All time BetterBe Branchez-vous Carrières

L’amitié dans la vingtaine, ça change

Par Sophie Prévost – le dans Bien-être, Psycho
Si la mi-vingtaine est une période pleine de changements et de rencontres, elle marque aussi, pour beaucoup d’entre nous, le déclin d’amitiés précieuses. Alors que nos études nous permettaient de côtoyer des gens géniaux tous les jours, il vient un stade où les amitiés prennent de moins en moins de place dans nos vies. Comment expliquer que ces relations, pourtant si importantes à l’adolescence et au début de la vingtaine, se mettent soudainement à battre de l’aile?

D’abord, le début d’une relation de couple stable est l’un des facteurs influençant le plus nos relations amicales. Les recherches de Robin Dunbar, dont les résultats sont parus dans The Guardian, font état de ce constat: les hommes comme les femmes perdent en moyenne deux amis lorsqu’ils commencent une nouvelle relation amoureuse. Ainsi, on passe d’environ cinq personnes dans notre cercle d’amis – ces personnes qu’on pourrait appeler au milieu de la nuit – à quatre, incluant notre amoureux ou notre amoureuse.

Certains affirmeront qu’ils sont pourtant en couple depuis de nombreuses années et que cela n’a pas terni leurs autres relations. Or, il importe de faire la distinction entre l’emploi du temps d’un étudiant et celui d’un travailleur. Dans le premier cas, presque toutes les activités se font à l’école ou dans le contexte scolaire, et donc avec nos amis (et souvent aussi avec notre partenaire). Dans le deuxième cas, le travail occupe maintenant la majorité de l’horaire de l’individu et celui-ci se retrouve à devoir diviser son temps libre entre son amoureux(se), sa famille, ses passe-temps et ses amis, sans compter que certains étudient aussi à temps partiel. Inévitablement, les amis se retrouvent avec une pointe de tarte moins importante.

Quand bébé se met de la partie

Dans son article Les âges de l’amitié, Claire Birdat va dans le même sens pour expliquer l’éloignement de certains amis: «On s’aperçoit alors que le mariage ou l’installation en couple marquent un seuil crucial et une chute plus brutale des pratiques de sociabilité. Les activités pratiquées avec des amis et le niveau de fréquentation de ceux-ci diminuent considérablement à ce moment-là. La naissance du premier enfant dans le foyer est un second seuil, encore plus déterminant. Le réseau personnel se restreint alors très nettement.».

L’ajout d’un bébé à l’équation réduit de beaucoup les moments de disponibilité des parents – qui n’ont plus beaucoup de temps pour leur couple non plus. L’arrivée d’un enfant change aussi les préoccupations ainsi que les activités des nouveaux parents, ce qui peut changer la nature de leurs amitiés. Grâce à leurs nouveaux réseaux sociaux, les nouveaux parents ont la chance de se lier d’amitié avec d’autres couples ayant des enfants, ce qui permet aux enfants comme aux parents d’avoir une meilleure vie sociale. Encore une fois, ces rencontres doivent cadrer dans un horaire serré, surtout quand les enfants vieillissent et mettent sur pied leur propre agenda.

Notre nouveau «soi»

Finalement, Birdat nous rappelle qu’une meilleure connaissance de soi entraîne aussi la diminution de notre cercle d’amis. En ciblant mieux nos valeurs et nos priorités, il devient plus facile de choisir quel genre de personnes nous avons envie de côtoyer.

La lumière au bout du tunnel

Ce portrait peut paraître déprimant pour les célibataires qui lisent ces lignes ou pour les couples dont les meilleurs amis prévoient avoir un enfant prochainement. Ne nous décourageons pas si vite! Il n’en demeure pas moins que les nouveaux parents conservent leurs meilleurs amis dans leur entourage et qu’ils affectionnent énormément les moments qu’ils partagent avec eux. Il nous faut simplement une plus grande souplesse dans nos disponibilités, accepter un possible changement dans le type d’activités que l’on fait et comprendre que la fréquence de nos activités diminuera.

Et bien que l’éloignement d’un(e) ami (e) soit difficile à vivre – même s’il n’est pas désiré de part et d’autre –, cela ne signifie pas pour autant la fin de votre amitié. Il faut savoir expliquer ses craintes et dire à nos amis l’importance qu’ils ont pour nous. Difficile d’imaginer qu’ils ne trouveront pas une toute petite place pour vous dans leur quotidien. Puis, disons-le, les enfants vieillissent, les horaires chargés se libèrent graduellement et votre vieille amie retrouvera du temps pour elle, pour son chum et pour vous. Vous reprendrez tout ça exactement là où vous l’aviez laissé, comme si c’était hier.

Continuez votre lecture

Quand l’amitié survit à la distance

Quand l’amitié survit à la distance

Audrey Chabot -
L’amitié mise à nue

L’amitié mise à nue

Nerds -
Comment survivre aux amitiés toxiques

Comment survivre aux amitiés toxiques

Josiane Ménard -
L’amitié gars-fille ou un monde de malaises

L’amitié gars-fille ou un monde de malaises

Félix Bernier -
Ces amitiés que l’on perd aux dépens de l’amour

Ces amitiés que l’on perd aux dépens de l’amour

Kevin Sauvé -
La peur de la maternité

La peur de la maternité

Josiane Ménard -
Ta place dans la famille

Ta place dans la famille

Audrey X -
À toi qui partages une partie de mon ADN

À toi qui partages une partie de mon ADN

Collaboration spontanée -
Ces amitiés fusionnelles

Ces amitiés fusionnelles

Le divorce dans la vingtaine

Le divorce dans la vingtaine

Audrey X -
L’amour au temps de Ramdam

L’amour au temps de Ramdam

Émilie Lalonde -
Voir une amitié s’envoler

Voir une amitié s’envoler

Nerds -
Au jour le jour, l’amour: J’ai des amis gars

Au jour le jour, l’amour: J’ai des amis gars

Aux amitiés qui ne durent pas toute la vie, finalement…

Aux amitiés qui ne durent pas toute la vie, finalement…

Joanie Hébert -
L’amitié n’a pas d’âge

L’amitié n’a pas d’âge

Marilyne Jetté -