All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Ces mots qu’on ne dit pas assez souvent

Par Laurence Nguyen – le dans Psycho
Il est présentement minuit, je me trouve actuellement dans un bar. Je reçois un message de toi qui m'annonces que tu ne veux plus me voir ni me parler. En tout cas c'est un message clair et net. Ayoye, ça fait mal. Vraiment mal même. Anxieuse de nature, je ne sais vraiment pas comment agir. Je me demande pourquoi tu ne me veux plus dans ta vie. Je me questionne aussi sur ce que j'ai bien pu te faire subir pour que tu me rayes de ta vie complètement du jour au lendemain.

Comme premier réflexe, je décide de t’appeler. Évidemment, tu ne me réponds pas et tu m’envoies directement à ta boîte vocale. Je te laisse un message qui vient du cœur. Il n’est peut-être pas 11h11 pour que je puisse faire un vœu, mais sache que je souhaite désespérément que tu me rappelles. Entre-temps, tu continues de me texter pour me dire que tu ne feel pas et que personne ne l’avait remarqué. Moi, je l’avais remarqué, mais j’essayais de te changer les idées.

Je reçois tes textos et je dois admettre que je me sens impuissante. Je me mets à pleurer en boule dehors en cette soirée pluvieuse. Je me demande pourquoi je ne suis pas enough dans la vie. Pourquoi je n’arrive pas à te faire comprendre que tu es une personne tellement importante pour moi? Une chance que mon meilleur ami est là. Il me regarde, me serre dans ses bras et me prend la main en me disant que tout va s’arranger. Je lui chuchote: «Elle veut s’enlever la vie, c’est du sérieux. Je dois réussir à l’aider et lui faire changer d’idée.»

Ce n’est jamais facile dans ces situations-là. Le suicide, c’est malheureusement un sujet qui est encore tabou dans notre société. Ce n’est jamais facile de dealer avec ça. Tu ne comprends pas ce qui se passe dans la tête de la personne à ce moment-là. Tu te demandes ce qui a pu bien déclencher cette idée fucking sombre. Je crois être une personne qui donne énormément d’amour à ceux que j’aime. Pourtant, dans ces situations-là, j’ai continuellement l’impression de jamais en faire assez, de ne jamais être assez.

J’ai donc décidé de prendre mes affaires et de partir du bar. Je ne voulais pas me «morfondre» dans l’alcool. Je me suis dirigé vers chez toi sans savoir ce que j’allais te dire si je te voyais. Je me suis assise sur les marches d’escalier devant ta maison. La lumière de ta chambre était éteinte et les rideaux fermés. J’espérais à ce moment-là que tu dormes. Je me suis mise à pleurer. Tellement fort que j’ai eu de la misère à respirer pour un instant. Je me suis mise à prier, même si je ne suis pas du tout croyante. Ça ne faisait aucune logique, mais rendu là, j’étais prête à tout essayer. J’avais besoin qu’on m’aide. Je voulais qu’on m’aide à trouver une solution pour que tu te sentes mieux. Après une heure, j’ai décidé de faire confiance en la vie et de revenir chez moi. De toute façon, pour le moment, je ne pouvais rien faire.

Je suis partie cette soirée-là. Est-ce que j’aurais dû rester? Ai-je choisi la bonne décision? Je ne sais pas et je ne veux pas savoir. Dans les deux cas, ça me ferait badtripper.

En marchant vers chez moi, j’en suis venu à une conclusion. Dans la vie, on ne dit jamais assez à nos proches qu’ils sont importants et qu’on les aime d’amour. Pourquoi donc? Est-ce que démontrer de l’amour est rendu un signe de faiblesse de nos jours? Parce que sincèrement, tu ne sais jamais ce que la vie te réserve. Du jour au lendemain, une personne pour qui tu cares, peut partir et si ça arrivait, je ne sentirais mal pour le restant de mes jours.

Alors j’aime mieux être étiqueté comme quelqu’un de faible que d’avoir des regrets. C’est littéralement mon pire cauchemar. Alors, à toi, chère lectrice, je tiens à te dire que t’es formidable. Vraiment. Ne laisse personne te faire croire le contraire.

Vidéo récente
- Psycho

Est-ce qu'être solitaire fait de moi une mauvaise amie?

Plus de psycho

Rester avec lui trop longtemps, revenir vers lui trop souvent

Rester avec lui trop longtemps, revenir vers lui trop souvent

Démocratiser la poésie

Démocratiser la poésie

Josiane Ménard -
Vaincre sa peur de vieillir

Vaincre sa peur de vieillir

Sarah-Jane Vocelle -

Populaires

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Ça se recolle-tu, l’amour?

Ça se recolle-tu, l’amour?

Mélissa Lavoie -