All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Être intersexe, qu’est-ce que ça veut dire?

Par Marilou LeBel Dupuis – le dans Bien-être
Il y a autant de personnes intersexes qu'il y a de personnes avec les cheveux roux autour de nous. Pourtant, on entend très peu parler de l'intersexuation. C'est quoi au juste?

Tu as peut-être entendu parler de la polémique autour de la coureuse intersexe sud-africaine Caster Semenya? On tente depuis des années de l’empêcher de courir puisqu’elle serait avantagée en raison de son haut taux de testostérone venant de son intersexuation.

Quelqu’un d’intersexe, c’est une personne qui est née avec des caractéristiques qui ne correspondent pas à la définition de ce qui est homme ou femme. Cette différence peut être au niveau des organes génitaux (avoir, par exemple, un micropénis, un clitoris hypertrophié ou encore un vagin à demi formé), des gonades (s’il manque des testicules ou des ovaires) ou des chromosomes.

Longtemps, les personnes intersexes étaient automatiquement opérées à la naissance pour que leurs organes génitaux soient conformes à la binarité femme/homme. Il serait par contre faux d’affirmer que ces opérations n’ont plus lieu. Au Québec et au Canada, les médecins peuvent toujours opérer les bébés et les enfants intersexes, et ce, malgré la pression des activistes pour que ce ne soit plus le cas.

Enjeux

Ceux-ci et celles-ci comparent en effet cette opération à de la mutilation génitale. Iels militent d’ailleurs pour que le Code criminel canadien interdise ces chirurgies à la naissance, puisqu’elles ont rarement pour but la santé et le bien-être des enfants. Iels réclament donc le droit à l’autodétermination, droit qui leur est retiré si on décide pour eux et elles de leur sexe.

Il faut savoir que l’intersexuation a été longtemps un tabou, si bien qu’on ne disait pas aux personnes intersexes pourquoi elles devaient aller fréquemment à l’hôpital subir des tests et des opérations au courant de leur enfance et de leur adolescence. Ces personnes avaient bien souvent l’impression d’être les seules au monde et de devoir se cacher. C’est encore le vécu de certaines personnes intersexes, malheureusement.

Il va sans dire qu’iels militent pour que l’intersexuation soit démédicalisée, c’est-à-dire qu’elle ne soit plus reconnue comme une maladie. L’homosexualité et la non-conformité du genre sont aussi passées par un processus de démédicalisation.

Briser les mythes sur les personnes intersexes

  • L’intersexuation ne doit pas être corrigée.
    Les chirurgies subies par les enfants intersexes pour les normaliser peuvent causer des dommages irréparables. On parle d’infertilité, de douleur, d’incontinence et de souffrance psychologique. À vie.
  • Les personnes intersexes ne sont pas nécessairement queers.
    Tout comme dans le reste de la population, certain.e.s intersexes sont queers, d’autres non. Il ne faut jamais assumer l’orientation sexuelle de quelqu’un.e.
  • Les intersexes ne sont pas des personnes trans.
    Quelques personnes intersexes sont aussi transgenres, mais ce n’est pas la même chose.
  • Beaucoup de personnes intersexes ne savent même pas qu’elles le sont.
    En effet, étant donné le tabou qui a longtemps entouré les intersexes, certains parents l’ont caché à leurs enfants. La seule manière de découvrir si on est intersexe autrement est de demander son dossier médical.
  • Les personnes intersexes ne sont pas des hermaphrodites.
    Ce terme a été utilisé par le passé pour pathologiser l’intersexuation. Parler en ces termes des personnes intersexes aujourd’hui ne fait que confondre les gens en plus d’être insultant.
  • L’intersexuation n’est pas rare.
    1,7% de la population mondiale est intersexe. Le même pourcentage que de roux et de rousses!

 

Finalement, tu n’as pas besoin de connaître quelqu’un.e d’intersexe pour être un.e bon.ne allié.e! Tu peux continuer à lire sur le sujet. Aussi, tu peux t’assurer que les endroits où tu travailles/étudies ont des ressources pour les intersexes. Tu peux par ailleurs prendre part à la journée de la visibilité intersexe chaque 26 octobre.


Pour aller plus loin :
Ni fille ni garçon, documentaire québécois sur le sujet.
Intersexualité – Fille, garçon ou « sexe indéterminé »?, article du Devoir.
Dossier sur les intersexes dans Châtelaine.


Crédit photo de couverture : @transgqueer | Instagram

Vidéo récente
- Bien-être

- Comment Savoir Si Ton Corps Subit Les Effets De L’anxiété ?

Plus de bien-être

5 trucs pour te faire un budget comme un.e vrai.e adulte responsable

5 trucs pour te faire un budget comme un.e vrai.e adulte responsable

Alexandra Nadeau-Gagnon -
Le sexe écolo, pour avoir du plaisir sans polluer la planète

Le sexe écolo, pour avoir du plaisir sans polluer la planète

Alexandra Nadeau-Gagnon -
10 livres pour démystifier la sexualité humaine dans toute sa splendeur

10 livres pour démystifier la sexualité humaine dans toute sa splendeur

Marilou LeBel Dupuis -

Populaires

Qui s’amuse et se respecte s’assemble

Qui s’amuse et se respecte s’assemble

Karine Boileau -
Je suis pas le genre de fille qui attire les gars

Je suis pas le genre de fille qui attire les gars

Alexandra Nadeau-Gagnon -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -

Marilou LeBel Dupuis

Marilou est une bachelière en éducation qui fait tout sauf enseigner au Québec. Ses amies, écrire, voyager et le Red Bull aux bleuets la rendent heureuse