All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Le service à la clientèle, un premier emploi que tu devrais envisager

Par Julie Morisset – le dans NERDIES | 100% ADOS
J’ai passé 8 ans de ma vie derrière une caisse; 8 ans à me demander ce que je faisais là. Aujourd’hui, je comprends le pouvoir d’un seul emploi sur ma personne. Je peux enfin dire que ces années à scanner de la bouffe m’ont permis de devenir une meilleure personne. Vite de même, j’ai l’air d’avoir sauté une coche, mais laisse-moi t’expliquer pourquoi c’est l’une de mes premières bonnes décisions dans ma vie. 

Le service à la clientèle, un premier emploi que tu devrais envisager

À 16 ans, j’ai fait comme tout le monde et j’ai décidé de mettre fin à ma vie sociale en me trouvant un emploi étudiant. J’ai pas vraiment cherché, j’ai juste donné mon CV à la place la plus proche de chez moi (je suis trop paresseuse). Ça l’air que je faisais l’affaire donc j’ai été engagée. Fini les belles fins de semaine à écouter la TV, je devenais tranquillement une adulte responsable qui pouvait se payer des choses.

Des emplois j’aurais pu en choisir des tonnes, mais je suis tombée sur un dans le service à la clientèle — un classique à cet âge. Je n’avais aucune idée de ce que ça allait changer à ma vie. Aujourd’hui, je peux t’en parler!

Pour la patience et le respect

Travailler avec le public c’est croiser toute sorte de personnes; des bonnes comme des moins bonnes. Tu as le client over sympathique qui a probablement déjà eu un emploi comme toi et qui fait ta journée et tu as le client de marde (disons-le enfin!) qui se fout tellement de ce que tu fais que tu deviens un simple robot sans droit de parole. Même si tu refuses de le croire, ce client précis est précieux à ta vie.

Le client moron qui te lance son change et qui te fait serrer des dents t’apprend à être une personne meilleure; une personne différente de lui.  Grâce à lui, tu apprends à devenir patient et à réfléchir avant de parler. Certes, tu as 1000 insultes à lui dire, mais tu apprends à te les énumérer avec un sourire en coin au lieu de lui lancer au visage disgracieusement. Tu deviens patient devant son impatience.

Pour l’empathie

La vieille dame qui n’entend pas bien et qui te fait répéter, le monsieur qui n’a pas assez de sous, la madame qui a les yeux gonflés de tristesse… ces gens-là, tu les croises tous les jours devant ta caisse. Tu apprends à vivre avec les émotions des autres. Tu développes le petit sourire de compassion et ta capacité à écouter, parce que la madame va te raconter son histoire que tu le veuilles ou non.

Dans ta journée, tu vas réconforter la dame qui vit un deuil, rire aux blagues du monsieur qui vient d’acheter une maison, sourire à la femme épuisée qui a 3 enfants qui courent derrière le panier. Chaque petit moment, tu vas le vivre un peu avec eux. Tu vas devenir empathique et sensible aux autres.

Pour la sociabilité

Tu vas aussi rencontrer des gens qui vont devenir temporairement ta famille: tes collègues. Sans t’en rendre compte, tu vas créer un lien avec eux, parce que vous allez partager les mêmes situations; les bonheurs comme les malheurs. Ce sont les seuls qui te diront «Pfff! Y’a rien là travailler dans le public.» Eux, ils vont te comprendre. Bien sûr, tu risques de t’entendre mieux avec certains qu’avec d’autres, mais tu vas devoir quand même apprendre à travailler avec eux; qu’ils soient différents ou pas. On ne peut pas aimer tout le monde, mais on doit faire l’effort de les respecter.

Tes compétences relationnelles ne s’arrêteront pas à tes collègues, mais bien à toutes les personnes que tu vas croiser dans ta journée. Parler avec des inconnus sera beaucoup moins difficile qu’avant, parce que tu vas l’avoir fait pendant des centaines d’heures au travail. Tu vas apprendre à vivre en société, parce que c’est ça la vie : vivre avec des gens qui sont pas toujours identiques à toi. Dis-toi que tout le monde a le droit au même service!

Plus tard, quand les rôles seront inversés et que tu deviendras le client, ta façon d’être et de réagir changera complètement. Tu deviendras compréhensif, peu importe la situation parce que tu vas avoir été à leur place. Tu vas devenir le client que tu voulais à ta caisse, le client qui était heureux et qui te faisait du bien. Alors, devant le ou la mini-toi, tu vas sourire, tu vas patienter, tu vas dire merci… tu vas être devenu une meilleure personne…

Non, ce sera pas facile. Non, ce sera peut-être pas ton emploi de rêve. Mais ça risque probablement de t’apprendre à devenir quelqu’un de bien.

 

Continuez votre lecture

Montée de lait : Message aux travailleurs du service à la clientèle

Montée de lait : Message aux travailleurs du service à la clientèle

Kristine Bergeron -
De l’autre côté du comptoir

De l’autre côté du comptoir

Roxane Chouinard -
4 trucs pour se trouver un premier emploi d’adulte

4 trucs pour se trouver un premier emploi d’adulte

Virginie Marceau -
10 emplois qui rendent les gens plus heureux

10 emplois qui rendent les gens plus heureux

Gabrielle Delorme -
Entrevue d’emploi: Savoir scruter l’entreprise

Entrevue d’emploi: Savoir scruter l’entreprise

Nerds -
8 signes qui démontrent que tu dois changer d’emploi

8 signes qui démontrent que tu dois changer d’emploi

Valérie Martel -
Le pire restaurant de ma vie

Le pire restaurant de ma vie

Raphaelle Dubé -
5 conseils que t’aurais voulu recevoir à 16 ans

5 conseils que t’aurais voulu recevoir à 16 ans

Josiane Ménard -
5 questions à se poser quand la recherche d’emploi s’éternise

5 questions à se poser quand la recherche d’emploi s’éternise

Sarah Dufresne -
Les meilleurs sites pour la recherche d’emploi

Les meilleurs sites pour la recherche d’emploi

Sarah Dufresne -
5 trucs pour faciliter ta première journée au boulot

5 trucs pour faciliter ta première journée au boulot

Le marché de l’emploi et la génération Y

Le marché de l’emploi et la génération Y

Nerds -
Confessions d’un male stripper

Confessions d’un male stripper

Valerie Landry -
Premier emploi : craintes vs réalité

Premier emploi : craintes vs réalité

Noémie Laplante -
La galère des emplois d’été

La galère des emplois d’été

Anne-Sophie Roy -