All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

La misogynie en affaires, comment y faire face?

Par Sarah Lussier – le dans Bien-être
Le monde des affaires est rempli d'épreuves pour un.e entrepreneur.e. Pour les femmes d'affaires, le défi est de taille lorsque trop souvent encore nous sommes confrontés à la misogynie.

La misogynie, c’est quoi?

La définition sur le Web: «Mépris (en général masculin) pour les femmes.»

Quand j’étais enfant, je n’ai jamais ressenti le sentiment que j’étais inférieure aux garçons. Adolescente, je n’ai jamais été pénalisée pour la simple raison que j’étais une fille. Par contre, j’entendais les femmes de mon entourage qui mentionnaient et revendiquaient l’égalité entre elles et les hommes. Je comprenais leur combat, qui était aussi le mien, mais j’avais de la difficulté à saisir cette inégalité et ce que ces femmes que je respectais pouvaient réellement vivre, car je ne vivais pas personnellement de discrimination, à l’adolescence.

Adulte, ce fut une autre histoire.

Sur le marché du travail, mes patrons étaient tous des hommes. J’avais droit à des commentaires comme «Habille-toi sexy, sois belle et ne parle pas trop, on a une rencontre importante!». Dès que j’aspirais à plus, on me disait: «Reste à ton rang, à ton poste, parce que c’est mieux ainsi». Dès que je tenais ma position ferme et que j’exprimais que quelque chose ne reflétait pas mes valeurs, on disait: «Voyons, es-tu dans ta semaine!?» Et ces commentaires ne sont que quelques-uns parmi d’autres.

Sur le plan amical, certains de mes amis hommes et certains des amis de mon amoureux m’ont fait part, à un moment ou un autre, de leur opinion sur mon corps, de leur désir de coucher avec moi, etc. Il y en a même certains qui ont essayé de sauter sur moi!

À chaque fois, les commentaires misogynes, machos, superficiels, envahissants et irrespectueux étaient dits directement, sans gêne. Si je les confrontais, ils se défendaient en disant que ce n’était que des blagues, rien d’autre. Pourtant, je le savais que ce n’était pas ça!

Être forte, mais pas seule

J’ai beaucoup gardé tout cela pour moi, j’ai excusé trop souvent. Un soir, j’ai éclaté en sanglots dans la voiture, devant mon conjoint. Bien sûr, il m’a cru, m’a défendu et a fait lui aussi ce qu’il fallait pour que ces commentaires cessent à mon égard pour me protéger, que je sois entendue et respectée. Je suis choyée d’avoir un conjoint qui me supporte, qui croit en moi et qui fera tout pour que je sois respectée. Je sais, par contre, que ce n’est pas toutes les femmes qui ont cette chance, et j’ai une pensée pour toutes celles qui ne sont pas supportées et respectées par leur partenaire.

En tant que femme, en affaires, j’ai vraiment vécu la misogynie. Pourquoi? Pour la seule et unique raison qu’en affaires, j’ai un rôle important, à la tête d’un projet d’entreprise, donc je dérange. L’argent est en jeu, donc automatiquement, le pouvoir l’est aussi. Dans le monde des affaires, la place des femmes ne représente qu’une faible pointe du gâteau, car la majorité des parts de ce gâteau est encore représentée par des hommes.

Dans toutes les étapes de démarrage de mon entreprise où j’ai dû – et que je dois encore – rencontrer des gens d’affaires, tous ont été des hommes. Je me retrouvais dans des situations typiques où j’étais autour d’une grande table de conférence pour présenter mon projet, parler d’investissement, négocier, travailler… et j’étais la seule femme à la table. En plus, la plus jeune aussi.

Ne pas se laisser faire

Avec du recul, je constate que depuis que je fonce, que j’aspire à toujours plus, que je veux mener mes projets, écrire ma propre histoire, être indépendante, changer les choses, je dérange, et je suis confrontée à la misogynie d’une masculinité toxique malsaine.

Dans mes expériences, dès que je faisais face à un homme d’affaires pas sérieux qui comprenait que je voyais clair dans son jeu, il se choquait, pouvait me juger, me critiquer, me dénigrer, et même m’infantiliser. Il essayait de me faire porter ses responsabilités et tentait de me faire croire qu’on venait de perdre le «deal» du siècle en ayant décidé de ne pas faire affaire avec tel client ou partenaire. Dès que je me tenais debout, que je disais que cela n’allait pas avec mes valeurs, on pouvait me dire des méchancetés gratuitement.

Femme
Andrea Piacquadio | Pexels

Avec mon caractère fort, mon premier réflexe aurait été de les envoyer se faire foutre, mais mon conjoint me disait toujours: «Sarah, je comprends que tu sois fâchée, insultée… mais tu as deux choix. Sois tu te mets à leur niveau en leur disant de se faire foutre et de leur donner raison en perdant ton sang-froid et ton professionnalisme, soit tu restes calme, en contrôle de tes moyens, professionnelle, et tu leur montres qui a le plus de couilles entre eux et toi.» Cette phrase m’est toujours restée en tête. J’ai toujours choisi la deuxième option. Par expérience, il faut toujours leader de la manière qu’on aimerait l’être, et notre leadership peut enseigner à bien d’autres comment être en affaires (peu importe le nombre d’années d’expérience qu’ils peuvent avoir, ou leur succès, ou l’argent qu’ils ont de plus que toi).

Le savoir-vivre en affaires

Comme tout entrepreneur, parmi le coaching que j’ai eu et les formations comme Lancement d’entreprise, jamais on ne m’a parlé du savoir-vivre et du savoir-être en affaires. Comment réagir et vivre avec la misogynie ou autre manque de savoir-vivre et être? Pourtant, avec le peu de personnes à qui j’en ai parlé dans le domaine des affaires, toutes ont déjà vécu une situation où, clairement, le manque de civisme et de professionnalisme était flagrant. J’ai réalisé que c’était excessivement tabou. Alors, pourquoi ne pas faire des formations pour les entrepreneurs sur les sujets entourant le savoir-être?

En ce sens, c’est pour tout cela que je veux dénoncer la misogynie en affaires. Pour les prochaines générations de filles, d’adolescentes, de femmes, afin qu’elles ne se retrouvent pas un jour chez elles en train de pleurer, découragées de cette injustice d’être méprisé pour ce qu’elles sont: des femmes! Qu’on soit une jeune entrepreneure qui essaie de démarrer, comme moi, une entreprise, ou un.e entrepreneur.e à succès comme Lise Watier ou Nicolas Duvernois, on a tous droit au respect et à la considération humaine, et ce, peu importe l’argent, le succès et le sexe qu’on a. On a tous notre place, alors prenez-la sans hésiter, car malheureusement, ce n’est pas tous les hommes qui vous aideront à respecter votre place.

Quelques trucs pour faire face à la misogynie

Étant donné qu’on doit se serrer les coudes entre femmes et encourager les hommes à nous respecter, je voulais vous partager quelques conseils tirés de ma jeune expérience entrepreneuriale. Donc, si tu es en affaires (ou pas) et que tu es confrontée à une situation et des personnes misogynes, voici des clés pour t’aider à y faire face:

  • Ne prends plus l’habitude de t’excuser pour demander quelque chose ou t’exprimer (sauf, bien sûr, si tu as commis une erreur). «Excusez-moi, mais j’aimerais juste dire… ou faire… ?» C’est non, ça! Prends parole! Agis! Prends ta place! Ne te laisse pas manger la laine sur le dos;
  • Reste toujours calme. Essaie de répondre au lieu de réagir. Démontre ton professionnalisme et ta rigueur au travail. Ne t’abaisse jamais au même niveau que les gens méprisants;
  • Exige le respect, et des excuses à ton interlocuteur s’il te manque de respect. S’il ne veut pas collaborer, ramasse tes choses et quitte la réunion. Ne perds pas ton temps à travailler avec un homme méprisant à ton égard;
  • Renseigne-toi toujours sur les hommes d’affaires avant de les rencontrer. Arrange-toi pour ne pas être seule avec un homme en qui tu n’as pas confiance;
  • Écoute toujours ton instinct et tes intuitions. Guide-toi avec ta petite voix intérieure, quitte à ne pas aller à une rencontre ou décliner une opportunité. Par expérience, chaque fois que j’ai eu un pressentiment, il s’est avéré véridique. Si j’avais écouté mon instinct, je me serais évité de vivre des expériences douloureuses;
  • Sois indépendante. Ne dépends de personne. Si tu n’es pas une experte en comptabilité, par exemple, entoure-toi d’un professionnel de confiance, mais surtout, demande qu’on t’explique, qu’on te coach, qu’on te donne toutes les informations pour que tu puisses être plus outillée et te débrouiller sans le professionnel par la suite;
  • Sois bien préparée, connais tes choses, encadre les rencontres d’affaires aussi souvent que nécessaire pour éviter les débordements de comportements inappropriés;
  • Ne prends jamais de décision sur un coup de tête autant dans tes propos que dans tes gestes face à une personne méprisante. Respire et rappelle-toi que tu as toujours le choix, que tu mérites le succès, et que ceux qui rabaissent les autres montrent juste qu’ils n’ont pas assez confiance en eux-mêmes;
  • Si tu vis une quelconque discrimination, documente-la. Concentre-toi sur les faits et non sur les ressentis ou perceptions que tu as, car ils peuvent être trompeurs. Avant d’accuser, aie des preuves. Tu gagneras de la crédibilité;
  • Ne te place pas en position de victimes. Si tu sens que tu es en train de te victimiser, mes-toi en mode solutions. Agis au lieu de subir. Tu as toujours le choix. Prends ton pouvoir entre tes mains;
  • Entoure-toi d’hommes positifs qui sauront te soutenir, t’écouter, te respecter. Il y a tellement d’hommes fantastiques et gentils, fait en sorte qu’ils fassent partie de ton cercle. C’est important de se rappeler que ce n’est qu’une partie des hommes qui sont misogynes et qui incarnent une masculinité toxique.

Sinon, au quotidien, pratique les affirmations et pensées positives pour te rappeler à quel point tu es une femme exceptionnelle! Le jour où les femmes seront égales aux hommes, elles n’auront plus peur de marcher seules le soir, et elles pourront avoir leur entreprise sans se faire dire des commentaires du genre «C’est à ton chum l’entreprise? T’es germaine!…». D’ici là, continuons à travailler fort, et surtout, à rayonner! On a besoin de femmes entrepreneures!


Crédit photo de couverture: Pexels

Plus de bien-être

Être un bon leader: mode d’emploi

Être un bon leader: mode d’emploi

La gestion des impressions: les 5 accords toltèques

La gestion des impressions: les 5 accords toltèques

L’entrepreneuriat conscient

L’entrepreneuriat conscient

Populaires

Je l’ai laissé partir

Je l’ai laissé partir

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Dans la tête de celle qui quitte

Dans la tête de celle qui quitte