All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Le féminisme au masculin

Par Karl Boulanger – le dans Opinion, Société
Assez ironique de traiter de féminisme, alors qu'au moment où j'écris ces lignes, je me trouve dans un collège privé réservé aux garçons. Ah, et mesdames, faites lire cet article aux hommes de votre vie.

Avant que l’on débute, il est important de préciser que je ne m’affirme pas comme un fin et savant connaisseur de la notion de féminisme. Non, être féministe ne signifie pas avoir l’obligation de porter la fourrure sous les bras et sur les jambes ou encore s’exposer la poitrine en signe de protestation. Être féministe ne signifie pas non plus détester les hommes. Ça ne veut pas dire qu’on se doit de passer sa vie à prôner la supériorité féminine tout en diminuant le sexe masculin. Et là, attention, ça risque de fesser: être féministe ne signifie pas non plus être une femme. Et oui, nous, détenteurs de pénis, avons aussi la possibilité de se joindre à ce mouvement. Mais encore, être féministe, kossé ça?

Selon l’Université de Sherbrooke (je prêche pour ma paroisse), le féminisme est un «mouvement politique qui prône l’égalité réelle entre les hommes et les femmes dans la vie privée et dans la vie publique». Pour ceux et celles n’ayant toujours pas bien saisi cette notion, on vient nous préciser que «le féminisme inclut l’ensemble argumentaire qui dénonce les inégalités faites aux femmes et qui énonce des modalités de transformation de ces conditions». Woopelaye! Où sont les mentions des féministes enragées? Des «Femen»? Des toilettes «non-genrées»? De l’obligation pour tous d’orner un macaron inscrit «Femmes > Hommes»? Visiblement, elles sont absentes. Suis-je en train d’affirmer que pour être féministeil suffit de prôner l’égalité des hommes et des femmes? Suis-je en train d’affirmer que pour être féministeil suffit d’être égalitaire? Oui, monsieur!

En 2017, peut-on encore se permettre de faire une Lise Thériault de nous-mêmes et d’affirmer haut et fort que nous sommes «égalitaires plus que féministes»? La réponse est non. Pourquoi en est-il ainsi? Parce qu’il s’agit de synonymes. Souhaites-tu que les droits des femmes soient égaux à ceux des hommes? Si la réponse est oui, mon chum, je te confirme que tu fais bel et bien partie de ce grand mouvement international qu’on nomme le féminisme. Aucune carte de membre, aucune obligation vestimentaire et aucune imposition corporelle, juste la belle et grande égalité des sexes.

Je te vois venir. «Ouin, mais être féministe, ça veut aussi dire donner plus d’opportunités aux femmes et les favoriser.» On appelle ça l’équité, mon chum. Est-ce qu’on t’a empêché de voter parce que tu es détenteur d’un pénis? Est-ce qu’on a remis ta crédibilité en doute lors d’un procès pour agression sexuelle parce que tes shorts étaient trop courts? Est-ce qu’on a diminué ton salaire alors que tu avais les mêmes compétences et que tu effectuais les mêmes tâches qu’une femme pour la seule et bonne raison qu’entre tes jambes, un pénis pend? Non. Et si la réponse est oui, cligne des yeux trois fois et je t’enverrai de l’aide. Que l’on cesse de s’insurger parce qu’on met en place des moyens tendant à favoriser les femmes afin que, de façon ultime, elles arrivent à être égales aux hommes. Boys, va falloir que vous vous calmiez. Retirez vos lunettes d’hommes blancs privilégiés d’Amérique pour qui le chemin est déjà tracé et regardez autour de vous.

Est-ce que dans une ère où les dirigeants politiques (lire ici Donald J. Trump) tentent encore de diriger indirectement l’utérus et la vulve des femmes, entre hommes, on peut se permettre d’affirmer que, non, nous ne sommes pas féministes? C’mon, les boys. Mettez vos culottes (ou votre jupe, c’est aussi ça, le féminisme, être ouvert) et affirmez votre féminisme. C’est beau. C’est un mouvement qui ne peut se réaliser de façon solitaire. Portez du rose, s’il le faut, mais faites quelque chose! Personne ne vous en voudra si vous n’affirmez pas votre féminisme, mais il est certain qu’on vous regardera croche si vous affirmez «être plus égalitaire que féministe».

Vidéo récente
- Opinion

Supprimer ton ex de Facebook: les pour et les contre

Plus d'opinion

Je pense que le témoignage de Donald Duguay peut changer la société

Je pense que le témoignage de Donald Duguay peut changer la société

Marie-Pier Hamon -
Être une grosse râtée.

Être une grosse râtée.

Ève Landry -
World Press Photo, une année particulière sous la lentille

World Press Photo, une année particulière sous la lentille

Émilie Bossé -

Populaires

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Ça se recolle-tu, l’amour?

Ça se recolle-tu, l’amour?

Mélissa Lavoie -