All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Masquer l’insignifiance sous un sac à patates

Par Anne-Sophie Roy – le dans Divertissement

Avant toute chose, je tiens à préciser qu’il s’agit ici d’un texte d’opinion et qu’il vous semblera peut-être un peu généralisé, alors que ce n’est pas le message que je veux envoyer. Dans ce genre de débat, il est très difficile, voire impossible d’en arriver à un consensus et de faire preuve d’objectivité. Ici, je fais donc part des questions et réactions qui ont fusé dans ma tête au moment où le débat autour du port du voile pour exercer son droit de vote a pris une place (trop) considérable.

Comme le disait avec conviction Amir Khadir dans le Bye Bye 2011 : Je suis outrée! Je suis outrée de voir à quel point les discours de nos dirigeants de partis politiques tournent autour de sujets provocateurs, comme le port du niqab, qui ne pointent qu’une mince tranche de la population. Je suis outrée de constater qu’il s’agit d’un sujet à ce point discuté et à ce point insignifiant qui ne touche à aucun enjeu préoccupant pour le pays. Je suis outrée d’assister au port de véritables niaiseries sur la tête de certains électeurs (pas beaucoup, fort heureusement) qui dénoncent le vote à visage couvert alors que leur geste va carrément à l’inverse de leur propos. Je suis outrée par l’utilisation stratégique des médias de masse qui prônent une certaine ignorance envers un public aussi naïf. Plus encore, je suis outrée par l’attitude de cedit public qui prend un cas pour en faire une généralité sans même réfléchir, sans même s’informer concrètement. 

Il m’arrive de me sentir comme cette pouliche en colère, sans être la seule.

pouliche en colère

En temps de campagne électorale qui n’en finit plus et qui laisse la porte trop grande ouverte pour ce genre de non-débat, on ne peut que se questionner sur les raisons qui ont poussé certaines personnes à prendre position aussi fermement sur le sujet. De nos jours, dire son opinion haut et fort est un jeu d’enfant : brancher une webcam ou enregistrer une vidéo avec son téléphone cellulaire et donner notre point de vue à n’importe quel moment du jour ou de la nuit, partout sur le territoire. Cesdits enregistrements sont partagés sur la toile, vus et repartagés.

Ce phénomène prend le nom de «web social» et le journal VOIR en a fait une démonstration intéressante, voire terrorisante sur le sujet chaud de l’heure.

Le visage de la peur est un montage de ces capsules critiques d’internautes aux quatre coins de la Province se disant apeurés et inquiets par rapport à la situation de l’immigration, du port du voile et de la religion musulmane. Étant donné qu’il s’agit là de propos haineux, sans fondement et complètement hétéroclites, je n’en ferai pas la promotion, mais je vous invite, si le coeur vous en dit, à aller jeter un coup d’oeil à cette vidéo.

En guise d’introduction et de mise en contexte, on peut entendre à maintes reprises et non pas sans léger goût amer: «Je ne suis pas raciste, mais…»

Permettez-moi de non seulement douter de votre crédibilité et de remettre en question le niveau intellectuel du discours.

On a tous déjà entendu la phrase «Lorsqu’on ne sait pas de quoi on parle, on se tait.», et visiblement, le précepte est de bien peu d’importance pour certains. L’ignorance et la désinformation sont au centre de ces propos ô combien méprisants et non-fondés. La religion, tout comme l’immigration, sont des sujets fort complexes se présentant sous différentes formes et qui rejoignent de près ou de loin un grand nombre d’individus qui sont, eux aussi, très différents. Pour pouvoir parler de ces sujets et de prendre position, il faut tout d’abord en être informés et se doter d’une ouverture d’esprit afin de ne pas seulement répéter dans un jargon populaire des propos biaisés provenant des médias. 

Toutes ces perturbations au cours des dernières semaines nous poussent à nous poser de sérieuses questions quant à la manipulation des médias et l’utilisation du Web pour véhiculer des idées. Tout quidam a maintenant droit à son moment de gloire sur «les internets» pour le grand malheur (ou grand bonheur) de tous. Bien qu’il s’agisse désormais de la forme la plus courante de la liberté d’expression, faut-il se poser des questions quant à la légitimité des propos et sur l’influence qu’auront ceux-ci sur les autres utilisateurs? On assiste à de la mobilisation et à de la manipulation en ces périodes de grands débats qui divisent l’opinion publique. Ce n’est pas nouveau qu’on puisse se permettre de donner son opinion sur la place publique, mais qu’elle soit propagée aussi facilement et sans aucun filtre, si. Pour faire naître une croyance populaire, il ne suffit qu’une personne moindrement charismatique prône ses opinions pour que d’autres l’applaudissent et reprennent ses propos. Ce jeu est dangereux et le travail d’éduquer certains utilisateurs du web n’est point terminé. Pour tous mes amis musulmans, pour tous mes amis catégorisés d’«étrangers» et pour tous ceux que l’on connait et qui se font pointer du doigt, ça vaut la peine qu’on en parle.

Pour mettre un terme à ce billet empreint de frustration, je termine en humour en rappelant à certains québécois que nous possédons nous-mêmes notre propre «niqab». Cela fait réfléchir à l’absurdité de la chose. Et vous, que pensez-vous de la place que prend ce débat sur les réseaux sociaux et sur le Web? 

Source : niqabofducanada.tumblr.com
Source : niqabofducanada.tumblr.com
Source : niqabofducanada.tumblr.com
Source : niqabofducanada.tumblr.com

Plus de divertissement

10 cadeaux originaux à offrir pour un shower de bébé

10 cadeaux originaux à offrir pour un shower de bébé

Les 10 meilleures auditions de X Factor de tous les temps !

Les 10 meilleures auditions de X Factor de tous les temps !

Netflix Canada: nouveautés disponibles en novembre 2019

Netflix Canada: nouveautés disponibles en novembre 2019

Populaires

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Quand il ne reste que le confort

Quand il ne reste que le confort

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading