All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Ma belle amie…

Par Joanie Hébert – le dans Chroniques

Ma belle amie,

C’est fini, tu peux arrêter d’angoisser. Le temps des Fêtes est passé. Je sais que les mille et un soupers te foutaient la trouille. Malheureusement, tu ne pouvais pas les éviter, ceux-là… Tu t’es déjà sauvée de plusieurs! Et je t’en prie, ceux-là, garde-les. Force ton corps à ne pas les rejeter. Ou ne te prive pas pendant 2 jours pour «compenser». Tu ne peux pas vivre d’amour et d’eau fraîche, je t’assure.

Ma belle amie, il est temps que ça cesse. Pour toi. Pour toi, aujourd’hui. Et pour toi, plus tard. Tu as déjà des répercussions sur ton corps et ça, ça me fout la chienne. Pas toi?

Ça fait dix ans que je vous vois aller, toi et ton trouble alimentaire à la con. Pourquoi est-il arrivé dans ta vie? Les statistiques disent que 3% de la population en est atteinte. 3% et c’est sur toi que c’est tombé; toi qui se prive de manger, qui se contente d’une banane et d’une salade par jour? Tu dis que tu aimes la sensation de ton ventre qui gargouille. Que le soir, quand tu te couches, tu aimes ressentir ce sentiment de faim. Pas de satiété, non. De faim. Tu as hâte au lendemain, pour te peser. Tu sais qu’il y aura un quart de livre de moins sur la balance. Enfin, tu l’espères. La balance est ta meilleure amie ou ta pire ennemie; c’est selon! Elle détermine le sort de ta journée. On se parle chaque jour, toi et moi. Et je sais, selon ton humeur, si les chiffres qu’elle indiquait jouaient en ta faveur ou pas.

En juin, tu as repris sur toi. Complètement. Après dix ans de on/off, tu as tout arrêté, tout allait bien; tu te maintenais. Et plus tard cet été, tu as rechuté. Une peine, un stresseur qui t’a fait perdre une dizaine de livres en moins d’un mois. Je suis fière de toi, car peu de temps après, tu as décidé de joindre un groupe de femmes atteintes de troubles alimentaires. Tu t’y es sentie bien. Tu t’y es sentie comprise. Chose que je n’arrivais pas à faire. C’est d’ailleurs avec le cœur en mille morceaux qu’un soir, j’ai quitté ta demeure avec ta balance en cachette. Tu n’as pas dormi de la nuit, tu m’en as voulu. Tu as pleuré. Beaucoup. Et c’est là que j’ai compris. J’ai compris l’ampleur de ce trouble. Du coup, j’ai compris que le groupe de femmes que tu as joint, il te faisait peur. Il y avait ces femmes qui souffraient de troubles alimentaires depuis leur 15 ans.. Et aujourd’hui, elles en ont 60. Cela t’a fait perdre tout espoir. Tout espoir qu’un jour, cette merde te lâche, pour de vrai. Mais ma belle amie, aie confiance en la vie. Tu n’es pas «elles». Avec énormément d’efforts, de confiance et de détermination, je te jure que tu peux t’en sortir.

Je sais que chacun des «Tu as maigris!», «T’es dont ben belle!» ou encore des «Tu veux une deuxième portion?», «Encore?», «T’encaisses ça où?» ne font qu’alimenter ton trouble alimentaire. Mais où est ta limite? Je crois que tu l’as atteinte. Et je crois qu’aujourd’hui, tu le sais aussi.

Ma belle amie, j’ai compris que je ne pouvais pas t’aider. En fait, j’ai compris que je ne pourrais jamais comprendre. Tout ce que je peux faire, c’est être là pour toi et accepter. Accepter que tu aies tes bons jours et tes mauvais jours. Un jour, les mauvais s’espaceront. Et un autre jour, il n’y aura que des bons.

Plus de chroniques

Dénoncer, une décision difficile

Dénoncer, une décision difficile

Comprendre le mouvement «Black Lives Matter»

Comprendre le mouvement «Black Lives Matter»

Ma marraine la bonne fée

Ma marraine la bonne fée

Populaires

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Comment regarder le hockey de la LNH?

Comment regarder le hockey de la LNH?

Les 5 meilleures chaînes YouTube pour faire du yoga à la maison

Les 5 meilleures chaînes YouTube pour faire du yoga à la maison