All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Je vais travailler à l’étranger, parce que je peux

Si quelqu’un m’avait dit que j’aurais la possibilité d’aller enseigner à l’étranger l’an prochain, je ne l’aurais pas cru…. Mais il aurait eu raison.

J’ai tout fait dans les règles. Deux ans au cégep et tout de suite après, le baccalauréat en enseignement. J’ai toujours pensé que l’idéal était d’avoir ma permanence le plus rapidement possible et ainsi pouvoir pratiquer le métier qui me passionne, qui me pousse à me surpasser. Dans mon plan parfaitement calculé, je n’ai jamais pensé inclure une variable assez importante: le changement.

Le pourcentage d’enseignants qui se désistent dans les cinq premières années de pratiques est affligeant et très peu reluisant pour la profession. Je ne veux pas faire partie de cette statistique. Par contre, je suis réaliste. La simple idée d’avoir ma classe dès le mois d’août prochain et de savoir que j’y serai pendant 30-35 ans me donne envie de partir en courant. Comme je ne veux ni courir, ni me désister, je dois m’écouter.

La solution la plus logique que j’ai trouvée est de voyager encore un petit peu avant de m’établir jusqu’à la fin des temps. Je vais faire la princesse en cavale pendant encore quelques pages. Le changement ne m’empêche pas de dormir. Je trouve que plus on voit du pays et plus nous prenons conscience de la place qu’on occupe dans le monde. Voyager est une thérapie sans nom qui soigne bien plus de maux qu’on peut le penser.

La première étape pour bien se préparer est de trouver la destination. C’est bien plaisant de vouloir partir, mais il faut décider l’endroit. La planète offre quand même pas mal de possibilités. Pour m’aider à décider, je me suis posé trois questions:

 
Qu’est-ce qui compte le plus pour moi dans la vie de tous les jours?

C’est bien beau être touriste, mais il faut se dire que travailler et visiter, ce n’est pas la même chose. Si tu es du genre qui aime arrêter au Tim Hortons le matin pour avoir un café ou aller magasiner après tes cours, je te déconseille d’aller t’installer dans un endroit éloigné avec peu de services. Pendant un certain temps, ça peut être agréable et même thérapeutique, mais tu dois penser à long terme ici.

Ai-je les moyens?

C’est beau de rêver, mais les factures, elles, seront bien réelles. Tu dois t’informer sur le coût de la vie. Si tu veux manger, il va falloir payer!  Si tu veux dormir, il va falloir investir! Te déraciner pour aller ailleurs implique son lot d’ajustements. Est-ce qu’habiter avec quelqu’un d’autre serait de trop pour toi? Est-ce que tu trouverais le temps long en étant seule? #ThinkAboutIt

 
Est-ce que j’ai les qualifications?

Si tu fais des recherches, tu réalises rapidement qu’il y a beaucoup d’opportunités d’emplois à l’étranger dans plusieurs domaines. Elles peuvent être bien alléchantes, mais tu dois faire un tri réfléchi et songé. Avant de postuler, tu dois t’assurer de pouvoir accomplir toutes les tâches demandées, mais tu dois aussi t’informer sur les valeurs qu’ils adoptent au quotidien. Tu seras l’étranger là-bas, ce sera à toi de t’adapter.

Pour ma part, j’ai opté pour l’Angleterre. Après m’être posée toutes ses questions et évaluée toutes mes options, ça tombait sous le sens. Peu importe le temps que tu mets à te décider, l’important c’est qu’au final, tu sois sûre de toi. Si tu comptes partir, choisis ta destination pour toi et non parce que quelqu’un d’autre te l’a suggérée. Tout le monde a des goûts différents. C’est toi qui vivras là-bas, pas eux.

Une fois les offres d’emplois toutes épluchées, j’ai compris qu’il m’était impossible de n’en choisir qu’une. J’ai passé un nombre incalculable d’heures à m’informer. Je ne prenais pas ça à la légère! J’ai finalement choisi d’envoyer mon CV à une agence qui avait des bonnes références et qui couvrait un grand territoire au Royaume-Uni. En faisant ça, je ne fermais pas trop de portes. En deux temps, trois mouvements, le processus était enclenché. J’ai fait tous les examens, rempli tous les questionnaires qui existent (ou presque) et attendu des retours pendant ce qui m’a semblé être une éternité. Ça n’a pas été une partie de plaisir, je vous le jure!

Le tout complété, j’étais admissible officiellement et je pouvais signer un contrat de travail pour l’année suivante. Par contre, mon petit doigt me disait que ce n’était pas la bonne chose à faire. J’avais encore un tas de questions et seulement quelques miettes de réponses. Je ne pouvais pas concevoir que j’allais me louer un appartement et visiter les écoles simplement de manière électronique. Je devais aller voir dans quoi je m’embarquais.

Trois semaines plus tard, j’étais dans l’avion. Je suis allée rencontrer les gens avec qui j’échangeais des courriels, visiter tous les endroits où j’aurais pu enseigner, des appartements, quelques pistes cyclables et j’ai A-D-O-R-É. Le visa, mon salaire, mes conditions de travail, tout était clair comme de l’eau de roche. J’allais travailler en Angleterre!

J’ai passé tellement de temps à choisir ma destination, regarder les modalités, m’assurer que tout était beau que j’ai diminué l’importance du poste que j’aurais (mauvaise idée). Je me disais que ce n’était pas le plus important (faux)! J’ai passé à deux doigts de signer un contrat de suppléance (grave erreur), simplement parce que je me suis fait dire que tout le monde faisait ça.

De retour au Québec, je me suis donné deux semaines avant de signer. Je me suis demandé si c’était ce que je voulais. Ce judicieux temps de pause m’a fait réaliser que non, je voulais plus. J’ai repris contact avec la personne en charge de mon dossier (qui doit maintenant connaître mon courriel par cœur) en lui mentionnant ce que je désirais réellement. Je me suis dit que je n’avais rien à perdre. Résultat: J’ai eu une entrevue Skype avec ma future directrice. Je vais avoir un poste d’enseignante stable à Londres pendant un an.

Ne te contente pas de moins, simplement parce que tu penses que c’est mieux. Pose des questions, informe-toi, change d’idée. FAIS-TOI CONFIANCE. Tu es la seule personne qui sait ce qui est le mieux pour toi.

Plus de carrière

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Le bonheur est dans le changement

Le bonheur est dans le changement

Populaires

Quand prendre un verre veut dire «baiser»

Quand prendre un verre veut dire «baiser»

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Emménager à deux : comment se tolérer 24h/24?

Emménager à deux : comment se tolérer 24h/24?