All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Je ne te dirai pas que t’es belle

Par Ève Landry – le dans Beauté, Bien-être

Je ne te dirai pas que t’es belle

Tu te regardes dans le miroir. Tu me regardes te regarder dans le miroir. Tu trônes sur une montagne de vêtements. Tu juges la manière dont les courbes de ton corps s’appuient les unes sur les autres. Tu comprends pas pourquoi le monde appellent ça des poignées d’amour, parce que, maudit, toi, tu les détestes avec tout ce que t’as en dedans.

Je te regarde t’haïr.

Je te regarde vouloir que je te rassure, que je te dise que t’es belle.

Je voudrais, je pourrais, je le penserais. Ça te fera du bien, ça recouvrerait tes plaies de velours. Te répéter que ton corps est beau, ta face, aussi, que tes cheveux ont une couleur délicieuse. Te répéter que, même si t’es pas Scarlett Johanson, tu fais envie à plein de gens. Qu’anyways, y’a pas grand monde qui ressemble à Scarlett Johanson; que c’est tellement correct de pas y ressembler. Je voudrais te regarder te regarder dans le miroir pis te voir sourire, un peu. Que tu arrêtes, pour quelques minutes de t’arracher le corps des yeux. Je le sais que ça t’aiderait.

Un peu.

Pas longtemps.

Tu retomberais rapidement dans ta tête brouillon où tu enchaînes les raisons qui font de toi la chose la plus laide de l’univers, la fille qui sera jamais sur le cover d’un magazine. Y’a un morceau de toi qui passe ses journées à se fixer dans le miroir, à fouiller dans le regard des autres, qui cherche à savoir si, ce matin, elle est assez belle pour pouvoir avancer.

reflet-yeux-mariee-dans-miroir

Ce matin encore, je te regarde te regarder dans le miroir. Ton gros chandail en laine arrive pas à cacher le corps que tu détestes. Tu fouilles dans mes yeux, tu voudrais que je te répète que tu es magnifique, mais, ce matin, je refuse. Je te dirai pas que tu es belle. Je veux pas renforcer l’idée que ce qui te justifie, c’est ce à quoi tu ressembles.

Je préfères te rappeler que y’a plus que ça.

Que toi, t’es plus que ta face pis tes poignées d’amour. Que si tu fais le cover d’un magazine, tu mérites que ce soit pour tes huit billards de qualités pis de talents, plutôt que pour ta shape. Je te regarde t’haïr pis j’ai le goût que tu t’aimes. Pour autre chose que les livres que tu as réussi à perdre au gym hier.

Que tu te valorises pour ton intelligence, ton humour pis ta force. Ton talent avec les mots, ta vivacité d’esprit pis le fait que tes mojitos goûtent le paradis. Ta prestation, impeccable, de Britney Spears au karaoké. Je voudrais que tu le vois que c’est pas pour ta face qu’on t’apprécie. Que c’est pour tout ce qui a en arrière.

On se fait répéter, jour après jour, campagne Dove après campagne Dove, que toutes les femmes sont belles.

C’est full vrai, pour vrai.

Mais toutes les femmes sont tellement plus que ça. Pis ça, on se le répète pas assez devant le miroir. On se répète pas que nos corps sont même pas le seizième de ce qu’on est. À force de se dénigrer pis de se rassurer, de se comparer les tailles de jupes pour finalement se dire que toutes les tailles sont correctes, on renforce aussi l’idée que l’important, pour une femme, c’est ce dont elle a l’air.

Pis ça, c’est faux. Archi-méga-complètemento-totallo-supra-faux.

Je te regarde te regarder dans le miroir. Toi. La petite parcelle de moi qui ne se trouvera jamais belle, même pas «correcte». La petite parcelle de moi qui croit que mes cuisses qui se touchent vont m’empêcher de réussir ma vie. Fait que, je me regarde m’haïr. Je voudrais me répéter que je suis magnifique, que mon corps est beau. Sauf que, cette fois-ci, je choisis de me concentrer sur tout le reste, sur ce tout le reste qui vaut tellement plus que ma mise en plis pis mon (ostie) de ligne de liner que je réussis jamais du premier coup. Je me parle de mes talents, les cachés pis ceux ben ben out there, mais qui ont besoin de se faire rappeler qu’y existent. Je me crie que je suis forte, que je vais aller si loin, ça veut pas dire le gym.

Parce qu’à force de se faire rassurer sur ce qu’on a d’l’air, on en oublie de se répéter que l’important, c’est ce qu’on a en dedans.

Fait que, ce matin, désolée, je me dirais pas que je suis belle.

Ce matin, mon reflet dans le miroir, ce sera pas ma priorité.

Continuez votre lecture

T’es pas parfait, thank god!

T’es pas parfait, thank god!

Noémie Laplante -
On est tous un peu loser

On est tous un peu loser

Nerds -
J’ai oublié de prendre soin de moi

J’ai oublié de prendre soin de moi

Andreane Viau -
J’ai d’autres qualités : Comment tu fais Kim Kardashian?

J’ai d’autres qualités : Comment tu fais Kim Kardashian?

Ève Landry -
T’es vraiment pas mon genre

T’es vraiment pas mon genre

Andréanne Beaupré -
Toi qui n’es jamais assez

Toi qui n’es jamais assez

Éliza Lafond -
Tout le monde tout nu!

Tout le monde tout nu!

Nerds -
La rébellion du bonheur

La rébellion du bonheur

Nerds -
Que reste-t-il aux gens biens ?

Que reste-t-il aux gens biens ?

Kristine Bergeron -
Apprivoise-moi, s’il te plaît

Apprivoise-moi, s’il te plaît

Amélie Desmarais -
Je ne sais pas

Je ne sais pas

T’es tellement cheap!

T’es tellement cheap!

Valerie Landry -
Quand j’ai réalisé que ça n’allait pas bien dans ma tête

Quand j’ai réalisé que ça n’allait pas bien dans ma tête

Patrice Lepage -
La fois où il t’a trompée

La fois où il t’a trompée

Nerds -
La fois où il t’a annoncé qu’il avait rencontré quelqu’un

La fois où il t’a annoncé qu’il avait rencontré quelqu’un

Mélissa Lavoie -