All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

J’ai décidé d’arrêter l’alcool pendant un an!

Par Nerds – le dans Bien-être
Des fois, il peut être difficile de réaliser l'impact que notre consommation d'alcool a sur nos vies. Des fois, il faut arrêter de boire pour mettre les choses en perspective et mieux comprendre ce qui se passe.

Party animal. C’est ainsi que mes amies me décrivaient il y a trois ans à peine. J’étais celle qui sortait dans les bars trois fois par semaine, qui était la star des karaokés et qui ne manquait jamais une occasion pour aller à un concert ou un party d’appart. Bref, j’étais celle qui dépensait une petite fortune en cache-cernes, boissons énergisantes, mais surtout en alcool. C’était avant que je décide d’arrêter de boire durant un an.

Verres bières
Photo par Yutacar sur Unsplash

Si tu m’avais vu dans la rue ou rencontré lors d’une réunion, jamais tu n’aurais pu deviner que j’avais dormi 3h ou que j’étais hangover, mais mes proches le savaient et moi aussi, malgré le fait que j’en riais avec désinvolture. Je me disais: «Je vis ma vie à 110%! Où est le mal là-dedans?» (Des fois, j’allais jusqu’à ajouter l’expression yolo à ça parce que, dans le temps, c’était à la mode.)

C’est ainsi que je me suis retrouvée par un chaud après-midi sur une terrasse à Montréal, avec deux amies, Laurie* et Alexandra*. Tout comme moi, elles avaient une très forte tolérance à l’alcool et étaient de nature assez festive. On a donc commencé avec un pichet de sangria, puis avec de la bière. Jusque là, tout allait bien: on prenait un petit verre en profitant des rayons du soleil. Les choses ont dégénéré quand nous avons quitté la terrasse du Cinko pour aller au Saint Bock où Marianne*, l’amie de Laurie, était serveuse. J’ai cessé de compter les shots et les bières après que ma vision soit devenue un peu trouble. Je me souviens simplement de l’arrivée de ma date dans le bar, de mon air ahuri devant la facture de 150$ et de moi qui chute sur St-Joseph à cause de ma consommation excessive après avoir tenté, tant bien que mal, de parcourir quelques mètres en longboard.

Pinte de bière
Photo par mnm.all sur Unsplash

Je pensais que ma chute serait ce qui m’arriverait de pire. HAHAHA. Non. La crise de foie était beaucoup plus douloureuse et pénible. Je vomissais l’eau que je buvais pour m’hydrater tout en flattant mon ventre ballonné. C’est sans compter la migraine qui jouait du drum près de mes tempes… Ma débauche ne valait pas ce prix-là ni les 150$ qui s’étaient ajoutés à ma carte VISA déjà amplement remplie de factures au débit fort alcoolisé.

C’est lorsque j’ai réalisé ça, que non, mon fun ne valait pas ma santé ni des dettes, que j’ai décidé de prendre une pause d’alcool.

J’avais déjà entendu parler du Défi 28 jours sans alcool de la Fondation Jean Lapointe. Je me suis dit que si plusieurs personnes arrivaient à faire ce challenge, j’y parviendrais assurément. Ce que je n’avais pas prévu, c’est que mon corps serait accro à l’alcool, que j’avais une dépendance.

La première semaine, mes mains tremblaient, j’étais plus anxieuse et je faisais de l’insomnie. Ce n’est pas compliqué, j’étais en manque! C’était comme essayer de faire un sevrage de café, mais en beaucoup plus dur.

Je n’avais également pas pensé au fait que mes amies, elles, continueraient de boire. Au début, je suis donc restée chez moi à écouter Netflix, à compenser mon sevrage d’alcool par des tisanes et à swiper sur Tinder pour m’occuper. Mais après une semaine de sobriété à trembler des mains comme si j’étais atteinte du Parkinson et à connaître toutes les sortes de tisanes du David’s Tea, je me suis obligée à sortir de chez moi. Je suis donc allée au Club Soda voir un spectacle avec quelques amis. Ma mère appelle ça «se dépoussiérer».

Netflix
Photo par Dawid Labno sur Unsplash

Évidemment, les gens n’allaient pas cesser de consommer pour moi. Je me suis donc retrouvée parmi une foule, entourée des relents de plusieurs boissons alcoolisées. Mon rythme cardiaque a augmenté, tout comme mes tremblements. J’avais envie de boire. Je me suis dirigée d’un pas rapide vers le bar le plus proche, esquivant les gens, et j’ai commandé une boisson sans alcool. Cela m’a bizarrement calmée, mais je savais que j’aurais besoin d’un peu plus d’aide que des substituts d’alcool.

Après quelques recherches, j’ai trouvé l’application Coach.me. À l’aide d’une communauté et de coach virtuels, je pouvais essayer d’atteindre un objectif santé qui était de ne plus boire d’alcool.

Si la première, puis la deuxième semaine ont été atroces, la troisième semaine a été beaucoup plus facile. J’ai apprivoisé les bières sans alcool, mais aussi les mocktails. J’ai également appris que ça prenait 21 jours avant de changer une habitude de vie. Ça m’a donné le courage de poursuivre pour atteindre 28 jours.

À 28 jours, je sentais que j’avais plus d’énergie, que je faisais moins d’anxiété, que j’avais perdu les 3 lb en trop qui m’énervaient depuis quelque temps et que mon teint était rayonnant. Je me suis donc dit: «Pourquoi pas continuer!?»

Les 28 jours se sont transformés en 40, puis en 60 jours. J’ai, au bout du compte, fait un an sans alcool, sans vraiment m’en rendre compte. Je sortais comme avant, la gueule de bois en moins. Le lendemain matin, j’étais en pleine forme! L’argent que je ne dépensais pas en boissons alcoolisées, je le mettais de côté dans le but de partir en voyage.

Tu te demandes probablement si j’ai eu envie de boire durant toute cette année de sobriété. Répondre «non» serait mentir. Mais la vérité, c’est qu’avant, je buvais pour combler un vide. Désormais, ce n’est plus le cas. Je bois par plaisir et d’une manière beaucoup plus raisonnable. 

Oui, j’ai recommencé à boire, mais chaque année, en février, je refais un 28 jours sans alcool. Cela me permet de prendre un peu de recul sur ma consommation et de donner un don à la Fondation Jean Lapointe.  

*Nom fictif  


Crédit photo couverture: Photo par Amy Shamblen sur Unsplash

Vidéo récente
- Bien-être

- Comment Savoir Si Ton Corps Subit Les Effets De L’anxiété ?

Plus de bien-être

LGBTQuoi? Le lexique LGBTQ+ expliqué en termes simples

LGBTQuoi? Le lexique LGBTQ+ expliqué en termes simples

Et si je me faisais confiance?

Et si je me faisais confiance?

Sixtine Pinot -
5 exercices aérobiques rapides à intégrer à ta routine

5 exercices aérobiques rapides à intégrer à ta routine

Nerds -

Populaires

Tout abandonner pour réaliser ses rêves en Gaspésie

Tout abandonner pour réaliser ses rêves en Gaspésie

Julien Benca -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Glamping: 5 endroits au Québec où passer une nuit pas plate

Glamping: 5 endroits au Québec où passer une nuit pas plate

Nerds -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.