All time BetterBe Branchez-vous Carrières

#2poutinesdansleseuropes : TCHOU TCHOU !

Par Nerds – le dans Où partir, Voyage

Quand ma mère m’a dit v’là deux jours qu’elle avait finalement pris l’train pour se rendre au travail… j’y croyais presque pas. C’est pour pas dire que j’lui ai demandé qu’elle se prenne en selfie assise dans l’train. Je ne sais pas ça fait combien d’années que ma mère rêve du train de banlieue. Je me souviens que dans le temps que j’ai commencé le cégep à Montréal, le trafic m’exaspérait royalement. Ma mère me disait toujours, pour me convaincre de pas quitter le nid familial trop tôt (je suis enfant unique), que c’était une question de temps avant qu’on puisse se rendre en train de la maison. Pis, j’ai fini l’université, et j’ai jamais eu le luxe de pouvoir faire mes lectures dans le train. Non seulement il était toujours pas construit, mais il était en train (lol?) de devenir une légende mystérieuse. À cinq ans de sa retraite, elle pourra enfin être dans le train et faire des doigts d’honneur à tous ceux qui croyaient qu’elle rêvait bien en couleur. Trafic ou non, la banlieue est à moins de 50 minutes de Montréal.

 

C’est quand même bin drôle qu’on s’excite le poil des bras pour 2-3 stations de la rive-nord qui s’ajoutent au parcours, quand on pense qu’en Suisse tu peux te rendre facilement à 5000 pieds d’altitude dans un petit village. Force est de constater que le réseau de transport européen est solidement efficace. J’aurais toutefois beaucoup de difficulté à dire qu’ils sont tous autant profitables après avoir expérimenté  l’train en direction de Prague:

20 novembre 10:50 AM

Je marche avec des petit pas plus pressés parce qu’on va encore (peut-être) manquer notre train. C’est toujours la même chose : on finit toujours par courir comme deux Sumos en sueur. Ce matin-là, on courait particulièrement vite parce qu’on avait (encore) dû s’arrêter en chemin pour aider une vieille dame qui avait embrassé l’sol avec ses sacs d’épicerie. J’ai dit « encore », parce que c’était exactement la 4e vieille dame, en environ un mois, que je secourais d’une bêche au sol. Je sentais que la vie voulait nous envoyer un message, mais lequel? Je m’étais empressée de lui prendre le bras pour la relever, en espérant qu’elle n’ait rien de cassé. On est ensuite rentrées dans l’wagon en sueurs, et je commençai à me défaire de mon habit d’hiver parce que j’avais une goutte qui me coulait sur l’frond et la tuque qui tenait à moité sur ma tête comme si j’étais prête à rapper une toune de 50 cents.

Tchou tchou

Crédit photo : http://www.goworldtravel.com

 

La première heure passa, puis la seconde, et je commençai à claquer des dents un peu. Non seulement le froid nous empêchait de dormir, mais le monsieur qui criait les stations en tchèque dans l’micro nous faisait peur!

Un de nos compagnons de voyage semblait intrigué par notre langage et nous demanda d’où l’on venait. Lorsqu’il a su que nous venions du Québec, ses yeux ont comme eu des petites illuminations:

Monsieur : QUEBEC, MONTREAL!? BUT I KNOW IT’S COLD OVER THERE. YOU GIRLS SHOULD BE USED TO THAT WEATHER ?!

Nous : Bin oui, mais on est frileuses nous autres!

Monsieur:  I heard that you guys live under the ground when winter comes. Is that true?! …

C’était au moins la troisième fois qu’on se faisait demander ça. Là, il fallait expliquer qu’on avait un gros réseau souterrain pour le centre-ville, mais qu’on ne vivait pas sous terre. Que oui, on pouvait faire notre shopping à l’intérieur, mais qu’on voyait la lumière du jour souvent (toujours?). Parfois, il fallait leur expliquer qu’on ne vivait pas dans des igloos, que l’émission des truckers qui passent sur des routes dangereuses et glacées du grand nord, c’était pas chose courante.

Le monsieur pour valider notre ticket est finalement passé. Il a un peu ri quand j’lui ai tendu mon ticket avec mes mitaines dans les mains,  et il a dit : « Girls you can move to the next wagon, this one the heater doesn’t work. »

J’aurais aimé que trois heures ne s’écoulent pas avant d’apprendre cette nouvelle, mais reste qu’une fois au chaud, les trains de l’Europe devenaient enviables à nouveau.

Continuez votre lecture

#2poutinesdansleseuropes : le karma pis moi

#2poutinesdansleseuropes : le karma pis moi

Nerds -
#2poutinesdansleseuropes : les hostels trash pis nous…

#2poutinesdansleseuropes : les hostels trash pis nous…

Nerds -
#2poutinesdansleseuropes : voyager pour mieux apprécier

#2poutinesdansleseuropes : voyager pour mieux apprécier

Nerds -
#2poutinesdansleseuropes – Le Grand départ

#2poutinesdansleseuropes – Le Grand départ

Nerds -
#2poutinesdansleseuropes, partie 2 : Lisbonne et ses environs

#2poutinesdansleseuropes, partie 2 : Lisbonne et ses environs

Nerds -
#2poutinesdansleseuropes: ce n’est qu’un au revoir…

#2poutinesdansleseuropes: ce n’est qu’un au revoir…

Nerds -
#2pdle : wanderlust, yolo et quart de siècle

#2pdle : wanderlust, yolo et quart de siècle

Nerds -
#2poutinesdansleseuropes : La (grosse) différence entre le low et le high season

#2poutinesdansleseuropes : La (grosse) différence entre le low et le high season

Nerds -
#2poutinesdansleseuropes – Chers oreillers d’hostel…

#2poutinesdansleseuropes – Chers oreillers d’hostel…

Nerds -
#2pdle: Les voyages, l’ennui pis l’amour, toujours l’amour

#2pdle: Les voyages, l’ennui pis l’amour, toujours l’amour

Nerds -
#2pdle: pourquoi on est tellement moins bonnes touristes que les Asiatiques ?!?

#2pdle: pourquoi on est tellement moins bonnes touristes que les Asiatiques ?!?

Nerds -
Syndrôme de la génération Y

Syndrôme de la génération Y

Amélie Desmarais -
5 pays sous-estimés à visiter en Europe

5 pays sous-estimés à visiter en Europe

Noémie Lessard -
La Transcanadienne, le voyage d’une vie

La Transcanadienne, le voyage d’une vie

Delphine Nicodeme -
Ça fait une semaine que je porte le même linge, juge-moi pas

Ça fait une semaine que je porte le même linge, juge-moi pas

Cassandra Godin-Bergeron -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.