All time BetterBe Branchez-vous Carrières

7 façons de reconnaître un narcissique sur Facebook

Par Valerie Landry – le dans Bien-être, Divertissement
Le besoin d’admiration excessif et la surestimation de ses capacités sont des indices forts pour identifier le narcissisme (Source: Institut universitaire en santé mentale de Québec). C’est important de garder en tête que Facebook est public. Quand tu es fier/fière ou que tu vis quelque chose que tu souhaites partager, fais-le avec tes amis, pas avec tes 800 connaissances sur les réseaux sociaux ! Selon une étude américaine, le deux tiers des étudiants avouent que leur génération fait plus d’autopromotion et est plus encline au narcissisme que la précédente. Ils attribuent d’ailleurs cela aux réseaux sociaux comme Facebook, Instagram et Twitter.

7 façons de reconnaître un narcissique sur Facebook

Pourquoi donc? «Dans les années 1950, on disait aux gens de fermer leur gueule et de rester à leur place. Maintenant, c’est: Fais ta place. Prends tous les moyens pour devenir le numéro un». (Source : Châtelaine). Encore plus inquiétant, un abus de selfies démontre non seulement un certain narcissisme, mais aussi une tendance sociopathe (Source: Science Direct). Alors, un peu de retenue pour se garder en santé, qu’en dites-vous?

1. L’individu en question publie des statuts qui parlent beaucoup trop de sa vie privée, parfois sans même dire vraiment ce qui se passe, pour soulever les questionnements inquiets de son entourage: «Tanné(e) de me faire niaiser…», «Ouf, vraiment pas une bonne journée», «Je me prends en main à partir d’aujourd’hui #newlife». Comment ça se fait que son réflexe, c’est de se confier à Facebook tout entier?

2. La personne s’identifie partout où elle va, même lorsqu’elle ne fait rien: «Petite soirée tranquille à étudier avec mon chat». C’est correct une fois, mais des photos de ton ordi et de ta main qui tient un chocolat chaud chaque semaine, on peut s’en passer.

large-3

3. Il/Elle veut absolument que tous soient au courant de son entraînement de gym: «Jogging de 7 km, muscu et cardio, prêt(e) pour le marathon de la semaine prochaine». Tu connais son régime presque par cœur et EN PLUS, à chaque mois tu as droit à une rétrospection de ses progrès. C’est clair que sa photo de couverture, c’est une citation du genre You can do it.

large-6

4. Parmi les mille hashtags sur ses photos, il y en a qui sont dignes d’une face à la Miss Jay Alexander: #fitbeast #likeaboss #lashape #model #beautifulgirl #flawless #queen … Voyons donc, tu t’aimes donc bien, c’est agressant!

5. C’est le genre de personne qui prend Facebook pour sa firme de sondage personnelle: «Quel resto vous me conseillez?», «Qu’est-ce qui se passe ce soir?», «Est-ce que je garde mes cheveux bruns ou je me mets blonde, hihi». Quand t’as une moyenne de 8 statuts comme ça par semaine, je me désabonne. Faut bien se fixer des limites dans la vie.

 

6. Les selfies de cette personne montrent beaucoup plus ses attributs physiques que son visage. C’est à se demander si elle cherchait une excuse pour la publier parce qu’elle se trouvait cute: «Bonne journée tout le monde! #wokeuplikethis». Et des fois, quand il n’y a pas autant de likes que prévu, les images compromettantes disparaissent… Oups?

large-4

7. Quand tu regardes ses photos de couple, tu te demandes qui les a prises… parce qu’elles sont vraiment intimes. Regardez le beau moment amoureux pris à notre insu. Non mais, pour vrai, est-ce que vous installez une caméra avec un retardateur? Et les publications trop intenses: «Belle petite soirée, merci pour le massage et la nuit à l’hôtel mon amour»… J’veux pas faire partie de votre vie sexuelle, merci.

Le oversharing sur les médias sociaux est de plus en plus flagrant, mais au moins, tu peux te consoler en sachant qu’avec un seul bouton, toutes les notifications de Valérie ou Maxime peuvent disparaitre (ou tu peux même aussi supprimer ces amis-là de Facebook, mais on comprend si t’aimes ça les stalker des fois). Avant de partager ta vie sur les réseaux, pense aux narcissiques et rappelle-toi que des fois, ça vaut la peine de rester mystérieuse en ligne.

Continuez votre lecture

#sorrynotsorry: Je te stalk sur Facebook

#sorrynotsorry: Je te stalk sur Facebook

6 pour et contre de se mettre en couple sur Facebook!

6 pour et contre de se mettre en couple sur Facebook!

Valerie Landry -
Le mythe Facebook en 2016

Le mythe Facebook en 2016

May L Wells -
Réseaux sociaux : quand la vie devient un objet

Réseaux sociaux : quand la vie devient un objet

Nerds -
Ma vie en photomascope

Ma vie en photomascope

Marie-Audrey Perron -
Pourquoi je ne supprimerai pas Facebook

Pourquoi je ne supprimerai pas Facebook

Nerds -
#sorrynotsorry: Je m’en fous

#sorrynotsorry: Je m’en fous

6 pour et contre à savoir avant de supprimer son ex de Facebook

6 pour et contre à savoir avant de supprimer son ex de Facebook

Valerie Landry -
E-180 : un réseau social basé sur l’échange de connaissances

E-180 : un réseau social basé sur l’échange de connaissances

Sarah Morissette -
Cachez ce selfie que je ne saurais voir

Cachez ce selfie que je ne saurais voir

Josiane Ménard -
Huit choses à bannir de ta vie en 2015

Huit choses à bannir de ta vie en 2015

Nerds -
Trouver LE bon gars sur Happn : 9 trucs d’une pro

Trouver LE bon gars sur Happn : 9 trucs d’une pro

Nerds -
Veux-tu être mon ami? Coche « Oui » ou « Accepter la demande »

Veux-tu être mon ami? Coche « Oui » ou « Accepter la demande »

Nerds -
Les stades de mon breakdown amoureux

Les stades de mon breakdown amoureux

Cynthia Lauzé -
Des pages québécoises trippantes à suivre sur les médias sociaux

Des pages québécoises trippantes à suivre sur les médias sociaux

Nerds -