All time BetterBe Branchez-vous Carrières

La liberté d’expression pour les nuls

Par Marie-Audrey Perron – le dans #lesgens, Opinion, Société

La liberté d’expression pour les nuls

Quand je lis les commentaires sur Facebook, je perds foi en l’humanité. Chaque fois, je me dis que je dois arrêter ça, mais on dirait que c’est plus fort que moi : je dois vérifier si l’Homme va encore une fois descendre dans mon estime. C’est comme une torture mentale que je m’inflige à moi-même. C’est peut-être aussi la recherche d’une petite lueur d’espoir. Un jour, peut-être, quelqu’un va comprendre que le monde ne doit pas être consommé avec des oeillères.

Déception automatique.

Source: Youtube

Ce que j’ai pu observer par contre, c’est que lorsqu’un individu émet une opinion un peu, disons, étrange, dépourvue de sens, voire carrément méchante, et qu’on tente de lui faire comprendre qu’il a tort, l’individu en question va souvent évoquer sa liberté d’expression. La libârté, comme dirait cette personne que je ne peux m’empêcher d’imaginer comme un Elvis Gratton, bière en main, n’est pas non plus synonyme de stupidité.

«Je ne suis peut-être pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de  le dire», a dit un jour Evelyn Hall pour résumer la pensée de Voltaire. Mais pitié, faites en sorte de ne pas mourir pour laisser les gens dire des inepties.

La liberté d’expression, ça ne te permet pas de dire tout ce qui te passe par la tête. Ça te permet d’émettre des opinions contraires à celles du gouvernement, de l’État, de la police, des autres citoyens sans te faire lyncher sur place. «Il s’agit de communiquer une pensée, donc éventuellement des opinions, sous réserve d’en répondre devant les tribunaux en cas de diffamation ou calomnie, d’incitation à la haine, au meurtre, ou de toute autre transgression de la loi», précise-t-on. Si tu utilises ton droit de parole pour devenir homophobe, sexiste, raciste, transphobe ou tout autre joli mot scientifique signifiant principalement être pas très tolérant envers autrui, non, tu n’utilises pas ta liberté d’expression. Tu utilises ta liberté de te faire juger par le public.

Remarquez qu’il y a une grosse, grosse, différence entre les blogueurs d’Arabie saoudite qui utilisent leur liberté d’expression pour condamner les violences dans leur pays et qui en paient de leur vie, et les Québécois qui traitent Lise Payette de sale flétrie du vagin dans le confort de leur salon. Y’a une cause plus noble que l’autre.

Si tu ne répéterais pas tes propos devant ta mère, devant Obama, devant un policier, devant ton petit chiot innocent, tu ferais probablement mieux fait de te taire.

J’ai vu bien des gens clamer que si Charlie Hebdo avait le droit de parodier des attentats, alors ils ne comprenaient pas pourquoi Dieudonné faisait face à 6 mois d’emprisonnement. Il faut comprendre que les caricatures de Charlie Hebdo ne sont pas malignes. Au contraire : celle qui a suivi les attentats du 13 novembre en France, par exemple, montrait beaucoup plus que la Ville Lumière allait continuer à vivre malgré tout. Dieudonné, lui, a tenu des propos antisémites, c’est-à-dire contre les Juifs, qui incitent à la haine. Il y a là toute une différence. On parle de racisme versus des caricatures se voulant un pied-de-nez aux terroristes.

charlie-hebdo-18-11-2015-n-1217
Source: France 3

Tu as parfaitement le droit d’être en accord avec Richard Martineau. Tu n’as pas le droit de traiter les gens qui ne le sont pas de «mangeux de marde de gauchistes»

Tu as le droit d’aimer la radio de Québec. Tu ne peux pas traiter Lise Payette, auteure d’un rapport dénonçant celle-ci, de sale vieille grincheuse.

Tu as le droit de ne pas aimer Justin Bieber. Tu ne peux en aucun cas le traiter de tapette.

Tu as le droit de trouver qu’accueillir 25 000 réfugiés syriens en 1 mois, c’est beaucoup. Tu n’as pas le droit de les traiter de terroristes musulmans/de souhaiter leur mort/d’être juste bien raciste, au fond.

Source: Twitter

Tu as le droit d’être végétarien. Tu n’as pas le droit de traiter ceux qui ne le sont pas de meurtriers sans cœur.

Tu as le droit d’être athée. Tu n’as pas le droit de traiter ceux qui sont religieux de personnes ayant subies un lavage de cerveau.

Tu as le droit de militer pour le bien-être des femmes. Tu n’as pas le droit de traiter tous les hommes comme de la merde.

Tu as le droit de ne pas être en accord avec les politiques du docteur Barrette. T’as pas le droit de le traiter de gros.

Tu as le droit d’être en accord avec les mesures d’austérité de Philippe Couillard. T’as pas le droit de traiter tous les manifestants d’étudiants b.s. qui feront jamais rien de leur vie.

Tu as le droit d’avoir des avis. Mais il y a toujours une façon d’exprimer ton opinion de manière concise, respectueuse et éclairée. Si tu ne peux pas le faire, peut-être que ton avis mérite d’être repensé.

Si tu penses que Les Nerds est le meilleur blogue universitaire du Québec au monde, ben tu as raison. Et ça, t’as le droit de le crier haut et fort!

Continuez votre lecture

Le grand malaise des Internets, épisode 1 : Les commentaires

Le grand malaise des Internets, épisode 1 : Les commentaires

Nerds -
Samar Assoum: Saisir l’opportunité de s’exprimer

Samar Assoum: Saisir l’opportunité de s’exprimer

Nerds -
LE BUDGET POUR LES NULS

LE BUDGET POUR LES NULS

Nerds -
S’obliger une pause d’amour d’un an

S’obliger une pause d’amour d’un an

Noémie Lessard -
Roosh V: la propagande à vitesse grand V

Roosh V: la propagande à vitesse grand V

Marie-Pier Hamon -
L’austérité, réalité ou fiction?

L’austérité, réalité ou fiction?

Nerds -
Comment gérer un chum jaloux

Comment gérer un chum jaloux

Nerds -
Les collatéraux

Les collatéraux

Nerds -
Je t’aime de toute mon indépendance

Je t’aime de toute mon indépendance

Eve Bilodeau -
Être femme selon Richard Martineau

Être femme selon Richard Martineau

Nerds -
LinkedIn pour les nuls

LinkedIn pour les nuls

Sarah Dufresne -
La première fois qu’on quitte chez nous pour chez soi

La première fois qu’on quitte chez nous pour chez soi

Marie-Joëlle Pratte -
Le guide d’une fashionista pour voyager avec une petite valise

Le guide d’une fashionista pour voyager avec une petite valise

103 jours pour se (re)trouver en chemin

103 jours pour se (re)trouver en chemin

Noémie Lessard -
Quand les mots peuvent faire une différence

Quand les mots peuvent faire une différence

Mélissa Lavoie -