All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

La politique pour les Nerds

Par Nerds – le dans Bien-être, Divertissement
Oui madame, oui monsieur, c’est l’heure : l’heure de faire votre devoir.



C’est l’heure de la campagne électorale. Ça fait presque deux mois déjà : il serait temps que vous commenciez à y porter un peu d’attention!

Il serait temps que vous vous posiez la fameuse question : pour qui est-ce que je vote? Ou peut-être simplement : est-ce que je vais voter?

La question est légitime, c’est vrai. Au fond, qu’est-ce que ça change?

Par contre, je vous invite à faire un retour en arrière, comme celui que Facebook vous fait faire, quand il garroche une photo de vous, datant de l’année passée.

Qui étiez-vous y a quatre ans? Un jeune gamin du secondaire probablement? Un jeune homme perdu dans l’enfer de la PlayStation? Une jeune femme trop préoccupée par son mascara? Une jeune étudiante universitaire qui pensait en avoir fini avec l’école en 2015? Beaucoup de choses ont changé depuis mai 2011.

Le prochain gouvernement sera théoriquement en poste pour un mandat de quatre ans, ça serait un peu con de laisser les autres choisir l’environnement dans lequel on va évoluer pendant tout ce temps, non?

Bonne nouvelle! Pour éviter de mettre votre sort entre les mains d’inconnus un peu abrutis, vous n’avez qu’à vous déplacer pour aller exercer votre droit de vote. Pas plus compliqué que ça et en plus, c’est gratos! Un petit X à la bonne place et le tour est joué, vous pourrez dire que vous avez fait votre devoir de citoyen. Viva la démocratia! (non, je ne crois effectivement pas que cela ne corresponde à aucune langue existante…)

Voter, c’est bien beau, mais en tant que bons citoyens et en tant que bons Nerds, vous vous devez de faire votre devoir au complet. Il faut avoir une idée des raisons qui motivent votre vote pour un parti ou un autre. Il faut d’abord et avant tout s’informer avant de voter. C’est aussi ça, le devoir de citoyen. Le contraire reviendrait à choisir au hasard les réponses dans un mini-test à choix multiple. Disons que ce n’est pas le chemin de la réussite.

source : anc2f.org
Source : anc2f.org

Bref, dans cette petite série d’articles sur la campagne électorale, je vais tenter par tous les moyens de vous faire voter aux prochaines élections fédérales, mais surtout, je vais m’organiser pour que vous deveniez tous et toutes des électeurs allumés.

Alors voilà, le lundi 19 octobre prochain (c’est le temps de le marquer dans ton calendrier!), les quelque 25 ou 26 millions d’électeurs canadiens ont rendez-vous aux urnes pour choisir le prochain gouvernement.

Parmi ceux-ci se retrouve fort probablement le lecteur de ce texte. Ce texte s’adresse donc à toi.

Je dis bien que «les électeurs ont un rendez-vous» et ne dis pas qu’ils «se rendront», car depuis le 26 octobre 1992, les élections fédérales n’ont pas attiré plus de 70% du monde inscrit sur les listes électorales. J’avais 7 mois et 1 jour. Ça fait longtemps que les gens sont désintéressés. Pour ce qui est de la toute dernière élection fédérale, le taux de participation était de 61,1%.

Ça fait deux cinquièmes du monde qui se fichent assez de ce qui se passe en politique fédérale, au point de laisser les autres choisir.

Et il y a pire : le taux de participation des 18-24 ans aux dernières élections est de 38,8%. Ce texte s’adresse donc particulièrement à toi, lecteur des Nerds.

Pourquoi le taux de vote des jeunes est-il si faible? Selon moi, c’est d’abord parce qu’ils ne se sentent pas concernés par la politique; le discours ne les rejoint pas. C’est aussi parce qu’ils ne savent pas trop comment ça marche de toute façon. À quoi bon me déplacer si tu n’y comprends rien?

Au fond, les élections, c’est un peu comme le football; ben des gens y vont et a ont équipe préférée, mais il y a beaucoup moins de personnes qui comprennent les règles de la partie. La politique, c’est un peu ça; les règles sont trop compliquées pour que les gens ordinaire s’y intéressent vraiment.

J’ai confiance qu’on peut changer quelque chose. Je me dis que si ma blonde écoute le hockey avec moi, maintenant que je lui ai expliqué les règles, peut-être que plus de jeunes voteraient s’ils comprenaient la politique!

Je me ferai donc une joie de vous expliquer, le plus simplement possible, comment ça fonctionne, les élections fédérales.

Attention, c’est le bout compliqué du texte.

D’abord, on vote pour des personnes qui vont aller à Ottawa, au Parlement, pour faire des lois. Des lois du genre de C-51 : le gouvernement peut vous mettre sous espionnage, s’il pense que vous avez l’intention de faire du terrorisme, ou des lois du genre : votre abonnement Netflix doit être taxé, donc il passera de 10$/mois à 11,50$/mois. C’est grossier, mais ça ressemble à ça. C’est normal si vous ne comprenez pas l’affaire de C-51 ici, on reparlera de ces enjeux électoraux plus tard. Pour l’instant, comprenez que le monsieur ou la madame sur la pancarte électorale en face de ton arrêt d’autobus se présente pour être député du Parlement du Canada, à Ottawa, au fédéral

Ces gens, pour lesquels on vote, se présentent pour un parti politique. Au Québec, pendant les élections fédérales, on a le choix entre :

  • le Parti conservateurs, (les bleus foncés).
  • le Parti libéral, (les rouges, leurs pancartes ont l’air d’affiches funéraires, ça vous dit quelque chose? À différencier des libéraux provinciaux, qui sont actuellement au pouvoir, avec Philippe Couillard comme premier ministre…).
  • Le Nouveau Parti Démocratique, (le NPD, c’est les oranges, vous vous souvenez peut-être de Jack Layton? La moustache. Lui, il est mort, malheureusement)
  • le Bloc québécois, (en bleu pâle).
  • le Parti vert du Canada
  • quelques autres partis de moindre importance… et des indépendants.

À la tête de ces partis se trouve le chef. Si le parti gagne les élections, il sera alors premier ministre. Le candidat pour qui vous votez dans votre circonscription sera simplement député, sauf si vous êtes dans la circonscription d’un des chefs.

Les chefs des partis sont les suivants :

  • Justin Trudeau, pour les libéraux
  • Tom Mulcair, pour le NPD
  • Stephen Harper, pour le Parti conservateur
  • Gilles Duceppe, pour le Bloc québécois
  • Elizabeth May, pour le Parti vert du Canada
source-tvqc.com
Source : tvqc.com

Cela dit, le 19 octobre, vous ne choisissez pas directement le chef, mais bien le député de votre région. Par exemple, si je vote pour Annick Papillon, candidate néo-démocrate (NPD) dans la circonscription de Québec, mon vote ne va pas directement à Tom Mulcair, le chef du NPD. Annick Papillon peut gagner l’élection sans que Tom Mulcair gagne dans sa circonscription (Outremont). De même, Tom peut gagner son élection et Annick non. Voilà donc. Techniquement, le chef du parti n’est qu’un député comme les autres lors des élections. Un chef de parti ne gagne pas nécessairement toujours avec son parti.

Stephen Harper, chef du parti conservateur, est le premier ministre sortant. Vous l’avez peut-être déjà vu fausser en jouant au piano, dans une émission d’Infoman. Comment a-t-il pu être premier ministre si personne ne l’aime? D’abord, apparemment, bien des gens apprécient sa vision du Canada. Ensuite, certains votent peut-être pour lui simplement pour continuer à l’entendre dire «érections» en parlant des élections…

Dans tous les cas, il s’avère que c’est son parti qui a réussi à faire élire le plus de députés…

Il y a 338 sièges au Parlement à Ottawa. Chaque siège correspond à une circonscription. Le parti qui réussit à en obtenir au moins la moitié (169 + 1) sera à la tête du gouvernement et sera majoritaire. Advenant qu’aucun parti n’obtienne au moins la moitié, alors celui qui en a le plus sera au gouvernement, mais, sera minoritaire.

Qu’est-ce que ça change? Pour faire des lois, le projet de loi doit obtenir au moins 50% des votes des députés (pas des citoyens , pour les plus curieux, c’est qu’il s’agit d’une démocratie représentative). Si les conservateurs décident, par exemple, d’interdire le port de la casquette par en arrière au bureau de vote (ne vous inquiétez pas, c’est un exemple fictif!), ils écrivent une loi et la proposent au Parlement. Si 169 + 1 députés sont en faveur de la loi, elle sera instaurée par la suite. Il y a plus d’étapes que ça, mais voilà l’essentiel.

Voilà donc une partie partie des règles du jeu. Grossièrement expliquées, certes, mais, j’espère que ça vous éclaire.

Maintenant, il vous reste près de 15 jours pour choisir le parti, le candidat et le chef que vous souhaitez voir au pouvoir à Ottawa le, 19 octobre 2015.

Ça ne vous démêle probablement pas beaucoup, mais c’est un début. Le statut de citoyen informé ne s’acquiert pas en criant ciseaux, il faut lire, écouter les nouvelles et s’impliquer dans son apprentissage de la politique canadienne. J’espère qu’ici, vous avez envie d’aller plus loin, parce qu’il nous reste à vous présenter les positions des différents partis, les enjeux et les points chauds, etc.

Enfin, n’oubliez jamais qu’un vrai Nerds est assez informé pour défendre son opinion lors d’un souper de famille.

Bonne campagne électorale! En espérant qu’on arrive à faire monter un peu le taux de vote des jeunes au Québec (et au Canada francophone!).

Par Sébastien Verret
Collaborateur spontané

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Plus de bien-être

Ce que voyager seule m’a appris : récit de la Grèce

Ce que voyager seule m’a appris : récit de la Grèce

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Garder le cap

Garder le cap

Populaires

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand il ne reste que le confort

Quand il ne reste que le confort

À toi qui ne parles plus à ta mère

À toi qui ne parles plus à ta mère

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.