0

Le mariage et les enfants, deux étapes d’un passage obligé?

Depuis quelque temps – ou plutôt quelques années -, ma page Facebook abonde en statuts de fiançailles, de mariages, de débuts de grossesse et d’accouchements. Des photos de jeunes femmes tout sourire en robe blanche et d’échographie où on reconnaît rien pantoute, on va se le dire, j’en ai vu passer des tonnes.

Certes, j’ai 28 ans, me direz-vous; l’âge auquel il est normal que tout ce genre de choses se passe. L’âge auquel on a généralement trouvé ce qu’on voulait faire de notre vie et qu’on a un travail avec un salaire décent. L’âge auquel on est bien installé, en couple depuis un moment avec l’homme de notre vie, dans notre maison en banlieue ou notre condo en ville. L’âge auquel on est prêt à passer aux choses sérieuses, en bref. Ce n’est donc pas étonnant que pratiquement tous mes amis Facebook, qui ont sensiblement le même âge que moi, passent par ces étapes depuis un moment. Mais le mariage et les enfants font-ils vraiment partie d’un passage obligé?

 

via GIPHY

 

Il y a deux ans, je vous annonçais que j’avais choisi de vivre avec une paire de bobette au pied de mon lit; j’habitais avec mon chum depuis environ trois mois, à ce moment-là, et je disais qu’à date, ça se passait bien. Un peu plus de deux ans plus tard, c’est toujours le cas. Ben non, c’est pas parfait, mais qu’est-ce qui est parfait, dans la vie? Rien!

Tout ça pour dire que oui, j’ai 28 ans, je considère avoir trouvé l’homme de ma vie, j’ai maintenant un travail stable et un bon salaire. On n’a pas encore notre condo en ville, mais bon; si vous avez vu les prix d’un 5 1/2 à Montréal, vous comprendrez pourquoi. Je pense que lui et moi, on s’entend pour dire qu’on préfère se payer un peu de luxe de temps à autre plutôt que de flamber toutes nos payes pour se loger. Alors logiquement, la prochaine étape, ce serait le mariage et les enfants, dans l’ordre que vous préférez; on n’est pu dans les années 50, t’sais!

 

via GIPHY

 

Mais voilà qu’en fait, on n’en est pas rendu là et c’est même possible que ça n’arrive jamais. Pourquoi? Parce que c’est comme ça. Même si tout le monde semble se marier et avoir des enfants, on n’a pas besoin de faire pareil pour être « normal ». Parce que la normalité, c’est très relatif et jamais on ne devrait faire quelque chose juste pour être « normal ». On n’est pas contre le mariage et les enfants et on ne juge pas ceux qui s’embarquent dans cette aventure, bien au contraire. Seulement, on considère que pour sauter le pas, il faut être prêts et on ne l’est tout simplement pas.

Là, j’ai l’air de mettre le mariage et les enfants dans le même bateau, mais c’est pas le cas. Mon chum me demanderait en mariage demain et probablement que je lui dirais «Oui!» sans hésiter, les larmes aux yeux, et je commencerais aussitôt à me magasiner une belle robe de mariée et à évaluer les options pour notre lune de miel, même si j’ai quelques réticences face au concept du mariage. Parce que je l’aime, mon chum, et je pense réellement que c’est le bon. Et dans le pire des pires, un mariage, ça s’annule. Les enfants, par contre, c’est différent. Une fois que tu prends la décision d’en avoir, y’a pas de retour en arrière, c’est pour la vie.

 

via GIPHY

 

Est-ce que je suis prête à accueillir un enfant dans ma vie, à temps plein et pour toujours? À ne pas dormir pendant des mois, à devoir être constamment là pour lui et à faire des sacrifices? À m’inquiéter pour lui le reste de mes jours? Pas du tout. Appelez ça de l’égoïsme si vous voulez, y’a peut-être un peu de ça. Quand je vois ma soeur – qui a le condo, le mariage, les deux bambins et un chien en prime – galérer avec ses deux enfants parce qu’elle et son mari sont toujours occupés et qu’ils ont besoin d’une gardienne pour cause d’horaire incompatible, ça me donne pas envie de m’embarquer dans l’aventure.

Non, vraiment pas. Pis c’est correct. Le mariage et les enfants ne sont absolument pas un passage obligé. Chacun vit sa vie comme il l’entend et personne ne devrait critiquer ça.

Personnellement, j’ai trois chats, dont un que j’ai adopté avec mon chum, et ça se peut que ce soit la chose qui se rapproche le plus d’un enfant qu’on n’aura jamais. Nos parents respectifs sont bien à l’aise avec ça et ils aiment beaucoup leurs petits-enfants félins!

 

Commentaires

Alexandra Nadeau-Gagnon Auteure, rédactrice et réviseure. Alexandra aime lire, aller au ciné, boire du thé et flatter ses chats.