All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Notre TED de la semaine : Pourquoi les couples heureux se trompent?

Par Nicolas Sipak – le dans Chroniques

L’adultère. La tromperie. L’infidélité.

Appelez ça comme vous voulez.

On pense souvent que ce sont seulement les couples malheureux qui se trompent. On pense qu’il manque quelque chose au couple. Sinon, pourquoi y a-t-il de la tromperie?

Les couples heureux le font aussi. C’est à se demander pourquoi les couples heureux se trompent?

Nous sommes à l’époque où le modèle du couple parfait (et du concept de monogamie selon la société) est confronté à une grande remise en question : couple ouvert, relation à trois partenaires, couple polyamoureux, couple en exploration individuelle, couple virtuel, etc.

Ce serait une erreur que de penser que ce qui est prôné comme étant « LE » modèle à suivre soit réellement le seul et l’unique qui puisse fonctionner.

Est-ce que je suis en train de dire que je suis dans le camp des gens qui croient aux nouvelles formes de couples? Pas nécessairement. Mais je ne dis pas non plus que je suis dans le camp des gens qui croient au modèle traditionnel. L’apparition des nouveaux modèles n’est pas pour tous, évidemment. Par contre, l’important c’est de se parler, de se dire les vraies choses. L’important c’est de communiquer nos envies et d’accepter celles des autres. À chacun sa notion de la fidélité.

Donc, on entend quoi par le concept de fidélité? Le concept de fidélité nait au coeur même de la relation. La fidélité est l’entente créée entre deux personnes selon ce qu’elles ont le droit de faire ou non.

Ce n’est pas à la société à dicter les envies d’un couple, mais bien à chaque couple de les déterminer ensemble. Il y a cependant une règle d’or : les deux partenaires doivent être sur la même longueur d’onde.

Ce n’est qu’à partir du moment où l’entente est rompue que l’on peut réellement parler d’infidélité.

Alors, que faire lorsque l’entente a été rompue? Est-ce vraiment insurmontable? Est-ce vraiment la fin?

Écoutons Esther Perel sur le sujet.

Enfin, il y a toujours la question qui tue : pourquoi? Si j’ai appris quelque chose, c’est qu’il ne faut pas toujours répondre à cette question. On n’aura pas toujours la réponse, d’autant plus qu’elle ne fait que mener à plus de questions.

Pour écouter le TED de la semaine dernière, c’est par ici.

Plus de chroniques

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

Alexandra Nadeau-Gagnon -
Je suis pas le genre de fille qui attire les gars

Je suis pas le genre de fille qui attire les gars

Alexandra Nadeau-Gagnon -
#sorrynotsorry: je suis souvent dans la lune

#sorrynotsorry: je suis souvent dans la lune

Alexandra Nadeau-Gagnon -

Populaires

Qui s’amuse et se respecte s’assemble

Qui s’amuse et se respecte s’assemble

Karine Boileau -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Nerds -