All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Le dos large du 2e degré

Par Nerds – le dans Bien-être
Ce n’est pas pour démarrer à nouveau la tempête du verre d’eau à Jean-François Mercier avec la réplique du Détesteur au sujet de sa blague sur Facebook...

Mais des crisettes de relations publiques sur la toile ça s’envenime souvent (trop) rapidement, sans qu’au final, aucune wannabe analyse post-mortem de la situation ne soit poussée par personne.

Jeff Mercier
source: salleandremathieu.com

T’as Martineau qui va sûrement écrire un gros texte (lire « 3 phrases interligne double et demi, ponctuées de «HEIN?»), mais ira-t-il vraiment jusqu’à revenir 1 mois plus tard pis faire, «HEIN? Pis? Pensez-vous encore à ce que Mercier a dit?». Les feux de paille des internets sont à l’image de ceux qu’on allume avec un publi-sac: ça pogne en esti su’l coup, mais si t’as pas un bon fond de bois, ça s’étouffe.

source: telequebec.tv
source: telequebec.tv

Pas pour rien que Marie-Chantale Toupin est retournée prendre son trou dans le royaume du CAPS LOCK, que Joël Legendre s’use encore le poignet – avec un peu plus de remords de conscience, mais sûrement plus à l’abri que dans un parc – et que Mario Pelchat pleure encore sous la pluie son arrestation pour ivresse au volant de 2007.

Et puisque je ne pense pas que ce soit pertinent que Mercier ait réellement à aller larmoyer à Pénélope & Jean-Luc, la «gestion de crise» de son relationniste durera une semaine ou deux tout au plus, comme tout bon scandale à sauce à poutine. Un bon potin pour faire lever les quételles du Québec dans les airs quelques jours et assurer un front à Écho Vedettes ou le Journal de Montréal, mais pas assez mousseux pour que Jeff Mercier fasse une Britney Spears de lui, et qu’on parle pendant 4 mois d’un crâne rasé sul’ coup d’une impulsion mal contrôlée.

C’est entre autres pour ça que j’ai envie d’en parler. Pas parce que j’ai accès à une tribune ici, avec mucho liberté merci. J’aurais pu prendre ce sujet-là et me l’approprier au journal où je travaille, pour y travailler un angle qui touche une réalité régionale. Who knows. Ça ne me donne pas plus le droit d’y varger dans’ face à coup d’pelle. Si le King de V se défend de sa bourde et qu’il souhaite prendre un break de sa relation internet, je crois, au contraire, qu’il faut éviter de s’ensabler la tête pis de dire fuck you aux envies d’autruche.

Parce que malgré que certaines étiquettes apposées su’ son front aient été faussées ou tirées par les cheveux, il me semble qu’on passe au-dessus d’une couple de points qui me tiraillent l’intérieur du bas ventre.

J-F Mercier, je t’apprécie beaucoup. T’es sans doute un des artistes que j’aime le plus dans ta bande de travailleurs de l’humour – je suis une des plus grandes fans («grande», c’est relatif, «fan», c’est pas le ventilateur) de ton grand chum : «Le 2e degré». Tu écris la société avec un plexiglas qui t’empêche normalement de te faire atteindre des réactions vives et désapprobatrices, parce qu’on l’sait bin dans l’fond, que la vérité vient crisser un doigt drette su’l bleu des égos mal placés. Et tu le fais d’une main de maître (ou de roi de garage) dans tout ce que tu touches : scénarisation, mise en scène, acting, scène, name it.

Mais calvaire, on peut tu arrêter de prendre les come back négatifs sur ta «pensée du jour» comme des réponses de vierges offensées pis prendre deux secondes pour réaliser que tes doigts, tu les as sûrement plus crissés dans une plug plutôt que sur une ecchymose de 2 semaines?

Il y a quelques points qui me cassent par en dedans, quand je me dit que je suis une jeune femme de 25 ans, supposément élevée dans l’égalité et la compréhension des sexes. Ne me méprend pas, mon J-F  (On peut se tutoyer? Je suis en jeans et en chandail long) : je n’ai rien d’une féministe assumée. Je suis nulle, j’ai du mal à défendre mes positions. Je ne suis toutefois pas contre; au contraire, je crois profondément qu’il reste des batailles – que dis-je, pas des «batailles», mais pourquoi pas des «droits» ça sonne moins «gueguerre» à gagner. Je crois à l’égalité des messieurs-mesdames, dans le sens «ce qui est bon pour pitou est bon pour minou». Je n’en demande pas trop.

Tu déplores la déformation des internautes, dans: «S’habiller sexy et se déhancher de manière suggestive dans une discothèque pour ensuite se plaindre des regards insistants des hommes, c’est un peu comme manger de la crème glacée dans un village éthiopien et de dire: « Coudonc calice, pas moyen de manger un cornet icitte sans se faire regarder! »»

C’est vrai que c’est comique. Ah oui sur le coup, j’ai ri.

Pour éviter la déformation des internautes Jeff, c’est plate, mais tu dois nous prendre pour des caves. Comme des gens qui ne comprendront peut-être pas sur le coup tout le sens de ta pensée. Ce n’est pas ça que tu voulais dire? «Pensée» du jour, ça implique que tu entretiens tout de même cette conception-là, Jeff. Appelons un chat , un chat.

Pour ma part, je ne crois pas que c’était intentionnel. Bin certaine que personne, à part le psychopathe sans réserve d’émotions, ne pourrait dire: «EILLE, agressons donc toutes les sluts semi-habillées». Et je répéterai, au grand dam des gens qui le lisent depuis-3-4 jours, que la #cultureduviol, c’est bin malheureux, mais c’est ça: un concept qui établit des liens entre le viol (et autres violences sexuelles, ce qui implique les ostis de regards insistants) et les attitudes/gestes qui tendent à tolérer, excuser, voire approuver le viol.

Genre l’équation : elle danse comme une dépravée + habillée d’un chandail décolleté jusqu’au nombril = j’ai le droit de baver plus qu’un St-Bernard dans un 2 et demi taudis sur St-Michel en pleine canicule.

Bin quin. Désolée aux danseuses nues, vous n’êtes plus éligibles au respect.

C’est ça que je déplore. Le lien. Le 1 + 1 = 2. Ça ne devrait pas exister à l’heure où on se parle. Quand est-ce qu’on a décrété que la peau de fille n’était pas exposable AUTREMENT que pour faire référence au sexe? Celle de gars est immunisée aux regards pénétrants? «Oui mais c’est dans la nature de l’être humain, on est des animaux.» Je l’entends de partout celle-là.
Ahhhhhhhhhhh bin OUI. Criff, je vais désormais prendre ma passe «spécial pognage de poche» du gars qui coure fréquemment en cuissard tight devant chez nous. On voit la forme de son paquet. Pis les muscles de ses cuisses qui font POWCHPOWCHIOIW à vue d’œil. Avec mon droit de nature de l’être humain, j’vais aller me crisser dans la piste et le fixer drette dans le blanc des yeux en y disant des vulgarités dans ma tête.

C’est tu vraiment mieux? Ça s’applique pas juste aux femmes et aux fragiles petites qui lisent un post lourd. Les détenteurs de pénis méritent le même calvasse de respect que la fille qui a décidé de mettre à l’air sa peau. Bin oui elle va se faire regarder, pis oui, des fois, elle veut se faire regarder (des fois y fait chaud, mais je l’ai dit, appelons un chat, un chat.) Mais vouloir se faire regarder «c’est dans la nature humaine». Se faire regarder, ce n’est pas censé être synonyme de «se faire défoncer du regard». C’est un coup d’œil charmant. C’est quelques eye contacts polis. C’est un «viens me jaser». Ça veut dire «moi, femme, je suis belle, je m’assume».

Anyway Jeff, je ne peux pas m’obstiner avec toi.

T’es sans doute pas le premier qui pense de même. Pis c’est bin vrai que 1 + 1 = 2, souvent. Que l’insistance d’un regard est parfois inévitable. On est des humains et la chair fera toujours office de metteuse dans l’trouble.

Ce qui est possible, par contre, ce serait de ne pas l’encourager sous le couvert de l’humour.

Un moment donné, le 2e degré commence à avoir le dos large.

Par Angie Landry
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Plus de bien-être

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Garder le cap

Garder le cap

Améliorer son bien-être: conseils et astuces!

Améliorer son bien-être: conseils et astuces!

Populaires

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand il ne reste que le confort

Quand il ne reste que le confort

À toi qui ne parles plus à ta mère

À toi qui ne parles plus à ta mère

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.