All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Prendre une «pause techno» de temps en temps, ça fait du bien !

Par Marine Villomé – le dans NERDIES | 100% ADOS
C'est plutôt facile de se laisser distraire par la technologie. Elle nous entoure, nous envahie, nous submerge, parfois. Que ce soit le cellulaire, la TV, l'ordinateur ou même le iPod, la technologie est partout...

Et on a dont bin de la misère à s’en débarrasser. On est quasiment accros.

giphy-24giphy.com

J’sais pas pour vous, mais moi je suis toujours sur mon ordinateur. Pas un jour ne passe sans que j’aille besoin de l’ouvrir, que ce soit pour l’école, pour le travail ou juste pour checker les p’ti potins sur Facebook. J’ai toujours quelque chose à faire sur mon ordi.

Pis on parlera pas de mon cellulaire, Seigneur ! Qui, en 2016, n’a pas de cellulaire ?! Y’a juste ma mère qui a encore un téléphone qu’elle doit ouvrir avec son pouce (tsé, mum, t’es en retard !), pis si elle le laisse ouvert, j’suis chanceuse de pouvoir la contacter une fois par semaine. Mais sinon, j’pense que la majorité de la population possède ce petit appareil qui est si pratique.

Je regarde moins la TV, c’est sûrement mieux pour mon équilibre mental. On s’entend que les émissions qui passent sont pas toujours ultra pertinentes, hein. Les trucs comme Occupation double, on a fait l’tour.

À manipuler tous ces engins technologiques, par contre, ça peut te buzzer le cerveau pas mal. Ça t’arrive de te sentir fatigué d’avoir passé deux heures à gosser sur Facebook? Ou d’avoir l’impression d’avoir perdu ta journée au complet? De te sentir mal d’avoir fait la patate sur ton divan? De ne pas avoir été productif?

giphy-25giphy.com

Moi, oui. Souvent.

Le best, ce serait de prendre une «pause techno» de temps en temps. Juste pour refaire le plein d’énergie naturelle. Aller prendre une marche, prendre un café avec ses amis, lire un livre ou même cuisiner un bon gâteau au chocolat. Le tout, sans aucune technologie à disposition. Un exercice plutôt intéressant, différent et ardu. Mais pourquoi pas essayer? Ça va faire du bien, crois-moi.

Parfois, on a vraiment besoin d’un break. Laisser le temps à son cerveau de se reposer et juste oublier le reste. On a pas besoin de toujours voir les notifications qu’on reçoit ou répondre tout de suite aux textos de nos amis. Dans l’temps, y en avait pas de téléphone cellulaire, pis les ordinateurs étaient lents. On était capables de se passer de technologie.

Ben… aujourd’hui encore! Tu vas voir, ça fait du bien.

Continuez votre lecture

4 façons simples de profiter de ton temps en solo

4 façons simples de profiter de ton temps en solo

Aya Ammari -
8 préjugés que nous, les millenials, sommes tannés d’entendre

8 préjugés que nous, les millenials, sommes tannés d’entendre

Marine Villomé -
Ces situations énervantes qui testent un peu trop ta patience

Ces situations énervantes qui testent un peu trop ta patience

Frédérike Wagner -
On l’a testé: une semaine sans cellulaire!

On l’a testé: une semaine sans cellulaire!

Anne-Sophie Roy -
Quand il faut apprendre à décrocher

Quand il faut apprendre à décrocher

Marie-Audrey Perron -
#sorrynotsorry: J’ai peur de tout

#sorrynotsorry: J’ai peur de tout

#sorrynotsorry: Je ne réfléchis pas toujours

#sorrynotsorry: Je ne réfléchis pas toujours

#sorrynotsorry: Une fille, ça pète aussi

#sorrynotsorry: Une fille, ça pète aussi

Ça fait une semaine que je porte le même linge, juge-moi pas

Ça fait une semaine que je porte le même linge, juge-moi pas

Cassandra Godin-Bergeron -
Le mal de la modernité

Le mal de la modernité

Nerds -
5 trucs pour cultiver sa curiosité au quotidien

5 trucs pour cultiver sa curiosité au quotidien

Noémie Ferland -
Il m’aime, mais pourquoi?

Il m’aime, mais pourquoi?

Kim Bélisle -
39 « petits bonheurs » de tous les jours qui nous font vraiment sentir bien

39 « petits bonheurs » de tous les jours qui nous font vraiment sentir bien

Frédérike Wagner -
#sorrynotsorry: Ma face parle à ma place

#sorrynotsorry: Ma face parle à ma place

Depuis que j’habite seule, je réalise que…

Depuis que j’habite seule, je réalise que…

Frédérike Wagner -