All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

La galère des emplois d’été

Par Anne-Sophie Roy – le dans Carrière, Vie étudiante
Pourquoi je ne me trouve pas de job cet été?

Peut-être parce que je ne suis jamais au bon endroit au bon moment. Ou simplement parce que je manque de motivation. Ou même encore un manque d’expérience.

Assurément un cocktail de tout ça. Pas comme un bon cocktail parfaitement équilibré qui nous fait sentir comme dans une pub d’Activia. Plutôt comme un cocktail qui réunit tous les aliments de notre frigo dont on doute fortement de la fraîcheur. Bref, un sentiment pas tant agréable qui laisse un p’tit goût amer.

L’année dernière, au même moment, ma vie prenait un élan dont j’avais attendu la venue depuis longtemps. Je m’en allais vivre à Montréal, DANS UNE MÉTROPOLE, pour étudier ce qui me passionne. Si vous êtes comme moi et que vous êtes inscrits en communication… par définition, dans un domaine où il n’y a pas de précarité d’emploi et où les emplois affluent de partout (SARCASME), vous vous trouvez peut-être dans la même situation que moi. Après une année d’université, je ressens une saturation complète du cerveau et, pourtant, je ne semble pas satisfaire à l’expérience requise pour une grande majorité d’emplois.

source:gifwave.com
source:gifwave.com

En fait, ce que j’ai omis de préciser, c’est que cet été, j’ai décidé de revenir passer quelques mois dans ma ville natale, Québec. À quel endroit les probabilités de me trouver une job dans mon domaine sont élevées? À MONTRÉAL. Où vas-tu vivre en septembre et pour le reste de l’année? À MONTRÉAL. Nice one Anne-So. J’ai probablement pris la meilleure décision sur Terre pour NE PAS me trouver une job d’été.

Larmes.

Un autre élément qui n’est vraisemblablement pas en ma faveur : commencer les recherches trop tard. Et c’est encore pire lorsqu’on dit aux employeurs qu’il s’agit seulement d’un emploi saisonnier pour quelques mois avant de revenir chez soi. Oups. Pas super brillant de ma part, j’en conviens.

Je suis allée porter une quantité assez phénoménale de CV, mais c’était toujours la même chanson : «Merci beaucoup, mais nos équipes sont complètes pour la période estivale.» Ou bien : «Je t’aurais engagée, mais j’ai besoin d’un poste temps plein à l’année longue.» Je reviens même à mon ancien emploi où j’étais restée pendant trois ans : «Je te reprends sans problème, toutefois nous aurions un 10h par semaine à t’accorder seulement.» BREF, après deux semaines de recherche, toujours pas de boulot.

Frustration.

(À cette étape de l’écriture, la table sur laquelle j’écris décide de m’enfoncer profondément une écharde dans le doigt. Double frustration.)

source:25.media.tublr.com
source:25.media.tublr.com

Après ce temps d’attente interminable, durant lequel je passais la majorité de mes soirées à écouter des films américains poches des années 2000 et ce, enroulée en chenille dans une doudou en mangeant de la crème glacée aux Smarties, j’ai enfin eu des appels. Je me suis vite rétablie de mon état végétatif.

Habituellement, je me débrouille plus que bien en entrevue. Mais LÀ. Je suis tombée sur un énergumène de rare espèce. Un gérant INGÉRABLE (eh oui). Je vous explique, parce que franchement, s’il y avait eu une chaise en métal à ma disposition à ce pénible instant, je l’aurais utilisée volontiers. (J’écoute trop Game of Thrones).

Première des choses : le gérant me regarde comme on regarde avec perplexité un employé d’une crèmerie en train de te faire une crème glacée et, plus le processus avance, plus tu réalises que ta crème glacée va être dégueulasse. Comme si ce n’était pas assez de me faire sentir lame, il se penche vers moi, comme on s’adresse à un bambin à la garderie qui vient de faire un mauvais coup.

Il observe mon dossier et fait d’énormes yeux en lisant mon adresse courriel : «Anne-Sophiste… Tu as fait ça en quelle année coudonc?». ÇA, ce fut le summum. Et il le dit avec un sérieux désarmant. Même Régina George de Mean Girls ne l’aurait pas dit sur un ton aussi condescendant. Et en quoi mon adresse courriel a une incidence sur ma capacité à répondre à l’offre d’emploi?!

source:celebquote.com
source:celebquote.com

Je ne l’aime pas.

Il se lance dans une série de questions aussi insignifiantes les unes que les autres :

«Qui t’inspire dans la vie?»

«Euh… Je dirais les personnes qui sont parties de rien et qui ont su croire en elles pour arriver à ce qu’elles voulaient être.»

«Non, je parle de ton entourage.»

«Ah. Ben j’ai des amies qui ont su se surpasser dans tout ce qu’elles ont entrepris…»

«Pis tes parents là-dedans?»

«Euh… Oui, mes parents c’est certain qu’ils m’ont inspiré, mais je n’aurais pas parlé d’eux en premier.»

Il soulève un sourcil, ouvre légèrement la bouche et il soupire tout en se penchant pour écrire.

«Bon… Va falloir que tu essaies de me convaincre, là.»
C’est à ce moment que je me suis dit: Un ben beau jambon ça. Faut que je décâlisse en douce.

source: 33.media.tumblr.com
source: 33.media.tumblr.com

J’ai finalement trouvé un emploi dans la vente. Suis-je une vendeuse pourrie? Poser la question, c’est y répondre. Mais je me dis que c’est 3 mois dans ma vie. Mon problème, c’est que je me trouve encore dans une petite zone de confort que je m’étais créée dès la fin du secondaire. J’ai une peur sans nom de me lancer dans le vide. La base de tous ces problèmes qui m’empêchent d’avancer, c’est le manque de confiance en soi.

C’est ma bête noire, comme pour plusieurs étudiants j’imagine. C’est se dire : «Un jour ça ira mieux, un jour je serai capable de foncer». Non, c’est pas vrai. Tu es la seule personne qui peut te faire avancer. Les mots magiques : Se faire confiance. C’est tellement important. Mais c’est tellement plus facile à dire qu’à faire. J’y travaille très fort.

Pis j’ai donc hâte de revenir à Montréal.

PS : Je l’ai pas eu la job du gérant fucking détestable. Champagne!

Plus de carrière

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Le bonheur est dans le changement

Le bonheur est dans le changement

Populaires

Vernis à ongles: les tendances automne-hiver 2019-2020 à ne pas manquer!

Vernis à ongles: les tendances automne-hiver 2019-2020 à ne pas manquer!

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

L’itinéraire parfait pour un road trip mémorable sur la côte ouest américaine

L’itinéraire parfait pour un road trip mémorable sur la côte ouest américaine