All time BetterBe Branchez-vous Carrières

La force de son fils

Par Hugo Cournoyer – le dans Bien-être, Chroniques
Ça aurait dû être le jour le plus difficile de ma vie. J’aurais dû être perdu. J’aurais dû crier. J’aurais dû pleurer. Mais aujourd’hui, je suis serein. Hier, mon père est mort. Tout s’est passé extrêmement vite. Jeudi, je le rejoignais à la hâte dans son Abitibi adorée, dans sa forêt du nord, un pays à son image : vaste, infini, bouillant de vie, à l’odeur d’épinettes. Samedi matin, il poussait son dernier soupir.

La force de son fils

Quand j’étais adolescent, certaines de mes nuits étaient noircies d’un rêve qui mettait en scène le jour où mon père mourait. Dans mes rêves, je m’imaginais détruire une ville entière. Je m’imaginais provoquer un cataclysme. Je m’imaginais démarrer la troisième guerre mondiale. Dans mes rêves, je chassais les coupables, j’hurlais de rage avant de désintégrer chaque particule de chair et de sang qui les composait. Et puis je me réveillais, le sanglot emprisonné dans l’estomac, la gorge nouée. Je me disais alors que jamais je ne pourrais faire face à cet événement… Dans la vraie vie. Dans mon esprit, la mort de mon père équivalait à m’arracher la moitié de mon corps et tous les souvenirs qui s’y rattachaient. Jamais je n’aurais la force d’y faire face. Puis, des années durant, sans que je m’en aperçoive, mon père me parla de l’importance du moment présent. Il me parla de l’univers. Il me parla de l’infini. Il me parla d’amour. Ça se résumait souvent qu’à une seule phrase. Succincte. Vraie. Puissante. Une phrase qui me faisait réfléchir pendant des années. Littéralement.

J’ai plus tard compris que notre corps vivant n’est qu’un stade dans un cycle beaucoup plus complexe; qu’il ne peut pas se projeter dans le passé ou dans le futur; qu’on n’a aucun contrôle, sinon celui de faire des choix, maintenant. J’ai aussi compris que l’univers est infini; et que, par extension, nous aussi, nous sommes infinis; que la vie n’est qu’un coup d’œil sur l’univers, afin qu’on puisse apprécier le tissu universel qui nous a fait naître et qui nous abrite; qu’au fond, on ne meurt pas, on ne fait que changer d’état. Finalement, j’ai appris à aimer. Aimer la chaleur de la vie, la couleur du ciel, le mouvement des astres, la mutation de la matière, l’odeur de la mer et le goût des fruits. J’ai même appris à aimer la douleur, la colère et la tristesse.

Mais la chose la plus importante que j’ai apprise, c’est à la veille de sa mort que je l’ai apprise. Ce que j’ai appris, c’est que c’est lui qui m’a tout appris. Mon père, vaste, infini, bouillant de vie, à l’odeur d’épinettes, il m’avait déjà tout appris. Il m’a tout donné. Il m’a tout cédé. Ses connaissances, ses réflexions, sa force. Son héritage était déjà complet. J’ai alors réalisé que les moments les plus précieux avaient déjà eu lieu.

Mon père avait un plan. L’ultime stratège. La victoire absolue. Et c’est aujourd’hui chose faite, car aujourd’hui, alors que ses cendres rejoindront bientôt la terre et le ciel qui l’ont fait naître, moi, j’ai finalement compris.

Ça aurait dû être le jour le plus difficile de ma vie. J’aurais dû être perdu. J’aurais dû crier. J’aurais dû pleurer. Mais aujourd’hui, je suis tellement fort. Je sens sa puissance couler dans mes veines. Je sens que je pourrais détruire une ville entière, provoquer un cataclysme, démarrer la troisième guerre mondiale ou désintégrer des particules de chair et de sang d’un simple cri de rage.

Mais aujourd’hui, je suis serein. Aujourd’hui et pour toujours, je serai mon père.

Continuez votre lecture

La force de sa fille

La force de sa fille

Hugo Cournoyer -
Barack Obama n’est pas mon idole

Barack Obama n’est pas mon idole

Mathieu Rousseau -
À toi qui viens de perdre son père

À toi qui viens de perdre son père

Éliza Lafond -
La passion d’un voyage

La passion d’un voyage

Nerds -
Je n’ai pas le droit de détester ma vie

Je n’ai pas le droit de détester ma vie

Nerds -
Perdre son chien et son meilleur ami

Perdre son chien et son meilleur ami

À toi qui ne partages pas la même génétique que moi

À toi qui ne partages pas la même génétique que moi

À toi qui es décédé du cancer

À toi qui es décédé du cancer

Nicolas Sipak -
Lettre à celui qui ne la lira jamais

Lettre à celui qui ne la lira jamais

Tanya Gélinas -
Papa à tout faire

Papa à tout faire

Audrey X -
Maman, je me souviens…

Maman, je me souviens…

Éliza Lafond -
Papa, tu n’es peut-être pas le plus fort, mais…

Papa, tu n’es peut-être pas le plus fort, mais…

Marilyne Jetté -
CRITIQUE – Star Wars : The Force Awakens

CRITIQUE – Star Wars : The Force Awakens

Nerds -
Mon père n’est pas Superman et je l’aime

Mon père n’est pas Superman et je l’aime

Noémie Ferland -
Prendre une débarque solide à 25 ans

Prendre une débarque solide à 25 ans

Julie Morisset -