All time BetterBe Branchez-vous Carrières

À toi qui as des origines culturelles différentes des miennes

Par Collaboration spontanée – le dans Opinion, Société
À toi qu’on étiquette (trop) souvent comme une minorité visible. J’ai toujours envié les richesses de tes racines culturelles. Ces racines font de toi une personne unique, rafraîchissante, enrichissante à côtoyer. Ça fait tout ton charme. Cette semaine, j’ai pleuré. J’ai pleuré parce qu’on s’en est pris à toi.

Qu’est-ce que c’est réellement une minorité visible? Nous créons nous-mêmes cet ostracisme en reléguant certains de nos compères dans des catégories à part. Mais quelle différence objective existe-t-il entre nous? Absolument aucune, outre notre nom de famille. Nous avons les mêmes aspirations: vieillir heureux, fonder une famille qui sera en sécurité, s’accomplir, s’épanouir et être entourés des gens qu’on aime. Nous n’avons pas la même couleur de peau, ni le même pays d’origine et nous ne prions peut-être pas de la même façon, mais ce ne sont que des éléments futiles qui ne définissent pas l’entièreté d’une personne.

Cette semaine, j’ai eu le cœur brisé d’apprendre la triste nouvelle, parce qu’indirectement, je sens que le tireur s’est attaqué à mes amis. Il s’y est indirectement attaqué, en visant un vaste regroupement de personnes, étiquetées selon leur religion, sans en connaître personnellement un seul individu. Chaque personne se trouvant dans cette Mosquée avait le même cœur que nous tous, battant de concert vers un idéal commun. Je suis outrée (ou plutôt dégoûtée) que ce genre d’ignorance persiste en 2017. Ça me brise le cœur qu’une seule personne armée, du haut de ses convictions absurdes, ait le pouvoir de semer la terreur et faire sentir à nos compères qu’ils ne sont pas les bienvenus chez nous, chez eux.

À ceux qui ont été touchés par les récents événements, n’oubliez pas que vous êtes aimés. Je ne veux pas que vous ayez peur dans votre propre ville, parce que je sais que beaucoup plus de personnes seraient prêtes à prendre votre défense que celles qui vous veulent du mal. Vous avez votre place ici, encore plus que ceux qui osent croire que leur vie vaut mieux qu’une autre.

Abolissons ces barrières et cet ostracisme en laissant toutes ces étiquettes derrière nous.

Par Amélie Simard
Collaboratrice spontanée

Continuez votre lecture

Ces stéréotypes qui ont duré assez longtemps

Ces stéréotypes qui ont duré assez longtemps

Eve Bilodeau -
L’accident qui nous a rapprochés

L’accident qui nous a rapprochés

Émilie Lalonde -
Lettre à ceux qui vivent dans l’erreur

Lettre à ceux qui vivent dans l’erreur

Emil Morin -
S’aimer le temps d’un été

S’aimer le temps d’un été

Esther Armaignac -
Combattre la routine pour faire durer son couple

Combattre la routine pour faire durer son couple

Ethel Gutierrez -
Lettre à celle qui sortira avec mon premier amour

Lettre à celle qui sortira avec mon premier amour

Laurence Nguyen -
Je m’aime avant tout

Je m’aime avant tout

Chloé Néron -
Génération stalker

Génération stalker

Le féminisme au masculin

Le féminisme au masculin

Karl Boulanger -
Comment survivre aux amitiés toxiques

Comment survivre aux amitiés toxiques

Josiane Ménard -
Quand j’étais nerd…

Quand j’étais nerd…

À toi, qui ne te sens jamais à sa place

À toi, qui ne te sens jamais à sa place

À toi, mon premier amour

À toi, mon premier amour

À toi, chère fleur fanée de l’hiver

À toi, chère fleur fanée de l’hiver

Laurie Belletête -
Je ne crois pas à The One

Je ne crois pas à The One

Andréanne Beaupré -