All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Il s’en sacre, c’est écrit dans le ciel

Par Nerds – le dans Bien-être, Sexe

Ce texte a été rédigé par un rédacteur anonyme.

Le titre n’indique en rien un texte positif, j’en conviens. Tu as peut-être cliqué parce qu’il a suscité ta curiosité, parce que cette situation t’a fait te dire : «Ah, tellement!» ou simplement parce que tu désirais connaître la suite. Peut-être as-tu déjà ressenti, toi aussi, ces moments désagréables où l’incertitude et la panique envahissent tes moindres pensées à l’égard d’un jeune mâle. OUI, c’est peut-être exagéré, OUI, c’est se faire du mal pour rien et OUI, ça ne vaut pas la peine de s’en faire, mais selon moi, tout ceci est en réalité une réaction bio-chimique assez répandue et surtout, totalement irrationnelle.

Dans mon cas, j’en n’étais pas à ma première expérience. En un an de «je-ne-sais-pas-quelle-est-cette-relation-fuckall», ça lui était arrivé quelques fois de me poser des lapins, parfois pour de bonnes raisons. Seulement, lorsque tu fréquentes une personne à raison d’une fois par mois, tu te poses de sérieuses questions quant à la crédibilité de la chose. Peu importe ce qu’il arrivait à me faire croire, mon subconscient m’annonçait une fin imminente : «Non, mais t’es aveugle ou quoi? Il s’en crisse de toi.» Ou bien : «Tu mérites tellement mieux. Va voir ailleurs.»

Ceci étant dit, je continuais à croire qu’un jour on vivrait sur un nuage. C’était mon fantasme sur deux pattes, un gars intelligent et plein de projets, quelqu’un de motivé et de motivant. Les moments partagés en sa compagnie avaient été agréables et mémorables. Toutefois, sa personnalité quelque peu indépendante laissait cependant croire qu’il n’en avait rien à cirer, pour être totalement honnête.

On n’a pas besoin d’un baccalauréat pour comprendre que lorsqu’on ne se sent pas bien dans une relation, il faut lâcher prise pour éviter que ça gruge énergie, bonheur et santé.

ET POURTANT!

J’en étais incapable.

Je me trouvais dans un univers romanesque et j’osais croire qu’un jour je rencontrerais ses parents, qu’on voyagerait outre-mer, qu’il tomberait follement amoureux de moi… Un jour. Peut-être. Dans une autre vie.

Ben non fille, t’as mis le doigt dessus. Y’a rien qui se passe dans sa tête à lui. C’est plate. Mort. Décroche.

De l’extérieur, je semble dégager un caractère de femme forte et censée. Seule, dans ma chambre, entourée de coussins multicolores, je suis une enfant de 3 ans qu’on a enfermée avec pour seule consigne de «réfléchir».

photo-1421987392252-38a07781c07e

C’est weird. Ça provoque chez moi un certain mal de coeur. Un mal de coeur plus profond qu’un phénomène physiquement observable. Un mal être vraiment invasif qui s’assure que tu te sentes comme une grosse merde pour une durée indéterminée. Ma joie de vivre habituelle prenait des vacances une journée sur deux, tout me ramenait constamment à cette «relation» et les couples me rendaient malade en général.

Sortir de sa torpeur, ça peut prendre un certain temps, certes. Parfois, il suffit de plusieurs discussions, de plusieurs sorties pour se changer les idées, mais plus souvent qu’autrement…. d’un énorme coup de pied dans les fesses.

J’y suis parvenue.

J’ai fait fuck off. 

À ce moment-là, je me suis libérée d’un poids énorme. Un poids dont je n’avais jamais avoué l’existence.

Maintenant, je me promène dans la rue avec de la musique plein les oreilles et ça me fait sentir magnifique. Le vent encore frisquet vient brasser un peu mes cheveux et atteint doucement mon visage. Les percées de soleil viennent réconforter les petites rougeurs qui se dessinent sur mes joues. Maintenant, je marche et j’ai la tête bien haute.

Une petite voix intérieure, à qui je n’ai totalement rien demandé, chuchote : «Vas-y ma belle, respire tout ce que tes poumons peuvent encaisser, laisse tes cheveux danser autant que tu le souhaites, laisse le soleil te tapper dans la face jusqu’à ce que ça devienne désagréable et surtout, ne laisse personne au monde te retirer ton petit moment de bonheur.»

Peut-être que 15 834 personnes dans le monde vivent ce petit moment de jouissance intérieure à ce moment précis, mais tu sais quoi?

On s’en sacre éperdument. C’est le tien.

Continuez votre lecture

Je suis en amour avec mon boss pis c’est un problème

Je suis en amour avec mon boss pis c’est un problème

Mon premier contact avec la DivaCup

Mon premier contact avec la DivaCup

À toi qu’il aime désormais

À toi qu’il aime désormais

Laurie Belletête -
Jamais sans mon meal prep: spécial BBQ

Jamais sans mon meal prep: spécial BBQ

Le premier au revoir

Le premier au revoir

Claudia Beaudry -
5 choses à faire quand le beau temps va (enfin) arriver!

5 choses à faire quand le beau temps va (enfin) arriver!

Nerds -
Se séparer en fin de session – Mode d’emploi

Se séparer en fin de session – Mode d’emploi

Nerds -
Jamais sans mon meal prep: même quand on manque de temps

Jamais sans mon meal prep: même quand on manque de temps

J’ai d’autres qualités : Parce que le pire qui peut arriver c’est qu’il dise «non»

J’ai d’autres qualités : Parce que le pire qui peut arriver c’est qu’il dise «non»

Ève Landry -
J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
Un premier voyage de couple, ça se planifie!

Un premier voyage de couple, ça se planifie!

Voici comment trouver le bon parfum pour toi

Voici comment trouver le bon parfum pour toi

Nerds -
10 signes qu’il veut vraiment une relation sérieuse

10 signes qu’il veut vraiment une relation sérieuse

Aimer son corps, ça s’apprend

Aimer son corps, ça s’apprend

Nerds -
Ces superbes hôtels vont te donner envie de voyager!

Ces superbes hôtels vont te donner envie de voyager!

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.