All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

La fois où jai pleuré dans une date Tinder

Par Joanie Hébert – le dans Amour
Je fais partie de celles qui s’inscrivent sur Tinder après trois mois de célibat sans aucune raison valable, juste parce que. Parce que ça change les idées. Parce que c’est drôle en tabarouette. Parce qu’il y en des pas pires et d’un coup que. Parce que ça occupe l’esprit. Parce que pendant que tu swipes, tu ne penses plus. C’est vrai, tu ne penses plus qu’avec ce que tes yeux voient.

La seule question que tu te poses c’est: «Est-ce que ce que je vois est un 2/10 ou un 9/10?» Là, tu dois prendre ta décision; gauche, droite, gauche. Et tu te surprends à swiper souvent à droite parce que les gens ne sont pas nonos; ils mettent leur plus belle photo et ils sont dont beaux. Souvent, tu te fais avoir en regardant les autres photos. Oups, il penchait plus vers le 5/10 que le 8/10 finalement.

Après tout ce swipage et les crampes de doigts, viennent les matchs. Les fameux matchs qui n’arrêtent jamais; quoi que j’ai peut-être swipé trop souvent à droite. Parle, parle, jase, jase. La fameuse question qui revient toujours; celle où on se fait demander ce qu’on recherche en étant sur Tinder. On va se le dire, on ne peut pas vraiment répondre «rien pentoute» parce que ça n’a juste pas rapport d’être sur un site comme celui-là si tu ne recherches rien. Personnellement, j’avais composé un petit mot cliché que je copiais-collais chaque fois. «Je suis ici par curiosité. Tinder, je ne crois pas vraiment à ça, mais on ne sait jamais. Si ça fonctionne, ben tant mieux, et si non, ben ça aura passé le temps!»

Finalement, il y en a un qui est sorti du lot. Un qui avait l’air d’être rendu à la même étape que moi et c’était l’fun. Je me suis dit qu’il comprendrait sûrement mes périodes de blues car il en aurait aussi (cœur brisé oblige) et qu’au final, juste en jasant, on pourrait se le réparer tranquillement, ce petit cœur-là. Au bout de quelques jours de textos et d’appels, on s’est daté. Et j’ai pleuré. Comme un gros bébé lala. Oui, comme une gros bébé lala qui réalisait qu’elle s’était inscrite sur ce site juste pour se changer les idées et qui aurait dû être honnête envers elle-même. Parce que, entre nous deux, sérieux, ce que je veux, c’est «rien pentoute». Pour vrai de vrai.

Au moment où j’ai versé ces grosses larmes de crocodile-là, j’ai pris conscience que je devais tout d’abord réapprendre à être seule et à l’accepter. Réapprendre à me connaître, car je me suis perdue. Je dois m’apprivoiser doucement. Bref, j’ai compris que je devais me laisser le temps. Vivre la peine que la vie ne m’a pas laissé vivre il y a quelques mois. Maintenant que je peux la vivre, je me la permets. Si l’envie me prend, je me permets de verser des milliers de larmes, de vider de nombreuses boîtes de mouchoirs et de répondre par la négative sans honte à la question: «Ça va?».

Plus d'amour

Ce qu’il reste de nous

Ce qu’il reste de nous

On ne choisit pas sa famille

On ne choisit pas sa famille

À toi qui m’as brisée…

À toi qui m’as brisée…

Populaires

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand il ne reste que le confort

Quand il ne reste que le confort

À toi qui ne parles plus à ta mère

À toi qui ne parles plus à ta mère