All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Depuis que mes parents ne dorment plus dans la même chambre

Par Ève Landry – le dans Sexe

Depuis que mes parents ne dorment plus dans la même chambre

Mes parents ont chacun leur chambre. Dans la même maison. Dans la même maison où, toute mon enfance, j’ai vu mes parents n’avoir qu’une chambre avec un grand lit au milieu. Un gigantesque lit assez grand pour deux où mes parents se rejoignaient la nuit.

Astheure, j’suis grande, leur lit me paraît moins gigantesque pis, surtout, ils ne s’y rejoignent plus la nuit. Pas toutes les nuits, en tout cas. Mes parents font chambre à part. Quand j’ai finalement déménagé pour de bon (merci, maman, de m’avoir réaccueilli chez toi un peu trop souvent), mon père s’est installé dans ma chambre de jeunesse en y peinturant de blanc les murs mauves laissés derrière. Ma mère a gardé la grande chambre pis le lit queen.

corridorWeheartit.com

Ça m’a fait drôle au début, de savoir que mes parents, toujours ensemble après 35 ans de vie commune et deux enfants, ne ressentaient plus l’envie ni le besoin de dormir ensemble nuit après nuit. De se réveiller l’un à côté de l’autre, que leurs visages soient le premier souvenir de chaque journée. Ça m’a fait drôle dans le cœur, parce que, vite de même, ça donne l’impression que mes parents ne s’aiment plus. Je regarde encore mes parents avec mes yeux d’enfants, ceux qui croient aux princesses pis aux: «Ils vécurent heureux.»

Comme dans: «Ils vécurent heureux et dormirent en cuillère jusqu’à la fin des temps.»

Mes parents ne dorment plus ensemble. Comme plusieurs couples, parce que c’est un phénomène grandissant et qu’on en parle de plus en plus. T’as juste à googler « faire chambre à part, what? » si tu me crois pas. Ça peut te sembler étonnant, mais plusieurs en vantent les mérites, et comme dans le cas de mes parents, certains couples font ce choix pour les bonnes raisons.

Quand on parle d’amour, on a tous nos modèles prédéfinis, nos «l’amour c’est de même point barre». Déménager ensemble, avoir un seul lit à partager tous les soirs, ça fait partie de ces modèles-là et c’est dur de s’imaginer qu’il existe des possibilités en dehors de ça. Sauf que oui. Des manières de s’aimer, il y en a autant qu’il y a de couples.

Et certains font chambre à part.

Ce n’est pas nécessairement une question de couple qui rush, c’est pas le début de la fin. C’est juste le signe qu’un moment donné, t’as beau t’aimer fort fort fort, faut que t’acceptes que quand ton chum y sonne comme un marteau-piqueur en dormant, c’est pas le meilleur sommeil de ta vie. Que la libido, c’est pas tous les soirs qu’elle est dans le tapis, que des fois, dormir tout seul ça aide à mieux se retrouver.

Ok.

Sauf que… ça c’est ma vision de fille qui est tombée direct dans les princesses quand elle était petite. Une jeune femme qui s’est pris un grand coup de «han, l’amour, ça peut être une belle affaire pour vrai?» en pleine face. Pour d’autres couples, faire chambre à part ça peut aussi être le signe qu’avec le temps on se désire peut-être différemment qu’aux premiers jours. On vient à moins vouloir se baver dessus jour et nuit, on s’aime encore, mais nos mains sont un peu moins baladeuses. On n’a plus besoin de se regarder dans la profondeur de nos pupilles chaque fois que le cadran sonne. Après 40 ans, on les connait, nos yeux.

Que peut-être, qu’avec le temps, on fait moins d’efforts pour rester ensemble, pour se vouloir. Faire chambre à part, c’est un peu comme choisir le confort plutôt que la passion. Après 35 ans pis deux enfants, je peux réellement comprendre le choix. Mais faut pas se tromper, ma mère a encore des étoiles dans les yeux quand elle écoute mon père parler. Mes parents s’inspirent encore.

Faudrait juste pas tomber dans la section «on ne dort plus ensemble» du couple parce que c’est la suite logique quand tu t’éloignes l’un de l’autre. Il faut que ça se fasse pour les bonnes raisons. Il faut que ça vienne d’une bonne grosse discussion qui met en lumière les «pourquoi?» et les «comment?» et surtout les «on se désires-tu autant qu’avant?» Et, pour certains, c’est réellement la meilleure solution. Quand il y a encore de l’amour derrière.

Mes parents font chambre à part.

Pis, moi, à quelque part, je trouve ça rassurant.

Continuez votre lecture

La fois où j’ai réalisé que mes parents ne s’aimaient plus

La fois où j’ai réalisé que mes parents ne s’aimaient plus

Kim Bélisle -
J’ai enfin compris mes parents

J’ai enfin compris mes parents

Sarah-Jane Vocelle -
Premier appart : est-ce que mes parents avaient raison?

Premier appart : est-ce que mes parents avaient raison?

Sarah Leblanc -
Les parents c’est pas secondaire!

Les parents c’est pas secondaire!

Camille Bourbonnais -
Parce qu’on n’est jamais vraiment prêt à devenir parent

Parce qu’on n’est jamais vraiment prêt à devenir parent

Kim Bélisle -
LA limite à ne pas franchir

LA limite à ne pas franchir

Valerie Landry -
La fois où il m’a dit qu’il n’aimait pas ses parents

La fois où il m’a dit qu’il n’aimait pas ses parents

Alice Gaudreau -
À toi, le menteur que je n’aime plus

À toi, le menteur que je n’aime plus

Nerds -
Le jour où mes parents ont compris mon besoin de voyager

Le jour où mes parents ont compris mon besoin de voyager

Marie-Joëlle Pratte -
Ça se recolle-tu, l’amour?

Ça se recolle-tu, l’amour?

Mélissa Lavoie -
Depuis que j’habite seule, je réalise que…

Depuis que j’habite seule, je réalise que…

Frédérike Wagner -
Mes voisins, les trois Denis

Mes voisins, les trois Denis

Melissa Primeau -
Mon chum, c’était un divan

Mon chum, c’était un divan

Ève Landry -
Je ne suis plus avec toi parce que tu étais la première

Je ne suis plus avec toi parce que tu étais la première

Dominic Roy -
Philippe Laprise: Plus sexy que jamais

Philippe Laprise: Plus sexy que jamais

Nerds -