All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Apprendre à ne rien faire

Par Ève Landry – le dans Bien-être

Que ce soit pendant un party de famille ou alors que tu te forces à ne pas détruire ton rouge à lèvres en mangeant un nachos trop garni devant ta date Tinder, tout le monde finit par poser la même question : « Qu’est-ce que tu fais dans la vie, toi? ».

Depuis six mois, je dois répondre, au grand malheur de ma mère, que je ne fais rien. Je suis en pause, en transition, en plein dans cette fameuse année sabbatique. Celle que la plupart des étudiants choisissent de prendre, parce qu’être assis trente heures/semaine dans des pièces exigües sans fenêtre à lire du Emmanuel Kant, c’est exigeant sur la joie de vivre.

J’ai gradué du cégep il y a bientôt six mois. J’entre à l’université dans une demi-année. Entre les deux, je fais rien. Là, quand je te dis rien faire, je parle pas de sortir aux Foufs les mardis parce que c’est moins cher ou de profiter de l’éventail de nouvelles séries disponibles sur Netflix. Non. Je parle de se coucher au milieu de son salon en étoile à fixer le plafond pour faire le vide sidéral dans sa tête. S’asseoir sur sa chaise et se concentrer sur sa respiration comme un jeune diplômé d’art dramatique de Saint-Laurent avant son audition à l’École Nationale.

Je parle de rien faire, pour de vrai.

De ne pas avoir peur de s’ennuyer.

Je ne suis ni en train de prévoir un voyage en Asie du Sud-Est, ni de travailler à temps plein pour rembourser ma carte de crédit remplie (ma nouvelle jupe est vraiment belle, promis), ni même de me découvrir de nouveaux médiums artistiques. Plutôt que de faire tout ça, je me repose.

Pour mieux repartir.

C’est important de reconnaître qu’on se doit un peu de temps. Des batteries, ça se recharge. Ça risque de te faire peur, autant que la première fois que tu as fais le Goliath (j’ai pleuré, moi, cette fois-là). Le monde autour, surtout ta maman, risque de ne pas tripper autant que toi. Mes colocs me jugent un peu quand je passe une journée complète en linge mou à lire des bandes dessinées.

Sauf qu’on ne peut pas être parfait tout le temps; c’est pour ça qu’ils ont inventé les joggings.

Fait que profites-en, du confort coton. Ça va t’aider à reprendre ton souffle. C’est épuisant étudier à temps plein pendant quatorze ans et c’est normal de s’obliger un temps mort avant d’embarquer dans un baccalauréat, une maîtrise pis un doctorat si t’as pas pété au frette avant.

Se faire demander ce que tu fais dans la vie, c’est souvent l’occasion pour plusieurs de trouver la réponse la plus intéressante et de plugger ses études en communication ou son nouveau travail dans un bar branché. Se faire demander ce que tu fais dans la vie, ça peut aussi être l’occasion d’être fier d’avouer que tu apprends à prendre soin de toi.

Fait que, astheure, quand les amies de ma mère, le gars saoul au Saint-Sulpice ou le caissier du dépanneur au coin de ma rue me demandent ce que je fais dans la vie, je réponds que je fais rien.

La tête haute, le sourire grand.

Pis un nachos un peu trop garni dans les mains.

Plus de bien-être

Garder le cap

Garder le cap

Améliorer son bien-être: conseils et astuces!

Améliorer son bien-être: conseils et astuces!

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Populaires

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand il ne reste que le confort

Quand il ne reste que le confort

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Tu vas t’en remettre, je te le promets