On le sentait. On s’est donc installé dans un restaurent de déjeuners ouvert 24  heures. Devant quelques tranches de bacon et des œufs, on s’est souri. Notre amie allait s’en sortir. Le matin s’était levé.

Continuez votre lecture

Comment tu te sens? Je me sens comme si je m’étais fait frapper par un char

Comment tu te sens? Je me sens comme si je m’étais fait frapper par un char

Nicolas Sipak -
Ma meilleure amie : à la vie, à la mort!

Ma meilleure amie : à la vie, à la mort!

Joanie Hébert -
C’est l’histoire d’une fille qui a déjà été conne

C’est l’histoire d’une fille qui a déjà été conne

L’amitié dans la vingtaine, ça change

L’amitié dans la vingtaine, ça change

Sophie Prévost -
#sorrynotsorry: je me trouve drôle

#sorrynotsorry: je me trouve drôle

Vie pas fine, extrait #63245.

Vie pas fine, extrait #63245.

Nerds -
Rencontre avec un band qui swing : les Royal Pickles

Rencontre avec un band qui swing : les Royal Pickles

Marie-Pier Hamon -
Aux amitiés qui ne durent pas toute la vie, finalement…

Aux amitiés qui ne durent pas toute la vie, finalement…

Joanie Hébert -
11 conseils faciles à suivre pour de belles nuits de sommeil

11 conseils faciles à suivre pour de belles nuits de sommeil

Esther Armaignac -
Être la fille de région qui débarque à Montréal

Être la fille de région qui débarque à Montréal

Ces amitiés que l’on perd aux dépens de l’amour

Ces amitiés que l’on perd aux dépens de l’amour

Kevin Sauvé -
Le mercredi soir qui a tout changé…

Le mercredi soir qui a tout changé…

Nerds -
L’homme qui veut nous libérer de Facebook

L’homme qui veut nous libérer de Facebook

Nerds -
The Sleep Shirt, la compagnie qui a tout compris

The Sleep Shirt, la compagnie qui a tout compris

Ambassadeurs et amoureux

Ambassadeurs et amoureux

Valerie Landry -