All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Vouloir (se) plaire à tout prix ?

Par Mélissa Lavoie – le dans Bien-être

Me semble que ça remonte au tout début, ma tendance à vouloir toujours plaire à tout le monde. J’étais petite et quand il était temps de faire des choix, j’essayais tout le temps de mettre le doigt sur ce que je pensais que les autres voulaient que je choisisse. Les choix que je faisais étaient souvent très loin d’être réellement les miens. Les choix que je faisais, ils étaient en fonction que l’autre en face de moi approuve. Qu’il hoche la tête. Me donne son approbation. Me donne son go.

L’approbation. Toujours devoir sentir que mes proches sont d’accord avec mes choix. Tout le temps.

Je me souviens. Même le gars qui me plaisait pouvait rester caché dans ma tête, longtemps. Et ne jamais sortir au grand jour. De peur que les gens autour ne l’approuvent pas. De peur que les gens autour le jugent, ne le trouvent pas assez cool, ne le trouvent pas assez hot. De peur que les gens autour. Je voyais mes amies avoir des amoureux. Des amoureux d’adolescence, des amoureux de passage, des amoureux de fin de semaine, des amoureux d’été, des amoureux d’une année, des amoureux en prolongation. Des amoureux qu’elles avaient choisis, peu importe que l’on soit d’accord avec elles ou non. Et je les admirais.

Je me souviens. C’était la même chose avec les vêtements que je portais, les coupes de cheveux que j’avais, la musique que j’écoutais, les films que je regardais.

Un caméléon. C’est ce que j’étais. Un caméléon qui arborait les couleurs des gens autour pour mieux se camoufler, pour mieux se faire aimer, pour mieux ne pas trop déranger. Un caméléon qui se construisait, se solidifiait, apprenait, évoluait, se découvrait, grandissait.

J’étais effrayée de me faire rejeter. Pourtant, j’avais des amis, j’avais beaucoup de facilité à l’école, je savais jouer au ballon-chasseur, je jouais même avec les gars au hockey. T’sais, gardienne au hockey. J’étais une petite fille très bien équilibrée. Me semble. Mais j’avais toujours la crainte que du jour au lendemain, les gens ne m’aiment plus. Que du jour au lendemain, si je disais que j’écoutais Quit playing games with my heart des Backstreet Boys en boucle au Combat des clips, qu’on me bannisse à jamais de toutes les gangs du monde entier, et ce jusqu’à la fin des temps. J’avais la chienne que mon nom se retrouve sur une liste noire des personnes à juger pour l’éternité.

Et cela a duré encore pendant plusieurs années.

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, je ne sais plus vraiment quand exactement. Mais je me suis rendu compte que c’était impossible de faire plaisir à tout le monde, tout le temps. Que t’as beau vouloir, qu’il y aura toujours des gens autour qui ne seront pas contents, qui ne seront pas d’accord avec toi. Qu’il y aura toujours des gens à qui tu ne réussiras jamais à faire plaisir, peu importe. Que tu risques, à force de vouloir plaire à tout prix, de te perdre là-dedans. De perdre l’essence même de ce que tu es, de ce que tu veux réellement. De perdre à chaque fois, peu importe.

Et c’est là que je me suis promis d’essayer.

D’essayer à partir de maintenant de toujours me choisir. D’essayer le plus souvent possible de faire des choix, pour moi. D’arrêter de vouloir faire les plus belles acrobaties pour que les autres soient contents. D’arrêter d’avoir peur des jugements, de toujours vouloir tout justifier, de plaire à tout prix, d’être sans faille, sans anicroche.

Pis de commencer. L’authenticité à son plus haut degré. Le vrai dans ce qu’il a de plus concret. Le réel dans sa forme la plus formelle. Le nu dans son plus absolu. Le moi à chacun de mes déploiements. Le véridique de façon catégorique. Le pur sans armure.

De laisser aller le caméléon. Pis de me présenter avec mes couleurs personnalisées.

Et je vais forcément y gagner.

Continuez votre lecture

C’est dur de rester soi-même

C’est dur de rester soi-même

À toi qui as peur de s’engager

À toi qui as peur de s’engager

Laurie Belletête -
#sorrynotsorry: C’est mon opinion

#sorrynotsorry: C’est mon opinion

Se donner le droit de s’aimer

Se donner le droit de s’aimer

Sarah Leblanc -
5 choses à savoir avant de se lancer dans le tricot

5 choses à savoir avant de se lancer dans le tricot

Roxanne Bourbonnais -
Survivre à la vingtaine sans se comparer : tout un défi!

Survivre à la vingtaine sans se comparer : tout un défi!

Camille St-Germain -
#sorrynotsorry: Je pleure tout le temps

#sorrynotsorry: Je pleure tout le temps

Déjà 25 ans, ouin pis?

Déjà 25 ans, ouin pis?

Prendre une débarque solide à 25 ans

Prendre une débarque solide à 25 ans

Julie Morisset -
L’obsession de vouloir planifier son futur

L’obsession de vouloir planifier son futur

Valérie Martel -
Sayonara, arrivederci, salut bye 2016!

Sayonara, arrivederci, salut bye 2016!

Marie-Joëlle Pratte -
Croire en soi: aussi facile qu’on le croit?

Croire en soi: aussi facile qu’on le croit?

Chloé Néron -
Je suis sortie toute seule

Je suis sortie toute seule

Émilie Lalonde -
À toi qui ne parles plus à ta mère

À toi qui ne parles plus à ta mère

Dénoncer pour se libérer

Dénoncer pour se libérer

Melissa Primeau -