All time BetterBe Branchez-vous Carrières

L’amour, comme un milkshake qui te sort par le nez

Par Andréanne Beaupré – le dans Sexe
Je ne sais pas pour vous, mais j'me sens toujours pleine de vie au Nouvel An. Comme si un nouveau monde s'offrait à moi, pleins de secrets à collectionner et d'opportunités à saisir. Un peu comme dans les débuts d'une relation. Le cœur qui déborde de feux d'artifices, les p'tites joues roses comme après ton quatrième verre de bulles et la tête pleine de projets.

L’amour, comme un milkshake qui te sort par le nez

C’est beau, les débuts. Quand tu sais pu où ranger tous ces papillons en folie et que l’engourdissement de ton visage qui a trop souri te fait croire que tu pourrais presque t’envoler avec eux. C’est rempli de charme, de légèreté et de promesses.

Mais certains débuts sont différents. Ils sont plus comme le feeling du mois de mai, quand tu réalises qu’on est five months in, que tu n’as suivi aucune de tes résolutions et que tes nouveaux running patientent encore dans leur boîte de carton. New year; new me a pris le bord pour revenir assez vite à tes vieilles habitudes inconfortables.

Je parle de ces commencements qui épuisent. Ceux qui sont remplis d’angoisse, de frustration, de maux de cœur et d’incompréhension. Ces commencements où t’alternes entre le «on pourrait vraiment être heureux ensemble» et le «gros épais, je ne lui parle pu jamais».

Parce que ça peut être tellement flou parfois.

Vous êtes si bien ensemble, mais quand il n’est plus là, t’as cette maudite nouveauté qui fait son agace pas loin. Est-ce que c’est normal que ça fasse quatre jours qu’il n’ait pas pris de mes nouvelles? Est-ce que je devrais le texter ou c’est too much? Est-ce qu’il care vraiment dans l’fond? Il peut être si doux des fois, mais si absent en même temps. Parce que malgré votre aise à vous aimer sous les draps, une fois habillés, vos cœurs deviennent un peu plus froids. On ne vous verra pas main dans la main ou vous embrassez sur le coin de la rue. Vous êtes pris entre le désir de vous laisser aller et la peur de manquer quelque chose à côté. Parce que l’engagement est rendu aussi tabou que l’était un french avec la langue quand on avait 8 ans. Tu veux tellement être avec lui, mais il te fait tellement chier aussi.

On s’entend, y’a quelque chose qui cloche. Parce que ça ne devrait jamais être compliqué comme ça. Laisse faire la grosse analyse et les remises en question qui font juste plus te «maganer» qu’autre chose. Ça devrait être évident que vous voulez être ensemble. Un beau gros «Oui Monsieur», clair et fier!

Les débuts d’une relation ça devrait être tellement simple, tellement beau que tu t’en étouffes avec les mots pour l’expliquer. Ça devrait être comme le feeling de t’acheter de la nouvelle lingerie, de rire tellement fort que ton milkshake te sort par le nez, un 360° de tous tes organes en même temps. Ça devrait être la même sensation que des becs qui te font manquer d’air, que celle de prendre un p’tit bébé dodu dans tes bras, de trouver un 20$ dans la rue ou de jouir en même temps que l’autre. Le même feeling que déguster une molle trempée dans l’chocolat, recevoir ton premier Polly Pocket ou ben le café gratuit à la fin de ta carte fidélité.

Et si c’est si compliqué dès le début, il faut te rendre à l’évidence et le laisser aller.

Parce qu’à quoi bon rester dans une relation qui tourne en rond? Pourquoi s’acharner à tenter de convaincre l’autre que vous devriez être ensemble, s’il ne fait aucun effort pour essayer de te convaincre à son tour? Pourquoi s’épuiser à espérer qu’après 12 dates de plus, vous pourriez avoir votre propre élevage de papillons en folie?

S’il voulait être avec toi, il serait avec toi. Et c’est tout ce que tu mérites au fond; quelqu’un qui ferait tout pour t’avoir dans sa vie et éviter de te perdre. Pas d’enfantillages ni de dilemmes absurdes de «t’es parfaite mais attends, laisse-moi encore un peu de temps».

Et même si l’ambiguïté peut parfois sembler attachante, le temps est venu de lâcher prise et de te dire que tu vaux beaucoup mieux qu’un «parfois» ou un «oui, mais». Un jour, tu comprendras que ce n’est pas que tu n’étais pas assez bien pour lui, mais que vous deviez grandir chacun de votre côté.

Alors cette année, remplis tes yeux des paillettes. Qui sait? Tu pourrais rencontrer la personne qui te fera crier «Oui Monsieur!» avec des débuts dignes d’un reflux nasal de milkshake.

Continuez votre lecture

Le contentement, ce tue-l’amour

Le contentement, ce tue-l’amour

Nerds -
Comment reconnaître un gars qui en vaut la peine

Comment reconnaître un gars qui en vaut la peine

Nerds -
En amour avec l’amour

En amour avec l’amour

Nerds -
Je vieillis, l’amour aussi

Je vieillis, l’amour aussi

À toi qui as frôlé l’amour

À toi qui as frôlé l’amour

Laurie Belletête -
Ces amitiés que l’on perd aux dépens de l’amour

Ces amitiés que l’on perd aux dépens de l’amour

Kevin Sauvé -
L’amour m’a saoulée

L’amour m’a saoulée

Ève Landry -
L’amour n’a pas d’âge

L’amour n’a pas d’âge

Nerds -
10 preuves que tu es avec la bonne personne

10 preuves que tu es avec la bonne personne

Valerie Landry -
L’amour existe encore

L’amour existe encore

Nerds -
L’amour dure trois ans? Pas tout le temps!

L’amour dure trois ans? Pas tout le temps!

Nerds -
Ça se recolle-tu, l’amour?

Ça se recolle-tu, l’amour?

Mélissa Lavoie -
Au jour le jour, l’amour: les petites choses

Au jour le jour, l’amour: les petites choses

L’amour, ça court vite!

L’amour, ça court vite!

Éliza Lafond -
Quand l’amour ne suffit pas

Quand l’amour ne suffit pas

Kevin Sauvé -