0

T’es pas parfait, thank god!

Parfait. Parfait. Parfait.

Ce mot sort souvent de notre bouche de nos jours. S’il n’en sort pas, il dort parfois dans nos têtes, enfoui quelque part dans nos pensées. Notre société véhicule un culte de la perfection, et que l’on se sente concerné ou pas (ou à moitié), cette mauvaise manie doit cesser.

Voici enfin un secret que l’on peut aller répéter haut et fort à tous : aucun humain n’est parfait… et c’est parfait comme ça!

Sans le vouloir, on s’essouffle souvent à tenter de rendre parfait tout ce qui nous entoure, incluant soi-même. Pourquoi? Notre société a élevé ses critères de façon démesurée et nous, humains possédant le désir d’être toujours meilleurs, essayons constamment d’ajuster la barre à cette hauteur vertigineuse.

À certains moments, c’est comme si on souhaitait atteindre le niveau de perfection ultime. Vous savez « le niveau ». Celui qui sort de la ville imaginaire où les journées ont 52 heures, où les habitants ont jamais besoin de sommeil et où les erreurs ont été bannies. Bonne chance pour rentrer dans cette communauté. Il parait que les douaniers sont bien sévères : 100% au test de passage ou c’est « out »!

Ces aspirations de perfectionniste peuvent devenir lourdes, voire stressantes. Tout faire pour passer ses études sans creux, ses journées sans bosse, être une personne sans faille. Plate, plate, plate. À tenter de frôler la perfection, on en perd des parcelles de notre identité. Qui veut d’une personne faussement parfaite? On veut de l’humain. Des pleurs, des rires, des doutes, des détours, du vrai!

 

fleursweheartit

Il faut être soi-même. Bien que la société nous le répète, elle nous impose un modèle taillé au carré. L’étudiant dévoué, mais qui travaille, s’active, se cultive, socialise, se repose, économise, planifie son futur (on comprend ici que la liste est longue). Comment réussir à être tout ça à la fois? En étant parfait? Faux.

Une partie du chapeau pourrait aussi être portée par les médias et les réseaux sociaux. Ceux-là qui nous submergent d’images photoshopées et de scènes à la Hollywood. Ceux qui nous font miroiter un quotidien lisse parmi des clichés filtrés avec les couleurs vives dans le tapis. Une projection d’un monde parfait? Faux.

Ici, toutefois, je nous tape sur les doigts, à nous tous. Il faut savoir en prendre et en laisser. Ces réseaux sont là pour s’exprimer à notre gré ; ne vous laissez pas aveugler par la beauté de la chose. Personne ne montrera ses moments de faiblesse au grand jour, mais cela ne signifie pas qu’ils sont inexistants. Nos angles morts et nos mauvaises journées, on les réserve aux oreilles de nos proches, et non aux yeux de nos abonnés (et c’est tant mieux!)

Alors tu sais quoi? Range la comparaison dans un tiroir. Jette l’idéalisation aux poubelles. Laisse tomber tes critères à atteindre et ta liste à cocher. Tu n’as pas à être parfait. Ton voisin ne l’est pas lui non plus. Nous sommes tous imparfaits à notre façon. Soyons-en fiers, acceptons-le et applaudissons-nous!

N’ayons pas honte quand nous prenons enfin une journée à ne rien faire, quand nos cheveux sont en bataille, quand le gym prend le bord ou quand les gaffes prennent le dessus. Pardonnons-nous quand nous avons un 65% au dernier examen, quand nous annulons par manque de temps ou quand des larmes-du-royaume-de-nulle-part surgissent en moment de fatigue. On n’échappe pas à l’imperfection.

J’ai donc envie qu’on envoie tous promener ce concept malsain de perfection. Ladite perfection, c’est supposé être toi qui la conjugues et non la société qui te l’impose. Trouve ce qui te rend heureux, ce qui te fait sourire et ce qui t’allège le cœur, puis marche dans cette direction. Ne cours pas, ne te minute pas, ne te mets pas de pression. Fais de ton mieux.

Pardonne-toi de ne pas être une belle grande ligne droite. C’est bien plus beau des gribouillis!

 

Commentaires

Noémie Laplante Amoureuse des mots et fascinée par la psychologie humaine, elle a toujours mille et une idées d’articles. Sa liste d’activités à essayer est aussi longue que la série Grey’s Anatomy!