All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Habiter avec ses amis pour le meilleur et pour le pire!

Par Chloé Néron – le dans Bien-être
Je suis parti de chez mes parents lorsque j’avais 18 ans. Non, pas parce que j’étais écœurée, mais bien parce qu’ils déménageaient assez loin du cégep où j’allais. Étant sans voiture, je trouvais que le départ du nid était une meilleure option que l’achat d’un véhicule. J’ai emménagé avec quatre de mes amis du secondaire, trois filles et un garçon. Tous différents, mais tous reliés par une amitié vraie et infinie.

Vivre en colocation ce fut : le premier souper, les premiers invités, la première chicane, la première visite des policiers (et toutes les autres qui ont suivi), mais surtout, la première fois où j’ai réalisé que je pourrais toujours compter sur ces personnes. Le genre d’amis avec lesquels tu peux être vrai. Si j’ai un problème et que j’ai besoin d’un câlin, d’une bouteille de vin ou de rire, ils seront là. Ce sont mes meilleurs à moi, mon journal intime, mon 5 à 7 préféré. Des vrais, des rares, une deuxième famille et mes premiers choix.

giphy (4)giphy

Vous voulez savoir la fin? Nous avons eu une grosse chicane. Entre temps, notre vieil appartement en décomposition nous montrait ses vraies couleurs. Un matin bien tranquille, toute l’eau de l’immeuble s’est écoulée dans ma chambre (je dis bien uniquement dans ma chambre) à cause d’un dégât d’eau à l’étage au-dessus. Ensuite, nous avons appris que notre sous-sol n’était pas réglementaire, donc que les chambres aménagées étaient illégales. Résultat : nous avons déménagé même pas 6 mois après la signature du bail.

Si, aujourd’hui mes amis ne sont plus mes colocataires, cela ne nous a en aucun cas séparés. Nous sommes encore et serons toujours le 197. Je dirais même que ces aventures nous ont rapprochés. Nous prenons des routes différentes, mais nos chemins sont liés. Nous saurons nous retrouver le temps venu!

J’habite maintenant avec mon chum. C’est une ambiance différente, bien plus calme, et mon esprit s’en trouve (presque) plus zen. Alors voici quelques conseils qui, selon moi, pourraient vous aider dans votre colocation. Prenez-en et laissez-en comme on dit!

Établissez des règles claires dès le départ

Par exemple, pas de party lorsque l’un de vous travaille à 6 heures le lendemain. Ou au moins, si c’est le cas, les fêtards partent au bar à 23 heures pour éviter de déranger ceux qui veulent dormir. Ces règles peuvent vous épargner bien des engueulades et des problèmes avec les voisins.

Séparez les tâches

En faisant une liste de tâches à faire et en les attribuant à chacun, vous ne pourrez plus chialer au sujet de qui n’a pas ramassé quoi et de qui ne contribue pas au ménage. Balai, moppe, salle de bain, cuisine, poubelles, en dressant une liste vous êtes assurés que toutes les tâches seront accomplies!

Vous avez droit à vos moments de solitude

Je suis une fille qui a besoin de moments en solitaire. Je ne suis pas capable d’être 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 avec des gens. Soit ils finissent par me taper sur les nerfs, soit c’est moi qui finis par leur taper sur les nerfs avec ma mauvaise humeur et mon attitude bête. Alors pour ceux et celles qui sont comme moi, oui vous pouvez vous enfermer dans votre chambre et dire non aux soirées qui ne vous tentent pas (au risque de paraître antisociale, haha).

giphy (2)giphy

Parlez de vos désaccords

On ne le dira jamais assez, la communication c’est la clé. N’accumulez pas de frustration, votre colère finira par exploser et ce ne sera pas beau. Il existe des façons simples et civilisées de faire connaître vos opinions. D’ailleurs, c’est en l’exprimant aux autres que vous trouverez des solutions!

giphygiphy

Amusez-vous!

Si vous pouvez vivre de mauvais moments avec vos colocs, vous pouvez aussi vivre les meilleurs. Ayez du fun, faites-vous des soupers, des soirées cinémas, des beuveries impromptues, sortez! Ce sont les imprévues qui forgent les plus beaux souvenirs et les plus bizarres fins de soirée!

giphy (1)giphy

Certains diront que c’était un appartement de débauche, ils n’auront pas tort, mais c’était aussi l’appartement de l’amour. On s’est aimés et on s’aimera, peu importe les conditions. Ils m’ont aimé lorsque j’étais folle et névrosée sur les bords, ils m’ont aimée lorsque je n’arrivais plus à être moi-même et ils m’aiment encore, pour le meilleur et pour le pire.

giphy (5)giphy

Parce que je ne vous le dis peut-être pas assez souvent, mais je vous aime en SACRAMENT, merci d’être là.

Vidéo récente
- Bien-être

- Comment Savoir Si Ton Corps Subit Les Effets De L’anxiété ?

Plus de bien-être

5 trucs pour te faire un budget comme un.e vrai.e adulte responsable

5 trucs pour te faire un budget comme un.e vrai.e adulte responsable

Alexandra Nadeau-Gagnon -
Le sexe écolo, pour avoir du plaisir sans polluer la planète

Le sexe écolo, pour avoir du plaisir sans polluer la planète

Alexandra Nadeau-Gagnon -
10 livres pour démystifier la sexualité humaine dans toute sa splendeur

10 livres pour démystifier la sexualité humaine dans toute sa splendeur

Marilou LeBel Dupuis -

Populaires

Je ne crois pas à The One

Je ne crois pas à The One

Andréanne Beaupré -
Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Nerds -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -